gruyeresuisse

25/08/2016

Dada témoignage : Friedrich Glauser & Hannes Binder



Dada2.pngFriedrich Glauser - Hannes Binder, « Dada » , traduit de l'allemand par Lionel Felchlin, Editions d’en bas, Lausanne, 64 p., 10 CHF, 2016

Friedrich Glauser et Hannes Binder ne sont pas de la même génération ; la mort du premier précède de dix ans la naissance du second qui affirme néanmoins au sujet du premier qu’il reste « un compagnon à vie.» Pendant deux décennies le Zurichois a illustré les textes de Glauser et en particulier son personnage fétiche : l’inspecteur berlinois Studer dont les aventures policières ont été réunies en un volume conséquent traduit de l’allemand aux Editions d’En Bas.

Dada.pngGlauser quoique né en Autriche et mort en Italie est Suisse. Un Suisse marginal. Ancien de la Légion étrangère il a passé beaucoup de temps en prison militaire et dans les hôpitaux psychiatriques pour son addiction à la morphine. Fasciné par l’auteur Binder fut sollicité par les Editions Limmat Verlag pour réaliser les couvertures de six romans de Glauser. Et peu à peu le dessinateur a « imagé » l’œuvre. D’abord « Le Chinois » transformée en bande dessinée. L’artiste travaille selon une technique particulière : en négatif, au moyen de la carte à gratter. Il a donné une image rémanente à Jakob Studer, grand buveur de schnaps, bedonnant, moustachu, perspicace, persévérant et grand pratiquant d’une diplomatie implicite.

Dada3.pngAu moment où est fêté les 100 ans du mouvement Dada fondé au Cabaret Voltaire, le texte « Dada » est un extrait du livre « Glauser » de Hannes Binder publié́ en 2015 chez le même éditeur. Friedrich Glauser évoque les souvenirs des premières manifestations du mouvement. C’est l’époque où le futur auteur interrompt ses études de chimie et fait la connaissance de Tristan Tzara. Sans être lui-même membre fondateur du groupe, il participe à presque toutes ses soirées. Il lit ses propres textes ou ceux d’autres auteurs. Devenu ami de Hugo Ball et de Emmy Jennings, il les accompagne en juin 1917 au Tessin pour échapper à son père et aux autorités qui veulent l’interner dans une maison de santé avant que les amitiés s’effilochent. Ce texte reste un témoignage de première main du mouvement d’avant-garde le plus important du XXème siècle. Il prouve comment l'art devait rappeler la vie d'avant le jour en de nouveaux langages qui trouvèrent là un moyen à la fois de renaître ou de s'élever face aux contre façons culturelles et aux maladies de l’idéalité.

Jean-Paul Gavard-Perret

17/08/2016

David Lespiau : l’élan de la poésie

 

Lespiau.jpgDavid Lespiau, Récupération du sommeil, Héros Limite éditions, Genève, 2016.

David Lespiau crée une poésie qui transcende tout témoignage ou jugement. Son pacte toujours inachevé détruit la fausse libération et de la lumière que la poésie spiritualiste entretient. La clarté est faite de contraintes, de reprises, de « durations » séparées par des espaces pour modifier leur trajectoire et créer des insomnies. La poésie versifiée introduit une sorte de prosaïsme fait de notules, de micro-récits, d’éléments de culture vernaculaire dans un « montrage » et des remodelages. S’instruisent de nouveaux réseaux et jonctions à l’intérieur du sommeil de la conscience qu’il s’agit de pénétrer pour cibler son contenu en dehors de l’apparence d’une prétendue vérité.

Lespiau 2.pngDe la saturation mentale, de la démesure de sa monotonie que produisent le rêve et la fatigue jaillit une suite d’informations bigarrées. L’écriture les met en mouvement selon divers volumes afin d’introduire la lumière en l’obscur. Chaque élément du livre se veut actif par jeux de torsions : elles ajustent des solutions nouvelles pour faire basculer le texte hors des sentiers battus et lui donner plus de densité, d’ambiguïté, mais surtout de simplicité et de dénuement selon une trajectoire faussement "distractive". Chaque blessure reçue par l'inconscient se transforme en bombe. Un certain sourire maîtrisé de la poésie s’enrichit de transformations tacites à l’intérieur du corpus qui n'est plus réduit à un compost mentalisé par la prétention purement formaliste.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

16/08/2016

Morgane Som Ville : subtiles simplicités

 

Morgane Som Ville.jpgLes dessins de Morgane Som Ville parlent et mangent. Mangent des corps par le sexe, par la main et le sourire. Ils racontent le monde de l’intime avec humour et fantaisie. L’intimité recherche un tel du sucre. Et le réel a besoin de l’attention que la créatrice lui porte. Les personnages qu’elle dessine sont des fruits du silence.

Somville 3.jpgMorgane Som Ville couche aussi sur le papier la sidération la plus simple : celle du silence. Les dessins symbolisent le besoin de grâce. Aux esprits cannibales elle offre le chant du besoin et lui accorde une forme de volubilité. L’artiste sait créer juste l’ébauche de l’éblouissement plutôt que de le convulser.

Somville 5.jpgLe regard le savoure, en apprécie les confidences et les discrètes transgressions de tabous. Cela tient d’une aurore et parfois d’une sorte bonheur simple et étonné. Le tout dans la clandestinité et par instinct. Le dessin joue un recommencement, écarquille les êtres, lance un bonjour. Avec une simplicité subtile. Celle de la folie des jours par la saisie décalée de l’aujourd’hui.

Jean-Paul Gavard-Perret

(second dessin avec Paul Poule)