gruyeresuisse

26/08/2017

De L’amour - sinon quoi d’autres ? Jean-Louis Baudry

 

baudry.jpgIl faut plus de 1200 pages à Jean-Louis Baudry pour écrire son livre le plus inattendu. Celui d’amour qui ne devait pas s’écrire mais se vivre. L’existence en a décidé autrement. La femme est morte trop vite. Baudry a pensé faire son deuil par l’écriture en tombant dans la tarte à la crème (ou le piège à zozos) de la résilience. Mais il réussit beaucoup mieux : son journal devient le contraire de ce que le genre évoque généralement. Il monte la contre thèse de la durée figée. L’auteur y vit très fort et ne néglige rien de ce qui vient des déplacements que l’amour a produits non seulement dans son psychisme (voire son machisme) mais aussi sa vision de l’art et de la littérature.

Il y eut comme en prélude un roman « A celle qui n’a pas de nom » comme si « l'objet » de la mémoire ne pouvait se regarder de face. Mais ici l’auteur à renoncé à la diagonale du fou et a trouvé l'angle qui évite l'aveuglement sans plonger dans l'obscurité - ce qui reste un des thèmes de l'art poétique de Baudry. Exit les dispositifs de rideaux, de miroirs qui réfléchissent, interceptent, tamisent une lumière. En lieu et place de la fiction, la tâche que se fixe l’auteur est fractale.,

Baudry 2.jpgPlus que fragment ce journal « extime » restent un amoncellement d’histoires et d’images « vraies » telles des bouées de corps mort et de survie où l’homme devient nu. Une fois écrit, la lutte pour la vie eut du mal à se poursuivre. Mais le livre reste celui du point premier et dernier, il démarre l’espace, le monte, le descend, soulève le logos, porte ailleurs les images. Il plonge dans les abîmes puis s’érige à nouveau dans une forme de sensualité pudique. Mais sa force tient aussi en ce qu’il crée l'instabilité, dénonce la parole trop développée de l’amour et ses miasmes voire de ses enfantillages hors saison. Il casse la probabilité des images, ouvre le monde jusqu’à son effacement. La disparition « improbable » crée donc à la fois une descente et une Ascension.

Au plus près de la vérité de l'être dans sa chair et sa pensée, le livre se dégage de la réalité tangible sans pour autant refuser de s’amarrer à la vie dans un accomplissement de l’écriture. En conséquence avec « Les corps vulnérables » Baudry reprit à sa main la formule du héros beckettien : "Je ne me tairai jamais. Jamais". Chose faite (et écrite) ma messe était désormais dite, le silence apparut. Mais reste l’évangile selon Jean-Louis. Le corps vibre par la présence de celle qui - non divisible et complexe - jusque dans le jeu du désir - méritait un tel hommage à perte de vue.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jean-Louis Baudry, « Les Corps vulnérables », L’Atelier Contemporain, Strasbourg, 1250 P., 39 E., 2017.

16:50 Publié dans Lettres, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1)

24/08/2017

Jacques Abeille et Léo Barthe : lune de miel pour hymen hermaphrodite

 

Abeille3.jpgJacques Abeille et Léo Barthe sont les deux faces d’un même irrégulier belge. Anne Létoré et Xtoph Bruneel leur offrent un hymen hermaphrodite pour le plaisir des lecteurs. Le tout - et dans ce cas ce n’est pas négligeable - un superbe étui avec extrait du manuscrit « Tombeau pour un amour dans la lumière de sa perte ». Le témoin du mariage -Arnaud Laimé - insiste avec raison sur la force d’un ensemble « plein de tensions entre un auteur et son double (mais lequel est lequel ?), entre ce qui se vit et s'est vécu, entre une langue déchirée qui peine à dire et une autre qui rutile et s'amuse, pour ne plus pleurer sans doute. ».

Abeille2.pngLe livre est une perfection littéraire et plastique. Eros y dérive vers une pornographie comique. Les cuisses se font légères même quand leur genre peut ne pas sembler le bon. Epilées tout y est au poil. Tout s’y voit sans entrave et hardiment. D’où, sous la farce, un ton de vérité qui étonne et saisit. Il se peut que le dédoublement plus que la schizophrénie qui s’empare de l’auteur permette de tracer ce qu’il a éprouvé par bonds et sauts, en un style alangui. Ou presque.

