gruyeresuisse

18/03/2020

Poésie des confins : Maurice Chappaz

Chappaz.jpgLe temps de confinement peut être celui non de l'égarement mais de recueillement. Il est l'occasion de la relecture d'auteurs précieux. Maurice Chappaz par exemple. Ouvrir un de ses livres presque au hasard reste toujours aussi saisissant. Pour preuve "Le Valais au gosier de vivre". S'il s'ancre ici et comme toujours dans le présent, celui pour qui l'âme suisse se partage «entre la fresque et le journal intime» crée un chant aux couleurs particulières puisque la poésie paysagère est en prise non sur ce qui est mais était.

Chappaz 2.jpgEn effet, celui qui fut pendant deux ans, aide-géomètre sur les chantiers du barrage pharaonique de la Grande Dixence, puise dans une telle expérience industrieuse la matière du "Valais au gosier de grive". Le livre forme un dypptique implicite avec son "Chant de la Grande Dixence". A l'inverse de celui-ci, le premier joue de l'apparente naiveté et la douce ironie que l'auteur malaxe avec plaisir : "Le gouffre, on le pétrit, / les collines, on en presse le jus, / la caque et les parfums. / Pas besoin de se faire du souci ! / Les machines sont des poètes / qui n’ont pas peur d’aller jusqu’au bout."

Chappaz 3.jpgL'auteur évoque la disparition des villages et des lieux noyés pour cause de modernité. En un tel inaccessible espace, il revisite des paysages plus lointains que les fenaisons de jadis comme il est revisité par eux. Maurice Chappaz marche sans attente, balaye les absences, s'enserre de vent. Sa poésie chuchote, rassure un peu plus que celle de Ramuz mais moins que celle de Jacottet. D'où la singularité et l'autonomie de l’œuvre. Songe et réalité se mêlent sans la moindre ostentation. A ce titre l'auteur du "Testament du Haut Rhône" rameute le son des nuages et le  scintillement des eaux où se heurtent nos enfermements.

Jean-Paul Gavard-Perret

Maurice Chappaz, "Le Valais au gosier de grive", Editions Fata Morgana, Fontfroide le Haut, 2008, 72 p. Les mêmes éditions ont publiés ou republiés les oeuvres majeures de l'auteur.

Les 2 dessins sont de Gérard Palézieux illustrateur de l'oeuvre (entre autres).

16/03/2020

Un adolescent d'autrefois - Alain-Fournier

AFournier.jpgugustin, le héros du Grand Meaulnes s'oppose au statut classique d'un tel personnage. Il est gauche et est moins fascinant que d'autres présences de livre (Franz en particulier). Un tel roman de scolarité (et qui repose sur son calendrier) possède des moments merveilleux et une absence de causalité. D'où sa fascination par des générations de lecteurs vis à vis de l' "ange", éternel adolescent.

Alain-Fournier ne fait aucun portrait de ce (anti) héros orphelin de père : celui-là prend sa tête entre ses mains et devient une ombre, une effluve, un courant immobile qui habite mal son corps. Tout ce qu'on saura :  crâne rasé il est glabre avant qu'une barbe pousse sur son visage osseux. Ce  taiseux est quelque peu  vampirisé par le narrateur et se sent insolite. Pour preuve il traverse l'épisode central de la fête (qui symbolise une sorte de fin de l'adolescence) comme un intrus dont la figuration est instable et hésitante mais toujours disponible à la rencontre.

L'adolescence de héros est rêvée d'autant que cette notion n'est à l'époque pas encore stabilisée. Nous sommes au début de sa reconnaissance  qu'Alain-Fournier fait advenir - après Rimbaud. Entre rusticité, nostalgie et féerie Meaulnes perd, faute de mots, sa route. Et la clé est détenue par un personnage louche et que sa domination suggère.  Existe là un nécessaire inaboutissement réglé par Augustin lui même. Son narrateur en devient le désenchanteur. Ce qui le rend plus attachant encore.

Jean-Paul Gavard-Perret.

Alain Fournier, "Le Grand Meaulnes", Edition de Philippe Berthier, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard Paris 2020, 560 p., 48 E..

13/03/2020

Antonin Artaud : morcellements

Artaud.jpgDès son enfance Antonin Artaud n'existe plus. Un surnom s'imprime sur sa matrice, vierge, germinative. Il devient un "crachat" . Plutôt que de s'en débarasser Artaud va en multiplier les avatars. Le "vrai" nom qui généralement représente la loi ne brandit plus son glaive. Il est remplacé - selon le Rite du Ciguri qui rappelle bien d'autres mythes primitifs - par râpe magique de la dé-nomination l' encendrement de l'être.

Preuve que le nom officiel est "détaché d'une image agie et vécue quelque part". Si bien qu'Artaud demandera même à Paulhan d'éditer "Le Voyage au pays des Tarahumaras" sous la seule signature de : ***. Mais dans "Je ne suis pas Nanaky"  le "Momo" veut échapper au vivant honni. Le nom ne serait enfin moins "un gouffre de recommencement" que le lieu du commencement. Sortant d’un chaos Artaud semble ordonner ou du moins laisse espérer un autre règne.

Artaud 2.jpgEt ce au moment où piochant dans le cadavre de la langue il essaye d'atteindre une avant-langue ou son avant genèse par les glossolalies. S'étant rendu compte que "les mots étaient incapables de dire tout ce que je voulais leur faire dire" il va inventer des "syllabes parfaites" (c'est lui qui souligne). Dans ce mystérieux alphabet mastiqué par une énorme bouche, "épouvantablement refoulée, orgueilleuse, illisible, joyeuse de son invisibilité" l'auteur va recouvrer son nom. Le vrai. Quoique transformé dans ses glossolalies des Cahiers du Retour à Paris en "Timpi / Le vulz de ki / Le vul ibi".

Jean-Paul Gavard-Perret

Antonin Artaud, "Je ne suis pas Nanaky" , Illustrations de J-G Badaire, Fata Morgana, Fontfroide le Haut, 2020, 32 p.