gruyeresuisse

16/05/2015

Casanova sous plus de feux que d'étoiles

 

 

 

 

 

Casanova.jpgCasanova, « Histoire de ma vie », 3 tomes, coll. de la Pléiade, 2015. Casanova, Album Pléiade Casanova par Michel Delon, coll. Album de la Pléiade, 2015.

 

Casanova a créé avec « histoire de ma vie » un journal de bord qui n'asservit pas le lecteur à son existence  mais fait plus :   l'obliger à devenir son complice en lui suggérant, sous la trame traditionnelle, des perspectives érotiques, sociales, politiques et ésotériques par une faconde et une maîtrise ironiques. Casanova ne cherche pas à  justifier ses incohérences mais à les englober dans une narration en soutenant que la vie des autres comme la sienne - telle qu’elle nous apparaît dans la réalité du livre -  est par anticipation  non seulement de la photographie mais du cinéma. Le lecteur en appréhende l’action par plans-séquences, par recoupements élastiques. C’est une perfection stylistique. Il n’y a rien d’autre que les moments que nous passons avec cet être dont nous croyons comprendre la vie. Quand il raconte ce qui lui est arrivé ou qu’il prévoit devant nous ce qu’il a l’intention de faire il reste un grand seigneur et un des plus grands prosateurs de l’histoire de la littérature francophone.

 

Casanova 2.jpgLe passage de l’hier à l’aujourd’hui pour son livre a connu bien des  coups d’épingle de l’oubli. Mais désormais la cause est entendue. La Pléiade a bien fait les choses pour cette première édition exhaustive mâtinée d’un album intelligent et riche. Les personnages même les plus spasmodiques y trouvent de la cohérence. L’iconographie complète une littérature de présomptions, d’hypothèses et d’inventions. Eminemment borgésien avant la lettre Casanova s’est donc bâti et a défini sa quête d'une vérité fondée sur un rejet radical de ce qui était généralement établi  en matière d’art et de morale. D’où la force d’une œuvre-quête reconsidérée à la lumière de l'absence et réorientée vers Venise et ses canaux métaphysiques. Au besoin le « méchant homme » pouvait y plonger  comme l’hirondelle nage en l’air, tournant fascinée autour des cloches de Saint Marc. Comme elle l'auteur se laissa tomber pour mieux rebondir ensuite avec des envolées lyriquement caustiques. Casanova a donc su décrire mieux qu’un autre les désirs, leurs méandres. Il a su les regarder les siens d’en haut comme il a observé d’en bas ceux de ses comparses. Un absolu régal.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

15/05/2015

Hubert Renard : signes et significations

 

 

 

Renard BON.jpgHubert Renard, « quarante deux cartons d’invitation aux vernissages », Editions Incertain Sens, Rennes, 2015, 88 pages, 10 euros, 2015

 

 

 

Belle idée que celle d’Hubert Renard proche des jeunes artistes lausannois (Fretz, Loye, etc.). Il a rassemblé  les cartons d'invitation de tous les vernissages de ses expositions de 1971 à 1998. Ils fonctionnent comme une chronologie mais aussi en tant qu’œuvres d’art : car chacun est un signe distinctif des divers temps du travail de l’artiste. S’y lit aussi toute une contextualisation de l’œuvre à travers les choix graphiques des cartons et les règles en  usage selon les lieux d’exposition (institutions, musées, galeries, biennales, lieux alternatifs, pays).

 

 

 

Renard BON 2.jpgCertes les œuvres du créateur ne sont pas forcément reproduites et les textes demeurent  laconiques : néanmoins un tel livre permet  à la fois de découvrir les réalisations cartographiques de l’artiste,  de suivre le fil de son œuvre. Il permet aussi de retrouver - pour les expositions collectives - le nom d’artistes proches de Renard. Chaque carton est donc à la fois vecteur de signes et significations. Le tout selon une évolution qui ouvre à la compréhension de leur histoire comme de celle du travail de l’artiste. Sa qualité du faire est toujours présente dans la simplicité.  Si bien qu’en ce répertoire d’étapes successives l’esprit du créateur, ses possibilités figuratives, ses ambitions et son imaginaire demeurent toujours présents de manière concise mais évidente. Là où l’artiste aurait pu subir les formes dans un cadre d’un pur énoncé il en reste le maître.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

14/05/2015

Les dérobades enlacées de Zoé Balthus


 

Zoé Bon.jpgZoé Balthus ose dans ce beau texte ouvrir ses personnages aux plaisirs. L’homme - un peu lent d’abord mais la poétesse le presse - finit par goûter les parfums de  la femme, boire à sa source, dévorer son amande douce. Sa partenaire-narratrice sait battre des ailes pour ça : elle parcourt son sang, le regarde par dessus par-dessous et lui rappelle le renflement d’éros que Cécile Hug habille de ses lignes vertes, de ses lignes noires. Chaque coque cache de ses graffitis fins le secret de l’effeuillée rose.

 

 

 

Zoé 3.pngZoé.jpgLongtemps l’amant a rêvé de ce galbe recouvert de soie. Désormais la poétesse avec pudeur mais franchise met des mots non dessus mais dedans. Un loup confidentiel est invité aux sensations retrouvées à la source exacte des vertiges. L’amande devient l’ogive d’une idée fixe dont rien ne sera dit : sinon tendresse et insomnies au moment où Cécile Hug joue de violons visuels plutôt que des cymbales. Pour atteindre les lèvres intégrales les deux créatrices se mêlent en un mix entre Lilith et Mère Arnaud. La seconde est convoquée uniquement pour sa capacité à donner des leçons de conduite que Zoé Balthus dirige non vers l’ange mais le démon. Elle le pousse  en capitaine d’infanterie pour qu’il feuillète ce que Cécile Hug recouvre en feignant de proposer un nuage en fine enveloppe soie au lieu d'une femme charnelle. Mais qu’on ne se trompe pas : d’intrépides gerbes d’opales et des boucles d'orgasmes sont demandés  au mâle. A bon entendeur salut.

 

 

 

Jeran-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Zoé Balthus & Cécile Hug, « Amande douce », Editions Derrière la Salle de bains, 8 E., 2015.