gruyeresuisse

03/02/2016

Anna Jouy et les ombres solubles

Jouy 2.jpgAnna Jouy, « L’Acide citronnier de la lune », coll.; Surya, Editions Alcyone, Saintes, 2016.

 

Anna Jouy est la poétesse des apparitions. Mais celles-ci ne se donnent pas selon un processus discursif ou descriptif : cela ne ferait que tourner autour. La langue de l’auteure participe au secret, elle lui donne forme. Son langage devient vision en sa texture pudique, étrange afin de « re-produire » du visible et traduire l’insu. Le signe est donc poétique : il passe la frontière des peaux à travers les perfusions et les canaux d’un verbe fondateur même si, dans un de ses complexes, Anna Jouy se dit « inculte ». Elle est tout le contraire. Les dits « lettrés » seraient bien incapables de développer des énigmes, de tricoter des maillages insondables comme elle le fait. Ses articulations, ses codes secrets dépassent la parole standard pour atteindre une connaissance qui n’est jamais pure spéculation intellectuelle mais veines du vivant venues de son propre souffle, de sa respiration. Chaque poème marque une route, une piste. Il est ouverture et creusement.

Jouy.jpgLà où les faux poètes disent et affirment, Anna Jouy fait plus : elle inspecte les dessous cachés d’une parole qui ne s’abandonne pas à la première détrousseuse venue. Il faut à l’écriture un engagement particulier seul capable de faire apparaître « L’Acide citronnier de la lune ». En lisant le livre qui en porte le titre et en suivant sa croissance, nous somme sà la serrure de l’extraordinaire d’un réel inconnu. La poétesse en explore les angles morts, cachés dans l’ombre. Elle les projette à la lumière. Quoique tributaire « d’une généalogie très nouée de secrets  de non dits », elle en dégage les nuances prisonnières. Son encre n’a pas besoin de venir de Chine ou du Mexique afin d’en venir à bout. Elle sort du ventre de la terre romande, fribourgeoise. Anna Jouy y plonge sa plume pour écrire avec «  cette attention et de cette intuition à laquelle je ne peux faire confiance et qui détient pourtant la certitude ». Celle d’être encore en vie parmi les ombres appesanties que la poétesse rend plus solubles.

Jean-Paul Gavard-Perret

02/02/2016

Les exercices de sagesse efficiente de Rémi Mogenet

 

 

Mogenet 3.jpgRémi Mogenet, "777 aphorismes ésotérismes", Editions Le Tour, Samoëns, 92 pages, 12 E., 2016.

 

Rien de plus périlleux que l'exercice de l'aphorisme. Beaucoup s'y cassent les dents car la forme ramassée implique souvent la seule tentative d'une brillance superfétatoire. Rémi Mogenet évite ce piège car ses aphorismes ne cherchent jamais l'effet pour l'effet. Certes certaines formules sont lapidaires et acérées et se suffisent par leur poésie plénière. Citons par exemple "L'autorité est du domaine de l'air, en tant qu'elle est exercée, mais elle trouve sa légitimité dans le feu, qui lui donne sa lumière" : tout est (bien) dit. Néanmoins l'auteur sait aussi ne pas se limiter à une formule trop resserrée lorsque le propos a besoin d'être nuancé. Pour chaque assertion Mogenet assoit ses affirmations sur une connaissance approfondie de l'histoire et fondée sur diverses traditions culturelles. Le monde moderne y est revisité à leur aune. L'auteur s'y fait penseur radical mais il réduit à néant les philosophes au messianisme médiatique qui ne touillent qu'une pensée molle. Celle de l'auteur ne l'est jamais.

 

Mogenet.jpgExiste dans son livre un souffle. Il donne à l'Occident d'autres prolégomènes que ceux qu'on lui accorde trop souvent. Le seul bémol qu'on peut lui porter ne tient pas à son propos mais (hélas) à son éditeur. Publié dans une maison éloignée du mausolée germanopratin il est sine die occulté. Il souffre donc d'un mal que les éditeurs suisses francophones connaissent d'ailleurs trop bien. Mais qu'importe : sous l'égide de penseurs parfois trop oubliés ou reclus au rang de "réactionnaires" (Joseph de Maistre en tête) l'auteur remet les considérations dites d'usage en place. Cultivant au besoin l'ironie - "Les Vaudois parlent apparemment français mais font semblant de parler allemand" ou encore "Le Christ n'a pas besoin d'être Dieu : il lui suffit d'adorer son corps mystique" -,celle-ci devient plus impitoyable que clivante. Les 777 aphorismes permettent de renouer avec leur genre car l'auteur ne le traite jamais par dessus la langue. Elle est rarement aussi riche et puissante afin de remettre des vérités courtes ou des mensonges d'usage à leur place. Le texte est donc à lire absolument à qui ne veut pas vivre idiot. Il prouve enfin que l'ésotérisme n'est pas ce qu'on croit. Estimé anachronique il demeure bien vivant lorsqu'il est - comme chez Mogenet - cultivé à bon escient.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

19/01/2016

Black Box et Magic Woman : Marie-Laure Dagoit

 

 

Dagoit.jpgFeignant d’afficher devant le monde une forme d’indifférence contemplative même si elle est sensible à certains de ses plis Marie-Laure Dagoit a glissé dans sa boîte noire certains de ses secrets. La couleur est moins celle de Thanatos que des dessous-chics, de leur enfer et de leur paradis. La voyageuse obstinée joue des ombres portées par de sombres héros et de divers monstres délicieux. Le rêve n’est pas l’abstraction de la réalité mais son prolongement et son abîme. Dagoit 3.jpgChaque livre du coffret devient un label de cas d’X. La créatrice y joue au besoin les convulsionnaires ou les antipodistes. Elle sait que l'idée même de la liberté est peut-être une croyance : c’est néanmoins la seule qu’il faut retenir. Les fantasmes y jubilent et poussent comme du chiendent. Ils lèvent les interdits les transforment en absinthe là où  bascule l'astre du ciel (lune ou soleil qu’importe) sur l'abîme offert à la fournaise et la lumière blanche.

Dagoit 2.jpgL’œuvre dans sa boîte devient une chrysalide, l’ouvrir permet aux papillons du soir de chasser la détresse de l’idéalité et lancer par leur vol un défi aux étoiles. Créer c'est encore désirer : avoir la passion de la recherche et de l'exigence. Le coffret a donc du coffre. Un fleuve d'idées ou d’émotions le traverse en touchant à l'archéologie de l'impensable, en travaillant les traces corporelles au double sens de vestige et d'état naissant - points de vie, empreintes de ce qui ne se dit pas, mais qui permet une connaissance. Il en va d'une présence sensorielle du secret de la face cachée  du réel, celle où rodent les fantasmes en embranchements multiples et autant de rhizomes.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Marie-Laure Dagoit, « Le coffret noir », Editions de la Salle de Bains, 2015, 280 E