gruyeresuisse

11/07/2018

Ionut Caragea : pluie d’hiver, pluie d'été

Caragea.jpgIonut Caragea une nouvelle fois espère contre la solitude inhérente à l’homme l’espérance d’un miracle aussi provisoire que perpétuel. Déferlent le réel et l’irréel comme dans chacune des œuvres du poète, fruits des terreurs passées mais tout autant d’un incessant avenir plus prometteur

Face au dur désir d’être la femme, donc en rien la revenante, elle est toujours restée ici. Elle a toujours existé comme la porte ouverte dans les murs de l’existence. Elle dort aux côtés du poète et lui permet d’exister. D’autant que celui-ci ne se l’annexe pas, mais en devient l’hôte.

Caragea 3.pngContre l’appel du vide, elle ne sert pas seulement à le combler. Preuve que contrairement à ce que pensait Duras, l'amour n'est pas une maladie. C'est la seule addiction nécessaire et le bon alcoolisme. Il permet à l'auteur ce que l'on pourrait résumer d'une formule: « je traverse, j’ai été traversé ». Dès lors, sur le sable de l'amertume, l'amour est la pluie d’été.

Jean-Paul Gavard-Perret

Ionut Caragea, « Mon amour abyssal », Éditions Stellamaris, 86 p., 2018

10/07/2018

Allers et retours de Paola Pigani et Bettina Stepczynski

Pigani.jpgPaola Pigani et Bettina Stepczynski (Se) Correspondre, co-éditions Jean-Pierre Huguet et Lettres frontière, 40 p., 5 E..

Il se peut qu’elles se comprennent, sûrement même. Car ici, écrire est un voyage - d’abord obligé - et qui soudain dans la césure du partage crée un aller un retour à travers des temps, des paysages disloqués. Aux allers simples font place les retours des deux lauréates du premier Prix Lettres frontière 2014. Leur tandem va l’amble en un échange où les deux auteurs évoquent leurs rapports particuliers aux lieux, objets ou auteurs.

Huguet.jpegLes origines des deux correspondantes expliquent bien des vues. Pour Paola Pigani l’Italie n’est jamais loin. Pour Bettina Stepczynski née à Langnau dans l’Emmental et qui vit aujourd'hui à Carouge l’écho est allemand. Les deux créatrices ont déjà évoqué leurs conceptions du monde et le déchirement. Paola avec "N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures" et "Venus d’ailleurs". Quant à Bettina elle est toute empreinte de l’histoire d’une minorité allemande en Haute Silésie contrainte, par les accords de Potsdam, à l’exil. "Sybille, une enfant de Silésie" en indiqua les racines.

Huguet 2.jpgUn tel projet - en collaboration avec le Salon International du Livre et de la Presse de Genève et avec les soutiens de la Fondation Jan Michalski - donne aux deux femmes l’occasion de parler des exils et des équilibres plus ou moins instables. Si bien que ce livre de « repons » ouvre à des questions dont lectrices et lecteurs doivent faire bon usage au sein d’un désordre que l’une écrit devant un « caffe freddo » l’autre devant une boisson plus chaude..

L’intimité des créations est là. Les deux femmes dansent sur des abîmes car leur déracinement est là. Elles témoignent de ce que Erri de Luca dit : « L’écriture est un acte de résurrection de lieux et de personnes du passé pour les arracher de cette absence ». Néanmoins au-delà du constat les deux femmes trouvent une communauté avouable dans le doux désir de durer entre dérives et reprises. Elles animent leurs deux voyages dans le temps : le bel aujourd’hui fait le lien entre passé et avenir.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

05/07/2018

Ondine aux chandelles – Lucile Littot

Littot bon 2.jpgBoudeuses ou rieuses les femmes de Lucile Littot sont les héroïnes de fables ou de films pas forcément muet dont le temps trouble est fabuleux. Existe a priori de fabuleuses légendes mais néanmoins elles se retrouvent décaties et en loques. L’artiste a fomenté son univers du côté d’Hollywood et son imagerie s’en ressent. Il existe du Sofia Coppola ("Marie-Antoinette") dans ses excès et débordements de vicissitudes décadentes.

Littot bon.jpgLes mythes féminins qui surgissent sortent de tous les étages de l’histoire de l’art - de la Renaissance à l’âge d’or du Technicolor façon Nathalie Kalmus. Sous couleurs pastel et enchevêtrements baroques des céramiques,  jaillissent l’excentricité d’installations et l’étrangeté des performances. Les décors kitsch cachent - enfin presque - des craquellements sourds er des fêlures profondes.

 

 

littot bon 3.pngDans les peintures comme dans les scénographies de la plasticienne des amazones jaillissent de la cour des Médicis ou d’une boîte des Années Folles. Il y a là des femmes haves et blêmes, un âne étonné au milieu de mobiliers impérieux dont  l'état est douteux sous leurs éléments architecturaux. Un lit est peut-être nuptial mais un doute subsiste même si à ses pieds trône une robe abandonnée. Dans tous les cas la fête est finie ou presque. Et quelle qu'en fût l’issue les yeux sont las. Et le corps fatigué. Il y aura personne aux messes du matin ou sur Sunset Boulevard.

Jean-Paul Gavard-Perret

a voir site : lucilelittot.com.