gruyeresuisse

04/09/2018

Robert Montgomery : burn out

montgomery.pngRobert Montgomery, “And the screens that circle you like butterflies now”, Analix Forever, Genève. A partir du 13 septembre 2018.

Robert Montgomery expose chez Analix Forever ses plus récents travaux .La peinture y est considérée comme un palimpseste. Celui qui a commencé sa carrière comme peintre plus « classique » (exposé entre autres au Museum of Fine Arts de Houston), pour ses nouvelles peintures Montgomery retravaille les compositions de Malevitch (ce qu’il pratique depuis longtemps). Il y superpose des inserts poétiques actifs.

montgomery 2.pngPour le peintre américain le « Modernisme » de Malevitch n’est pas un style mais une morale à laquelle il ajoute ses propres utopies inhérentes à notre époque de crise sociale et écologique. Il revendique la poésie visuelle contre le consumérisme, la douceur face à la peur et la haine afin que son néo-« Modernisme » s’élève contre le « trumpisme ». Par ses photographies et ses panneaux de « poésies de feu », l’artiste trouve dans un dispositif de communication directe avec ceux et celles qui lisent ses textes en ignorant éventuellement tout de l'art.

montgomerry.jpgPour parvenir à ses textes terminaux l’artiste « écrit comme un fou » puis trie. Il ne garde que ses « manifestes idéalistes » capables de faire réagir ceux qui sont désolés ou révoltés par l’état du monde. L’artiste trouve ainsi un ton, une voix pour ce qui engage à une « conversation inconsciente collective ». Pour la survie de l’existence humaine, l’artiste pratique la créativité́, l’amour afin que disparaissent le marais des politiques et des technologies et celui des jeux de pouvoir parsemé́ de feux follets. Bref Montgomery ne s’accommode pas du monde tel qu’il est : il le fustige.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

31/08/2018

Le roman sous bonnet d’âne – Francisco Meirino

meirino.pngFrancisco Meirino, “Infernal à l’intérieur”, Editions Ripopée, Nyon, 2018

“Infernal à l’intérieur » est une histoire écrite par la réduction de pages complètes d'un roman aléatoire au moyen d’expressions simples. L’auteur et musicien invente une sorte d’écriture automatique et en collage qui tient d’une poésie abstraite (et quasi acoustique) qui évoque un abrégé tragique d’une histoire de famille, de séparation et de mort dans les boucles de temps.

meirino 2.pngLe créateur poursuit son goût pour les modifications, les filtres ou extraits qui semblent tirés d’un contexte énigmatique pour obtenir une telle substance suffisamment abstraites pour transformer le romanesque et obtenir une forme de « véda » plus ou moins chamanique. L’espace de la page « normale » est inversée : le fond est noir, le texte y apparaît en insert dans ce qui tient d’un réductionnisme un rien « punk ».

meirino 3.jpgC’est aussi une manière de cultiver certains fantasmes mais aussi de les électrifier ou les court-circuiter dans ce qui tient d’un condensé de Bukovski mais en moins dépressif. Comme lui il cultive le vrai du faux et affirme que l’art et la littérature ne servent à rien. Ce qui ne l’empêche pas de s’empresser de les transformer en termes addictifs tout en continuant à désobéir aux règles.

Jean-Paul Gavard-Perret

20/08/2018

Difficile de dire ce qu'on croit savoir : Pascal Le Gras

Le Gras.jpgDécomposant l’acte graphique, chaque page du livre de Pascal Le Gras est étroitement lié à l’espace. Par clivages et éclipses, décalages et répétitions images et textes se croisent. Leurs lances fragiles et drues bravent ou déchiffrent les messages estompés ou changés  afin de créer une lecture plastique particulière. Il faut donc suivre de tels sillages porteurs d’alliances. Tout témoigne de chutes et de remontées.

 

Le Gras2.jpgSe lient l’infime et le plus grand loin de tout effet "pétard" même si tout est spectacularisé - jusqu’au leurre d’un certain jeu de dames là où se réunissent les contraires en une harmonie dégagée de toute prétention et en divers allers et retours.

Le Gras3.jpgExistent des surfaces de réparation où l’artiste “ développe ” un humour vivace. Le voyeur lecteur n’a pas le souci de chercher son âme dans de tels envols et labyrinthes ludiques. Et se retrouve de fait un étrange écho à la B.D. de jadis : « Pim Pam Poum ».

Jean-Paul Gavard-Perret

Pascal Le Gras, « Pap Pip Pop », Litterature mineure, Rouen, 8 E..