gruyeresuisse

16/04/2018

Christophe Rey : associations, dislocations

Rey.jpgChristophe Rey, « Claquettes et ornithologie », Editions Héros Limite, Genève, 2018, 240 p., 28 CHF, 20 E.

Dans un mixage de "choses hétéroclites, nobles ou triviales, grossières ou délicates, complexes ou absurdes", Christophe Rey invente les listes qui sont autant de filtres, de philtres ou de grilles afin de saisir le monde à travers des biais comiques qui forcément sollicitent non seulement l’attention mais l’imagination du lecteur. D’autant que la manière de « monter » et montrer chaque liste n’a rien de figé. Tout se succède en une suite de « tableaux » sauvés des eaux ou du zoo humain.

Dans une telle raffinerie la valeur ou le vecteur dominant est le tacle : celui des rafales qui giflent la page, ratissent plus ou moins large afin que le lecteur s’y empale ou s’y estourbisse l’âme dans des agencements aux reliefs maltraités et où personne ne peut trouver la confirmation de ses savoirs acquis.

S’ensuit un examen de passage, un adoubement par figures polymorphes et hybrides qui ne résolvent en rien la question du motif. Il y a donc de quoi toujours caler sur les poncifs, de mordre dans la feinte et la poussière sans rien de pouvoir croire dur comme fer. Là où pourtant tout pousse à plaire et où sourd du neuf, du fort mais pas du réconfort. Les imbéciles risquent même d’être saisis d’une stupeur totémique.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

14/04/2018

Stéphanie Quérité au pied du mur

Quetite.pngDans tout livre il s’agit de savoir qui « parle ». Et ce qui se parle au sein de la langue et dans la confrontation aux autres langues. Il convient en plus de s’interroger de quoi toutes les langues répondent dans leur génie comme dans leur impuissance là où la souveraineté du sujet reste problématique.

L’objet de « L’Hésitation » est d’en trouver les indices pour savoir comment un corps mort se transforme en bouée du même nom. Dans ce but le livre s’emplit de multiples couches : l’auteure se jette dedans, dehors, en un retour, un revenir, un ressentir pour atteindre un double qui ramène à soi-même. Et ce même s’il existe toujours vis-à-vis de soi et des autres une distance qui vient forcément nourrir les fantasmes.

Jean-Paul Gavard-Perret

Stéphanie Quérité, « L’hésitation », coll. « Les carnets du noctambule », Editions Marie Delarbre, Grignan, 2018, 21 E..

12/04/2018

Pierre Alechinsky et Antonin Artaud en « repons »

Artaud 2.jpgA celui qui ne croit plus “ aux mots / à la vie / à la mort / à la santé / à la maladie : au néant / à l’être / à la veille / au sommeil / au bien / au mal ”, à celui qui “ croit que rien ne veut plus rien dire et que tout depuis toujours d’ailleurs n’a jamais cessé de me faire chier ” (Œuvres Complètes, XXIV, Gallimard) et qui opte contre la langue pour la glossolalie répond un des rares artistes capables d’être en symbiose avec lui : Pierre Alechinsky. Artaud a cherché des scansions, syllabe par syllabe et un langage où “ maumau ” se laisse envahir par des flux de pulsions phoniques et verbales. S’y mêlent une certaine drôlerie et surtout des formes de colère, de haine et de révolte.

Alechinsky.jpgA cette “ olophénie musicale ” (comme Artaud la nomme), à cette trépidation de forme épileptique du verbe répond les images d’Alechinsky. A leur manière elles rongent le logos qu’elles recouvrent en une sorte de fatras sur la fatrasie où elle repose afin d’ouvrir à une autre lisibilité et autre cartographie du réel. Dans ce jeu de « repons » deux danses du scalp se font écho. Elles s’excluent du jugement des pères et de celui de Dieu et de leurs repères. Ils sont évacués par deux corpus qui se fichent des lois coutumières.

Jean-Paul Gavard-Perret

Pierre Alechinsky et Antonin Artaud, « Le gi li gi li »,  Fata Morgana, Fontfroide le Haut, 2018, 20 p.