gruyeresuisse

16/07/2014

Anneonyme (Anne Bourgeois-Meier)

 

Meier bon 2.jpgL’œuvre d’Anne Bourgeois Meier est inclassable et brutale. Entre ses gisants et ses livres tout un monde de l’inconscient remonte à l’insu de l’artiste. Elle ne cherche pourtant jamais à choquer : elle avance. Hors cadre, hors lieux. On retrouve bien sûr des arpents d’art brut, de Balthus, de Munch. Mais il y a surtout une personnalité déchirée et poétique. En propre une femme qui crée ce qui lui importe et fait baisser jusqu’à la garde tous les modèles de vert esthétique. L'artiste rattrape et capte  les insectes de sa pensée qui volent de tous côtés avec des étirements, des prolongations parfois des sutures. Elle met au point une balance pour peser le deuxième sang, le second lait.Pour le reste il suffit de ressentir le frisson qui flotte dans les "pages" de ses livres, dans les linceuls de ses caveaux. Se succèdent des moments rares, rentrés d’épines enfoncées dans les idées.

 

Meier Annz bon.jpgAnne Bourgeois Meier transperce, ramasse, lange. Devant un tel travail de « cruauté » on est pourtant tenté de parler de bonheur. Surgit la vie qu’on cherche, l’incendie de la douceur. Et de l’angoisse aussi. L’artiste fait la lumière même si parfois elle  a mal à ses formes, ses couleurs, ses secrets. Elle martèle dans son crâne un « ça n’a pas d’issue » mais reste éveillée et va droit au registre de l’avenir.  Sa main peut se lever, s’en aller loin de son bras et ne rien déclencher. Mais elle imagine déjà le prochain mouvement, l’autre caresse. Tout se passe là où se touche ce qui est redouté. L’imaginaire s’étire comme un courant chaud à l’intérieur d’une épaisseur cachée car la plasticienne ne propose pas des « façades » mais ce qui ne se montre pas. Pour que cela surgisse Anne Bourgeois Meier recommence sans cesse, rempile. Le corps s’ouvre, se laisse écarter à mesure qu'il est recouvert de bandelettes blanches. Œil reculé, œil physiologique, œil cosmique. Impulsion du dedans. La fin qui remonte trouve sa place au fond de la gorge pour manger du cri et du silence qui trouve des formes inattendues. Ordre et chute sont détachés tant est fort le  désir de défaire et de refaire.  Le réel de l'art devient l'incarnation de pensées ivres. L'idée n'est plus d'érotiser ce qu'il y a dedans : on est loin de la représentation du fantasme. Les œuvres sont les parts de nous qui n'ont jamais pris forme et langue. Tout s'articule selon une circulation dont nous ne possédons ni la clef, ni la maîtrise. Le mutisme du corps se change en une chambre blanche d'écho dans laquelle l'artiste met en miroir ou en abîme l'organique et le mental.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

23/06/2014

Pauvre Suisse ou la philosophie dans le lac

 

 

 

 

Aristote.jpgOlivier Massin & Anne Meylan, « Aristote chez les Helvètes, douze essais de métaphysique helvétique », Ithaque, Paris 100p, 13,50 E.

 

 

 

La Suisse réduite à un musée de cire voici un des standards que les certains de ses autochtones se plaisent à cultiver.  Côté photographie le mal fut accompli en début d’année avec « The Swiss » de Mathias Braschler et Monika Fischer, Hatje Cantz). Deux estimables professeurs des universités helvétiques reprennent le flambeau côté pensée sous prétexte de poser à des sommités douze questions inhérentes aux idées reçues sur leur pays. Entre autres « Qu’est-ce qu’une vache ? Qu’est-ce qu’une montagne ? Qu’est-ce que le Röstigraben ? Qu’est-ce qu’une fondue ? Qu’est-ce qu’un trou dans l’emmental ? Qu’est-ce qu’une banque ? Qu’est-ce que le plaisir de manger du chocolat ?  Venant au secours de la pédagogie avec un titre de pure B.D, le livre concocté par les philosophes et spécialistes de service pense amuser la galerie en jouant de la parodie et du canular. En dehors de rares saillies réussies ( « comment délimiter exactement une montagne » ) l’œuvre reste néanmoins un modèle idéal de banalité consternante. Les chromos se succèdent  sous le chignon d’une écrivaine ou dans la barbe de bucheron d'un spécialiste. Du chocolat ou du fromage naissent les  mets amorphes qu’osent ceux qui se veulent des sages en goguette. Oubliant que l’ironie et la dérision restent l’hygiène intime de l’esprit à condition d’être conséquentes, l’iconoclastie avorte plus qu'elle n'ovule en vignettes spécieuses dont les feux  d’artifices pédagogiques ne sont que des pétards mouillés. A vouloir tuer un certain ridicule celui-ci  peut finir par écraser.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

 

 

 

 

31/05/2014

Ecce Humus

 

Humus  2.jpg

 

Editions Humus, Rue des Terreaux, Lausanne.

 

« Humour, amours, éros, singularités, art » tels sont les mots clés d’une des maisons d’édition des plus atypiques animée par un couple qui fait du plaisir mental le mot d’ordre de son travail. Les éditions sentent bien sûr le soufre. Pour autant ses responsables ne cultivent en rien la provocation. Ils optent pour la curiosité. Sont publiés des singularités sauvés de l’oubli :  « Marthe de Saint Anne » (carnet d’une internée obsédée par le phallus), « Le curé travesti » ou « L’aviateur fétichiste ». Mais les éditions Humus s’honorent aussi d’avoir publié le premier livre des iconoclastes Plonk et Replonk comme les images plus tragiques du peintre Jean Rustin ou encore les femmes-fictions de Jean Fontaine le marieur des joie et, douleurs, des femmes et moteurs.

Humus 4.jpg

 

Défendant presque uniquement (à l’exception de Rustin et de l’album « Guerre(s ») un éros jovial les deux éditeurs prouvent que l’art est avant tout une cosa mentale autant pour celle ou celui qui la crée que celle ou celui qui la regarde. La vraie zone érogène reste le cerveau : il fait prendre conscience de l’excitation sexuelle et invente des fantasmes et rituels qui la nourrissent. Certaines des publications d’Humus sur-masculinisent ou sur-féminisent les corps mais toujours de côté de la vie et de l’humour et en évacuant le concept même de pornographie cet « érotisme des autres ». La dimension ludique demeure donc centrale. Certains peuvent trouver cela léger et réducteur. N’est-ce pas pourtant le moyen de flatter ce qu’on ne saurait voir et de renvoyer les Tartuffe à leur miroir ? On peut même imaginer une bonne sœur en cornette entrant rue des Terreaux comme si elle visitait une exposition de napperons : s’y déplaçant avec sérieux, prenant parfois un certain recul parfois aussi un plaisir naecissique. Mais n’est-ce pas là un « pur » fantasme ? Preuve que Humus dans son assentiment à la vie loin du louche et du morbide fait travailler la tête en osant lui proposer des rêveries. Ouverte plus que close le librairie illustre ce que disait Artaud : peut se « donner un nom ou une image à toutes choses sans être tout de suite cocu ou marron ». Préférons les mots, les fluides , les délices et parfums d’Humus(c) aux images de guerres et de mutilations.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.