gruyeresuisse

07/08/2018

Du bon usage du fragment : Laurent Cennamo

Cennamo.jpgLaurent Cennamo, coll. « Soleil Noir », Editions Bruno Doucey, 2018, 112 p., 14 E.

Il existe chez le Genevois Laurent Cennamo une capacité à revisiter le passé par l’usage du fragment pour revenir sur des points aussi saillants qu’infimes. De ces notes très furtives l’auteur se fait moins cancre le long de sa route que releveur des germinations. Elles firent qui il est, elles font ce qu’il sera. Un mot, une œuvre, un visage, une rue retraversent sa vie en une suite de « laisses » ou de liasses. Le poète propose ses moments délicieux et les sensations qu’ils offrirent. Elles demeurent intactes sans qu’une telle évocation crée une déception par le fait du temps révolu.

Cennamo 2.jpgAvec un lyrisme contenu – même dans sa fugue pour Saint-John Perse- le poète avance dans sa quête à travers ce courant du passé qui ne retarde en rien le passage du temps mais fait savourer ce qui fut dans des haillons comme dans des images de Morandi. Un flot d’extases sommaires ou plus longues crée un courant salvateur de nombreuses lueurs d’émotions, de corps, de lieux presque paradisiaques là où l’Italie (mais pas seulement) reste souvent un havre de grâces et de troubles. Il remonte en surface comme des fresques sauvées des murs du temps passé dont l’auteur fait son musée.

Cennamo 3.jpgLes curiosités passées de l’auteur ouvrent encore son regard débordant d’encre noire. Il reprend son métier de vivre chaque jour pour respirer son air. Son itinéraire est nourri des éblouissements premiers : ici nul manque de mémoire qui rendrait l’homme de glace. Au contraire il « se réfléchit » à tous les sens du terme dans ses âges languissants où le cœur s’ouvrait à des palpitations dont le sens ne parut parfois que bien plus tard. Si bien que le langage de tristesse se métamorphose au souvenir de « Cronaca di un amore » d’Antonioni comme d’une Deborah enfant à l’état de diamant brut ou encore d’un match de football qui venait casser le purgatoire de l’école, du mot « kirsch » sous l’égide de Kafka, du Paon de Fellini ou encore de Saint-John Perse qui clôt ce livre plus solaire que noir.

Jean-Paul Gavard-Perret

04/08/2018

C’est au pied de l’échelle que se repère le vivant - Richard Meier

Meier 2.jpgLes carnets de Richard Meier prouvent que la vérité n'existe pas : mais elle prend une certaine lisibilité dans de tels leporello à fonds multiples. Plutôt que de mettre du riquiqui dans les mictions, les matrices des pages et leur développement deviennent des accès aux fermentations du créateur et ses caprices des dieux pour mortels. Le livre se déploie et se déplie entre lumière et ombre où « l’espace fécond et déchiqueté » fend la parole avec le dessin de quatre échelles et des jeux de trapézistes. Si bien que le créateur lorsqu’il coupe « l’entre de la lumière » semble n’avoir plus rien à dire (ce qui reste à prouver) mais encore beaucoup à montrer.

Meier 3.gifIl s’agit une fois de plus de penser en action et sans omissions dans les palettes en noir et blanc du pâle être qui remonte en quelques pans de couleurs. Plutôt que de passer sous les fourches caudines des échelles il convient de gravir les échelons. Dès lors tout est bon pour atteindre le ciel et c’est une autre version de s’envoyer en l’air.

Meier.pngIl suffit d’avoir dans le ventre suffisamment de courage et d’encre afin que du noir d’entrailles jaillissent ce que l’inconscient cache. L’écriture n’est non seulement « bonne qu’à ça » mais joue ici totalement son rôle. Et lorsqu’elle ne suffit pas, l’image lui permet de sortir encore. Il y a là le risque de se briser les os mais c’est ainsi que « l’ardore » suit son cours pour s’éloigner du Styx par la passion qui reste un souffle attaché à la viande - comme l’avait compris Artaud - avant que le temps du silence efface les mots, les images. Ici demeurent leurs sillages.

Jean Paul Gavard-Perret

Richard Meier, « L’échelle pour la page », Editions Voix, Elme, 2018.

 

 

01/08/2018

Michel Onfray saigneur des ânes hauts

Onfray.jpgLe fromage de tête concocté par Michel Onfray est constitué d’une part non négligeable d’andouille de Vire et d’un peu de cervelle. C’est d’ailleurs le meilleur moyen de proposer un menu idéal – avec trou normand eu égard à l’origine du prince des nuées – pour l’édification du plus grand nombre. Afin d’inventer ses mixtures le philosophe histrion pratique une formule qu’il reproche à tous ses détracteurs : il utilise l’art des citations sorties de son contexte – aidé en cela par tous ses dévots qui sacrifient à son apostolat et assurent le travail préparatoire de tels montages.

Onfray 2.jpgAvançant sous la paternité du philosophe Gerfagnon – son père putatif – le penseur sachant penser garde pour ennemi premier Bernard Henri Lévy. C’est dire le niveau où il place son combat philosophique. Se cache simplement un désir d’être calife à la place du calife pour celui qui trouve en un «Conforama» pseudo matérialisme l’abstraction spéculative idéale : se voulant d’un genre nouveau, elle fait du faux paradoxe une petite musique des ténèbres ou de chambre. Flattant tous ceux qui l’écoutent – ils sont nombreux et lui procurent une adoration sans borne - Onfray reste le plus racoleur de démagogues. Il jette aux orties tous ceux qui hier comme aujourd’hui pourraient lui faire de l’ombre. De la philosophie ne demeure qu’un brouet : acide il n’est que sirupeux. En feignant de parler au nom des « sans grades » il ne représente que le démiurge des gogos qui prennent pour argent comptent son brillant inox.

Ses pseudo combats de refondation se réduisent à une panacée quasiment "people" eu égard à la qualité d'arguments qui tiennent plus de l’alcôve que du débat d’idées. Pour Freud, Sartre, Beauvoir, Sade hier ou pour la Bible et de ses anonymes, le traitement est toujours pratiqué par le petit bout de la lorgnette - ce qui épargne tout débats d’idées. Mais force est de constater qu’entre Calvin ou Luther et notre ravi il y a loin de la coupe aux lèvres. Celui qui se dit un nouveau Job n’est qu’un jobard.

Onfray 3.jpgCe qui n’empêche pas France Culture de faire le lit du médiatique rançonneur des idées dont la gloire médiatique rejaillit sur la chaîne du savoir... Qu’importe si l’occident chrétien est remisé à une supercherie au profit d’un filage aussi douteux que spécieux et par lequel l’auteur pave de bonnes intentions les voies des Marine Le Pen et Mélenchon adoubés au rang d’une bande de révoltés dont le Robin des Bois normands devient le chef. Tout cela reste un peu mince mais néanmoins une telle logorrhée devient le grand œuvre ou la clé multiple du bricoleur de l’absolu comme de la réalité, de l’exterminateur des rats de la philosophie (Platon et Kant ne sont pas épargné) sous couvert d’une pensée de rupture. Elle n’instruit rien d’autres qu’une clôture : preuve que les « fake news » ne sont pas le privilège de Trump. Le nouveau Saint Michel terrasse ses dragons par une idéologie de la déblatération.

Jean-Paul Gavard-Perret

"Brève encyclopédie du monde", (3 tomes, Flammarion). Le tome 3 de cette Trilogie : « Décadence » est en écoute France Culture, été 2018.