gruyeresuisse

12/10/2014

Assauts d’homme et go more : Nadine Agostini

 

Agostini 2.jpg

 

 

 

Nadine Agostini est la diablesse de la plus sainte des chapelles. Son corps - en ce lieu comme en ses livres - est disposé en chœur dans la région où la pensée n’est que panier percé. Sans doute par ces effets d’ouverture. Ils sont soignés au besoin suivant le lieu par le dentiste et le gynèco gantés de rose et songeant à leur épieu dans leurs vœux les moins pieux.  Ils regardent au fond de l’entreval où le vrai se livre. Bouche, jambes lues ouvertes en livre. Le feu se pourra-t-il scellé ? Les soignants supputent que la chair est très douce en la diablesse. Pendant ce temps elle cultive des architectures des X et des Y, des géométries d’abscisses désordonnées par effets de miroir algébiques. Des noyaux d’ombre centraux sont conjugués par l’agir des cuisses qui ouvrent le danger. Doux en l’âtre est son chevêtre en l’envers et la verse.  Le change donne la bête aux enfers. L’auteure tue-t-elle néanmoins celui qu’il est devant ses textes ? Le risque est grand. D’autant qu’au besoin elle devient plurielle et lève la noire la plus nuit. Des secousses sont jointes à l’écriture lorsque l’oiseau de poing est bien dressé.

 

Agostini.jpgEn divine "traitresse" Nadine Agostini tire le corps branche à branche de son tissu de ronces. Perdurent des pliures d’ombre, un chemin frayé  par degrés jusqu’au pubis. La coupe va montant ou tombe horizontale.  Mais elle est toujours pleine afin que se comble la baie et que le texte avance. L’offre s’étoffe en de beaux draps lexicaux dégingandés. Le corps s’écrit en ailes. Les jambes sont des routes. Le désir n’est pas loin. La jupe abandonnée est sur une chaise. Une bretelle s'était vite décrochée. L’amant vit le corps - mais il ne se voit plus corps. Dans chaque texte l'attente ne  peut  plus attendre (gourmande de sa gourmandise). L’écriture prend un tendre parfum et une vision tactile. Il y a des trous dans la haie des mots,  des seuils à franchir.  Assauts d'homme et go more : aux grands mots d’amour les grands remèdes. En cet enfer nouveau Dante erre au paradis. Et l’auteure s’en délecte.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

De l’auteur : Berceuse, (Comp’Act) ; Territoires (collectif, Fourbis) ; L’art dégénéré (collectif, Al Dante), Dans ma tête (Derrière la Salle de Bains). Lire aussi sur son blog les aventures d’Adrénaline.

 

 

 

02/10/2014

LUFF 2014 (Suite) : Bryan Lewis Saunders ou le dessin-sensation

 

Saund.jpg

 

 

 


A l’occasion du LUFF 2014 (Lausanne) Bryan Lewis Saunders présente son livre « La troisième oreille et autres textes », ainsi qu’une performance . Un portrait de l’artiste sera projeté dans le cadre du « Short Film Selection : Documentaries ». Le poète performer harangueur, créateur de la « stand-up tragedy » fait preuve d’une rage verbale héritée de la beat generation, et du lyrisme du spoken word et de la performance poetry. Ses textes logomachiques et ses  glossolalies destructurent le langage dans une veine chère la Artaud et taraude l’inconscient comme ses dessins « sous influence ». L’artiste vit chichement à Johnson City (Tennessee) en refusant de les vendre malgré de nombreuses sollicitations. Il enregistre les monologues qu'il prononce dans son sommeil. De tels « Sleep Works »  sont reproduits selon la méthode d'écriture surréaliste, enregistrés puis réinterprétés par des musiciens.

 

 


saunders.jpgDessins et textes créent divers processus perturbations des perceptions. Parmi les premiers certains sont produits sous diverses drogues. Acérés ou flous, si l’artiste ne les commercialise pas c’est en grande partie parce que la célébrité lui vient de la drogue même si elle ne contribue que fort peu à la variété de son œuvre. En effet depuis le 30 mars 1995 Saunders dessine chaque jour un ou plusieurs autoportraits sur des feuilles de même format A4, qu'il classe soigneusement dans de grands livres. Ceux présentés à Lausanne et dans son livre  exprime les sensations produites par les gestes tendres ou sexuels qui permettent de jouir ou de faire éprouver à l’autre un intense plaisir. Pour autant ces œuvres n’ont rien de pornographiques. L’impressionnisme des sensations est de rigueur par le jeu des formes et des couleurs. L’artiste se refuse à suivre le sens de la tradition : son dessin s’oppose aux normes et à la fonctionnalité  inhérente à l’érotisme comme à la pornographie. Une telle lisibilité plastique fait de l’invité du LUFF  un irrégulier parmi les irréguliers : l’éros est mis de beaux draps mais pas ceux que l’on attend tant ils se tordent.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

01/10/2014

Comme un cheval fou qui trotte

 

 

 

pkatyeau.jpgCollectif, « Mille râteaux », 12 cartes postales, Re:Pacific, art&fiction, Lausanne, 2014, CHF 12 / €

 

 

 

Sous un titre deleuzien le collectif d’art&fiction propose son autocritique en mettant en scène ses erratums et addendums ou si l’on préfère ses coquilles et oublis. Tous ceux qui se mêlent d’un travail d'édition se  « prennent ». en effet de tels "râteaux".  En cet apostolat de tels accidents sont inévitables. Lu, relu  et peigné jusqu’à l’indéfrisable du moment décisif de l’imprimatur rien n’y fait. Une fois le livre fabriqué force est de constater qu’il reste toujours des bavures. Il convient dès lors de se fendre de petites cartes d’ordonnance et d’excuse jointes au livre et sur lesquelles sont indiquées l’erreur et sa correction.

 

 

 

Playeau.jpgPlutôt que de pleurer sur leur sort d’éditeur le collectif en a édité 12. Ces ilots d’erratum complètent la collection Re:Pacific. Ils sont conçus comme autant de « billet d’amour adressé au lecteur ». S’il a suffisamment d’intelligence (ou de condescendance lorsqu'il devient par trop péteux) il sera ravi de telles traces de logogus. Déjouée par l’orthographe, tordue par l’avalanche des mots,  l’erreur reste toujours possible. Mais elle peut créer des éclats éraillés.  Pour autant les fauteurs de trouble de la maison de Lausanne ne les montent pas en sautoir. A l’inverse ils ne se considèrent pas comme Grégoire Samsa qui se voyait vermine. Ils se contentent de rappeler qu’éditer reste une perfection inatteignable. Inspiré par la justesse et la précision ce travail ne peut empêcher que l’écriture garde son mot à dire. Son pur logos peut toujours devenir «  logogrammatique ». Christian Dotremont ne viendrait pas s’inscrire en faux face au mea-culpa des Lausannois. Que Dieu les pardonne. Pour le commun des lecteurs de la superbe collection Re:Pacific c’est déjà chose faite. En plus belle fille du monde elle donne tout ce qu’elle a.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret