gruyeresuisse

30/10/2018

Dunia Miralles la Sorcière bien aimée

Miralles.jpgDunia Miralles, "Folmagories", L'Age d'Homme, Lausanne, 2018.

"Cumulatrice de paradoxes", Dunia Miralles auteure, metteur en scène, performeuse, offre aujourd'hui de petits plaisirs soupoudrés de souffre. Le conte fantastique lui permet de poursuivre la recherche de ce qui se cache dans les plis de l'inconscient. Après "Swiss Trash", "Fille facile" et "Mich-el-le, Une femme d’un autre genre" (qu’elle a également adapté au théâtre) la punkette de la Chaux de Fond paufine un univers fantastique.

 

 

 

Miralles 2.jpgChaque texte devient un fol asile, une maison de coucous. S'y mélangent entre la réalité et le merveilleux (ou l'horrible), sorcières, vouivres, feux-follets, diables mais aussi d'autres chimères moins opaques (quoi que...). En hommage à la littérature magique et morbide qui a endiablé sa jeunesse (Andersen, Stephen King, Poe, Baudelaire... ) l’auteure retrouve et tricote (mais pas au point de croix) ses sujets de choix en un mixage d'angoisse, de folie (amoureuse - et pas seulement).

 

 

Miralles 3.jpgIl s'agit pour la créatrice de brouiller les cartes qui donnent l'atout en exercice de liberté. Les Vénus venus d'ailleurs brûlent d'amour sauvage pour le Taureau, le démon n'est pas une bête mais un être qui glisse son esprit dans l'instinct. C'est un principe actif comme tous ceux que la créatrice affectionne pour détruire la conformité des dogmes. Une fois de plus elle montre son dégoût de l'ordre et les idées qu'il recouvre. Sa littérature est un ailleurs : la porte qui y mène est le feu des enfers intérieurs.

Jean-Paul Gavard-Perret

27/10/2018

Jacques Cauda ou la joie de peindre au noir

cauda.jpgCauda ramène en ses poèmes vers toutes ses mailles à partir du modèle, « avant apprêt », sans que rien ne soit soustrait à la vue. Et voici à nouveau le bourreau du bitume, « emmailloté dans un beau tablier de cuir d’un légionnaire ». Mais pas n’importe lequel : celui de Piaf, qui aime les femmes toute la nuit et s’empare de leur fruit mûr avec ses pinceaux dressés comme des « boas obscènes ».

cauda 2.jpgAinsi va sa peinture lorsqu’elle entre pénètre les linteaux d’un cadre-lit dont la toile vierge oblige l’adhésion au pacte méphistophélique du maître en félixité. Rien n’arrête ses prises où tout biche puisque ses sirènes se laissent aller à des bains de sièges afin de remonter le courant de la vie où la truite saumonée et le menu fretin frétillent.

 

cauda 3.jpgLe peintre poète offre une belle leçon d’inconduite forcée du haut de son "quoi d’autres sinon la peinture ?". Garance, lapis-lazuli, malachite, terres de Chypre ou de sienne : tout est bon pour les cuisses et les épaules nord et sud des écorchées vives dont le ventre s’anime du thorax au pubis pour le seul exercice digne des vivants et des artistes.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jacques Cauda, « Peindre », Tarmac éditions, Nancy, 2018, 72p., 15 e..

 

 

 

 

23/10/2018

Serge Boulaz et Francesco-Maria Oriolo : le fol asile

Lautre.jpgSerge Boulaz et Francesco-Maria Oriolo, "L’autre c’est moi", Héros Limite, Genève, 2918,22.40 CHF / 16 euros

Serge Boulaz et Francesco-Maria Oriolo  ont mené avec, avec une cinquantaine d’élèves de 12 à 15 ans à Genève un travail de « répons » aussi original qu’ouvert. Il permet aux élèves de créer et de réfléchir et aux lecteurs de s’interroger sur le sens des images loin des philosophes penseurs légistes. Exit les Derrida et Jean-Luc Nancy.  Halte aux plaisanteries spéculatives. La pratique vaut toutes les théories. L'appréhension des images est liée ici à la situation migratoire actuelle.

L'autre 2.jpgSerge Boulaz a demandé à chaque élève de choisir une photographie de presse  sur ce thème afin de les reproduire (suivant la technique de la mise au carreau) et y déposer son interprétation et son émotion. Francesco-Maria Oriolo, en montrant à ses élèves ces peintures, leur a demande d’en choisir une afin d’écrire des strophes poétiques. Le livre est le résultat de ces écritures et images croisées où  une jeunesse dans l’enfance de l’art et de la poésie a beaucoup à dire et à montrer du et contre le réel sans le pousser vers le ciel mais le rapprocher des argiles terrestres.
 
L'autre 3.jpgIl ne s’agit pas  seulement de pénétrer dans les cercles d'un enfer dont certains tentent de sortir retrouver des arpents de lumière. Les élèves ont compris que l'ombre est en rendez-vous. Ils prouvent que mots et peintures ne déjouent aucun sort mais expriment la vie sous des  présences équivoques. Ces jeunes créateurs ne concèdent que quelque pointe au lyrisme là où souvent ils distinguent plus que d’autres l’effondrement d'espérances vitales. Le  livre entraîne dans un corpus propre à stimuler  la réflexion « les plus grands ». A ce point la peinture et poésie créent un pas au-delà mais aussi un nécessaire miroir. 
 
Jean-Paul Gavard-Perret