Abeille.pngLes corps décoiffent le lecteur, leur sel révèle des saveurs d’orange pressées entre des mains baladeuses, l’aigre évite à la douceur d’écœurer. Les amours s’ouvrent en un gynécée où les figues ne tombent pas forcément des arbres. Le gosier du bouc n’est jamais loin lorsqu’un triangle d’or permet de passer un certain trépas par un col entre deux collines ou colonnes charnelles.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jacques Abeille, « Tombeau pour un amour dans la lumière de sa perte » et « Petites pages pour un petit page de Léo Barthe, suivi de Libres masques d’Arnaud Laimé, Editions L’Ane qui butine, Mouscron Belgique, 39, 90 E..

09:49 Publié dans Humour, Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

23/08/2017

Révision des souverains poncifs d’une perfidie contemporaine envers Maurice Blanchot


Blanchot.jpgLire Blanchot ne devra certainement pas se limiter à consulter ses premiers écrits politiques des années 30. L’auteur y est non seulement intellectuellement mais littérairement balbutiant. Agé d’un peu plus de 20 ans, écoeuré par le déclin français, il se rapproche de «Jeune Droite» et collabore à des revues et journaux où il exprime son antiparlementariste, son anticapitaliste et son antimarxiste. Anti-Allemand, Blanchot saisit le danger de la « mystique » hitlérienne qui « prend la forme d’une culture et cherche à justifier ses desseins par des valeurs qu’elle diminue». Mais, face à la machine de guerre nazie, Blanchot s’élève contre le pacifisme et dénonce ceux qui voient l’hitlérisme tel « un système de relations abstraites qu’on règle au moyen d’un arrangement juridique». Pour l’auteur les politiciens occidentaux sont devenus des complices de la barbarie au nom d’un moralisme obstiné qui ne contraint en rien les maître du Reich et de l’URSS.

Blanchot 2.jpgPour Blanchot, il convient de venir à bout du désordre et de la crise qui ruinent le monde. Il en appelle à une révolution spirituelle. Mais selon lui il n’existe pas de solution démocratique eu égard au personnel politique. Sa révolution s’oppose à celle des Soviets. Mais l’antisémitisme est tout aussi flagrant. En un repli nationaliste Blanchot - parmi les fauteurs de guerre - dénonce «les Juifs émigrés, étrangers suspects» dont le but est de «précipiter les Français, au nom de Moscou ou au nom d’Israël, dans un conflit immédiat». Quant à Léon Blum il est le symbole d’«une idéologie arriérée, une mentalité de vieillard, une race étrangère ».

Blanchot 3.jpgNéanmoins de tels écrits s’arrêtent en 1937. L’amitié avec Georges Bataille, son rapprochement avec « Jeune France » de Pierre Schaeffer le délivre de son idéologie première. Auteur NRF avec « Thomas l’obscur », il n’écrit plus que des critiques littéraires. Plus tard il retrouvera incidemment sa tête politique. Ami de Robert Antelme et de Marguerite Duras, il est un des auteurs de la «Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie» et devient un activiste du Mai 68 parisien. C’est pourquoi, sans négliger les premiers écrits, ils ne doivent pas occulter la force littéraire et « Le pas au-delà» de la pensée de Blanchot. Il aura appris de ses erreurs premières que la littérature est affaire de silence et même Emmanuel Levinas et Jacques Derrida l’absoudront. Ils ont compris que sa «vraie vie » était l’écriture : celle de nuit et non «l’écriture de jour, au service de tel ou tel». En un certain sens son antisémitisme l’aura paradoxalement révélé le plus fortement à lui-même. Conscient de ses erreurs de jeunesse il allait devenir un modèle d’une littérature exigeante. Seuls ceux qui s’estiment parfaits peuvent se croire autoriser à désavouer l’œuvre au nom des premières dérives. Tout d’ailleurs n’est pas à jeter. A côté de l’antisémitisme puant existent des visées efficientes et d’actualité.

Jean-Paul Gavard-Perret

Maurice Blanchot, « Chroniques politiques des années trente 1931-1940 », Edition présentée, préparée et annotée par David Uhrig. Gallimard, 550 pp., 29 €., 2017.