gruyeresuisse

19/06/2017

Romain Puertolas : la nuit des Mormons vivants - mais pas pour longtemps

Puertolas.jpgAprès son « Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea » et « La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel » Romain Puertolas frappe encore plus fort et au cœur du discours au sein de ses voyages policiers et intercontinentaux. Croulant sous le poids des lipides sa commissaire de choc plus que de chic se retrouve désormais à New-York. Pas la Big Apple mais la bourgade d’une centaine d’âmes au fin fond du Colorado. La policière y débaroule armée moins d’un Police Python que d’une méthode particulière et surréaliste d’investigation : l’association libre des mots et des idées...

L’irrationalité permet de faire de la pensée un mouvement en déplaçant le filtre des causes et effets. La lumière de la fine limière vient d’un bergsonisme policier plus que d’une introduction à la métaphysique. Ce qui n’évite pas aux corps conducteurs de tomber comme des mouches ou de disjoncter. Néanmoins sous forme de divagations farcesques l’impossible jouxte le réel entre écureuil irradié, maffieux pétochards, bucheron adepte du hautbois.

Puertolas 2.jpgFichée sur ses cuissots goûteux et persillés la commissaire fait preuve d’intuition et d’intelligence jusqu’à l’insu de son plein gré. Les cambrousards des Montagnes Rocheuses, ces bouseux de Néandertalc, n’ont qu’à bien se tenir : ils vont se faire tacler jusque dans leurs surfaces de réparation par celle dont le soutien gorge du Colorado est plus imposant que ceux de l’Ardèche ou du Tarn.

Puertolas3.jpgLe poulet transformé en poulette réduit le Shérif à ses raies alités. On l’a compris : Puertolas moque du vraisemblable : d’où l’intérêt pour sa littérature kamikaze et son héroïne bouddha blanc. Entre Mel Brooks et Tarantino, elle ne cesse de chercher des papous dans la tête grâce à ses techniques d’éradication. Vade retro Thanatos telle est sa marque de fabrique. Enigme résolu il sera temps de boire un canyon. Mais la pinture vient très vite en picolant un tel roman. La virtuosité ignore ici la pause au milieu des tétons flingueurs. Il y a là bien plus qu’un livre pour l’été  mais celui de l’année

Jean-Paul Gavard-Perret

Romain Puertolas, « Tout un été sans Facebook », Le Dilettante, Paris, 2017.

 

11:11 Publié dans Humour, Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

16/06/2017

Abbé Louis : Père vert et entorses bénéfiques

Le curé.jpgAbbé Louis, « Le curé travesti », coll. Eros Singulier, Humus, Lausanne


Le directeur de la collection Eros Singulier a été mis - il y a quelques années - sur la piste du journal d’un curé de campagne au cœur de la France. De ce massif central le préfacier et éditeur a retenu les poèmes, fragments, récits ou facéties où le prélat pour se prélasser s’est amusé à compasser les descriptions minutieuses de travestissements et de diverses combinaisons sexuelles.

Le curé 3.jpgLibidineuses, voluptueuse, fantasmatiques et drôles ces œuvres sont plus le fruit d’un pur scripteur que d’un pratiquant. Il est vrai que dans la campagne française au milieu du XXème siècle, un abbé ne pouvait jouer les Molinier. Et le queer demeurait une vue de l’esprit. Le penchant pour la chair devint néanmoins un sacerdoce littéraire dans les moissons d’un prêtre où l’ivresse est préférée au bon grain.

 

 

Le curé 2.jpgLes textes posent la question de ce que l’on voit lorsqu’on lit. Et se perçoit aussi comment un pratiquant de la dérision et de l’autodérision conteste les limites de la sexualisation et la sortie de leurs constructions officielles. L’abbé céda à une succession d’espaces désorientés où s’abolissent les repères.

Nul ne sait s’il fut inspiré, pour ses digressions, par les confessions sulfureuses de ses ouailles ou par les ondulations croupières d’une bonne gironde. En tout état de cause, demeure la méditation lascive d’un abonné à la solitude de presbytère. Surgit de manière compulsive un monde obsessionnel où l’auteur se plut aux infinis arrangements d’entorses de gouffres plus démoniaques que saints. Dieu l’en bénit.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

30/05/2017

Nicolas Pesquès : « Nouvelles de l’impossible »

Pesques.jpgFidèle à son habitude Nicolas Pesquès propose un livre qui décoiffe eu égard au statut des textes qu’il contient. Ce livre parle de tableaux, arpente la peinture et la couleur en des textes hybrides à la fois critiques et de poésie pure. « On n’y apprend peu de choses » dit modestement l’auteur. Il est vrai que le texte prend par revers les corpus non seulement de l’art et de son histoire, mais tout autant de la philosophie et de la poésie (Rimbaud en tête).

PesquesMoninot.jpg

 

Ces textes réussissent des a parte des plus significatifs à travers l’univers des artistes que l’auteur retient. Et ce dans une configuration particulière. Elle met en exergue certes des artistes reconnus (Buraglio; Gilles Aillaud, Garache, Jan Voss, Delacroix, Opalka, Schlosser) mais aussi des œuvres plus neuves, moins médiatiques mais d’un intérêt majeur : celles d’Aurélie Nemours, Bernard Moninot et ses tables, Brigitte Palaggi par exemple).

pesques Voss.jpgPour chaque œuvre, Pesquès crée une propre physique du texte, et son espace phrastique particulier. Et c’est bien en ce sens qu’il faut comprendre le titre du livre. « Sans peinture », celle-ci est néanmoins dedans, elle se lit dans ce qui n’y a pas été écrit mais que l’auteur propose. Dès lors les images s’ouvrent comme le titre du livre s’ouvre entre ces deux termes afin que l’indicible ne soit plus un innommable. L’auteur demeure donc fidèle à une idée qui est chère : « les tableaux font comme les poèmes et les poèmes aussi font comme les tableaux ». Les deux donnent des « nouvelles de l’impossible ».

Jean-Paul Gavard-Perret

Nicolas Pesquès, « Sans Peinture », Editions l’Atelier contemporain, Strasbourg, 304 p., 30 E., 2017.

(oeuvres de Bernard Moninot et Jan Voss)