gruyeresuisse

16/11/2015

L’active patience d’Isabelle Descartes et Virginie Jaquier

 

 

Descartes.jpgIsabelle Descartes « Paresses », fusains de Virginie Jaquier, Editions Couleurs, d’encre, Lausanne, 48 pages, 33 CHF., 2015. Double V (collectif), art&fiction, Lausanne.

 

Est-ce parce que les poèmes d’Isabelle Descartes comme les fusains de Virginie Jaquier sont apparemment simples que tout dans un tel livre en quatre mains harmoniques est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît ? Les visages qui font face au soleil « ont des airs de canaille, inoffensifs et doux ». Mais il faut se méfier des apparences. Et les « taches » d’ombre des fusains le rappellent. Les deux mondes qui se croisent forment la partition mystérieuse à double clé. L’énigme y demeure. Elle éloigne les ornières du passé en un travail virtuose aussi fragile que résistant. Entrer « en paresses » revient à pénétrer dans un sanctuaire dégagé d’une dimension mystique : seuls sont sublimés des instants du quotidien dans des nids de lumière et d’ombres et en un équilibre de forces réajustées.

 

Descartes 2.jpgLes « paresses » deviennent des absolus : elles permettent de ne plus se noyer sous le déluge de la raison que la société impose. Refusant toute trivialité les deux créatrices engouffrent le lecteur-regardeur dans l’aire de l’impalpable mais dont l’antre est chair. L’affect n’y est pas stigmatisé : pour autant il ne se porte pas en sautoir. Il sourd de l’abîme que les fusains proposent dans leurs fragments d’éternité au moment où l'âme se cherche dans le miroir des mots. C'est pourquoi deux opérations ont donc lieu en même temps : concentration ou fermeture mais aussi ouverture du champ par superpositions de plan à l’aide de cette double approche et son effet indirect de réflexion.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

14/11/2015

Don Quichotte ou le roman premier

 

Cervantes.jpgMiguel de Cervantès, « Don Quichotte de la Manche », traduit et édité par Claude Allègre, Jean Canavaggio, Michel Moner, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1264, pages, 54,50 E., 2015.

 

La narration du Quichotte ouvre l’histoire du roman moderne. Il peut se donner comme modèle parfait dans la mesure où sa narration génère sa propre ironie et éloigne des chants prophétiques et leurs apologies de la violence. L’univers des sentiments - qui s’est composé dès les traités Des Passions et De la nature des affections - entre avec le Quichotte dans un autre registre de langage. Le parcours devient double. Il suit l’explosion de monde et le transcrit en conte comique, sexué, fécondant. Et s’il est donc bien des façons de raconter le monde, la narration de Cervantès produit les vacillations d’un fantasme de réalité que la fiction prétend parfois combler.

 

Cervantes 2.jpgLe Quichotte n’achève en rien la couronne phallique du mâle : il la détruit d’autant qu’à la folie du héros répond la démesure (fantasmée) de sa Dulcinée du Toboso. On est loin des Goliards des Carmina Burana « cherchant à déflorer le corps féminin  / le pénétrer en profondeur / en forcer l’entrée / d’un organe ferme / menant un fier combat ». Contre cette narration brutale le récit de Cervantès s’empare du langage du mâle et le retourne. La dérision l’emporte sur la raison. D’où l’excentricité du conte, et le burlesque du compte. L’ironie déforme le miroir des mots pour arracher au monde et à ses histoires (de chevalerie, de quête du Graal, d’amour courtois) ses reflets d’incohérence. Les apparences se contredisent par ce qui devient pur fable du langage où la femme eut enfin - on l’oublie trop dans le Quichotte - son mot à dire même si elle ne parle pas vraiment. Ah Dulcinée quand tu nous tiens…

 

Jean-Paul Gavard-Perret

09:07 Publié dans Lettres, Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

09/11/2015

Lebon, la brute et le langage "truant"

Lebon 2.jpgElizabeth Lebon, « Spoool », Boabooks, Genève,194 pages, 2015.

Elizabeth Lebon propose une poésie concrète très particulière à la fois optique, sonore et glossolalique. Après des « tapisseries »  poétiques reproduites chez le même éditeur et liées à la perception du rivage et des océans: «sey; of the oea; cocklle; like a cockle shell; courage; wea wea my my; aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ; sea sea sea; pages tothfh bhblel nsnkek ataghgee olofaf tkt eue sgseeeasa; are; sand embers.», Spooool propose cinq rouleaux écrits par Elizabeth Lebon. Lebon 3.pngL'artiste les  tape sur des caisses enregistreuses ou sur des machines à écrire. «From Newquay to Brooksby's Walk» mesure 23 mètres de long. les quatre autres chacun 10 m sur 6 cm de large. L’ensemble constitue le manifeste littéraire de 63 mètres de tapuscrit. L'usage de machines  obsolètes sert à se dégager des normalisations de l’écriture contemporaine.

Surgissent des répétitions, des erreurs sur un rouleau où la forme devient le contenu et le contenu la forme. Ce va et vient  interroge le langage sous toutes ses formes,  porte le temps du monde et devient l’empreinte d’un perçu hors de ses gonds. Il n’est pas illégitime de nommer ces possibles de termes de propriétés du donné dans des moments premiers. Lebon.jpgÀ partir de telles formes rien n’a lieu que le lieu d’un jeu. L’univers, commencé par sa soupe quantique, trouve ici une « remise » inattendu » par un détour critique phonétique  et graphique à l’intersection de transmission d’indices a priori dérisoires mais signifiants. Loin de la maladie transcendantale de la poésie le texte-bande conte et compte le temps comme esquisse, dessin et dessein par le matériau le plus commun.

Jean-Paul Gavard-Perret