gruyeresuisse

30/03/2015

Poétique du regard : Pierre-Alain Tâche

 

 

Tâche.jpgPierre-Alain Tâche, « Une réponse sans fin tentée », L’Atelier Contemporain, Strasbourg, 172 pages, 20 E..

 

 

 

Voir le réel échappe largement au champ de la maîtrise. Le filtre des médiums n’arrange rien. Il simplifie ou raidit la réalité en fonction de l’idéologie qui le fabrique. D’où l’importance des arts. Sans oublier la poésie. P-A Tache ne la néglige pas. Il lui doit sa renommée et fait mieux ici que l’illustrer. Elle devient le langage particulier qui force à repenser la création et le monde. P-A Tâche rappelle que tout plasticien comme tout poète intervient face à ce qu’il nomme « l’évidence obscure » de  l’ « entrevoir, le croire entrevoir, le croire » (Beckett). La croyance reste en effet le pire piège à qui veut comprendre l’être et le monde. Le créateur est donc forcément - sinon athée - du moins incroyant ou mécréant. Son travail induit la « décréation ». Et Tache de préciser : ce qu’un artiste re-présente  « gagne parfois le pouvoir de guérir la cécité et le silence : la taie disparaît et la bouche ose ». Rares sont les textes aussi  forts pour évoquer le dialogue que le regard engage avec l’image. L’auteur y remonte aux racines d’un mystère que la raison ne peut dissiper : celui où formes et couleurs créent le feu sourd qui écarte la nuit.


Jean-Paul Gavard-Perret

 

26/03/2015

Etude, puanteur, altitude : « Dorade » revue

 

 

 

 

Dorade 3.jpgNaviguant entre une mer de sarcasmes et lac Léman, au milieu de carpes diem et groseilles à maquereau, Philippe Jarrigeon et Sylvain Menetrey ont fait de leur revue un outil critique et érotique. Les sirènes disent-ils y sentent mauvais mais comme les andouilles : plus elles puent plus elles se dégustent avec appétit. Ne soyons donc pas dupes des deux iconoclastes et suivons le sillon de leurs poissons. Gras ou maigres ils ne sont jamais de menus fretins.

 

 

 

Dorade 2.jpgDans leur méthode paranoïa critique les deux compères siffleurs créent un spectacle qu'on bisse mais qu’on aurait jadis classé X dans lequel l'humour remplace l'amour - ce qui évite toute bouillabaisse romantique. Allant à la pêche d'images inattendues, les revuistes les revisitent jusqu'à ce qu’elles deviennent les caricatures de ce qu'elles étaient sensées offrir.

 

 

 

dorade.pngJarrigeon et Menetrey savent franchir les limites et on leur en sait gré. Démoulant les images admises et après fouilles et exhumations, ils ont pour devise trois mots : étude,  puanteur, altitude. Quoi de mieux afin que les caresses sans parole des images râpent ? Eros n’est plus ce qu’il était. La revue soulève les dessous des femmes et des hommes pour  créer l’arête vive d’un ciel de lit et remonter le cordon qui permet de se pendre au rideau. La dépense chère à Bataille elle-même est remisée au rang des concepts anciens. Seule l’absence reste le meilleur des biens en touffe de mots parcimonieux tandis que les images aboient aux nuages.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

17/03/2015

Stephen Felton : grève de la fin

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Felton.jpgStephen Felton, "The wind, love and other disappointments", Ripopée, Nyon, 2015

 

 

 

 

 

 

 

"Le vent, l’amour et autres déceptions" est issu de la lecture  "Scènes de la vie d’un faune" d’Arno Schmidt. Dans ce roman un fonctionnaire d'un village allemand observe avec nausée l’infiltration de la bêtise nazie dans les mentalités. "Les emmerdeurs désespérants sont  les plus sots et j'en sais  d'immortels qui me laissent sans mots" pourrait être sa désolation. Pour la supporter l'homme se replie dans la consultation des archives villageoises où il découvre l’existence d’un déserteur napoléonien. Fasciné par ce personnage le bureaucrate  retrouve sa cachette, en fait sa retraite et se « grève de la fin ». Avec sa maîtresse il  échappe aux bombardements alliés. Le roman était monté en une suite de petits paragraphes lardés de néologismes, de ponctuations ludiques, onomatopées et références codées. Cette technique littéraire a sans doute largement influencé l'approche de Stephen Felton.

 

 

 


felton 2.pngToute son œuvre picturale séduit - ou surprend - par son minimalisme figuratif particulier: le dessin réalisé à main levée en une seule couleur habite l’espace d’une toile grand format. Et "Le vent" pourrait faire penser à une peinture naïve, primitive mais dans laquelle l'artiste à travers ce qui tient pratiquement du  pictogramme "mou" se dégage  du symbole et de l'icône, de la figuration et de l'abstraction sans que l'on puisse affirmer si un tel travail annonce une mort ou le renouveau de l'art. Les objets ou signes (flèches, escaliers, vélos, étoiles) créent une économie esthétique et libidinale particulière. Feignant le refus de la technique l'artiste cultive une sobriété plus patiente qu'il n'y paraît. Entre primitivisme et postmodernisme, Felton ne se contente pas de neutraliser les références ni de mettre en exergue le geste pour le geste même si l'artiste feint de banaliser l'acte de peindre. Onirique à sa manière l'œuvre possède un charme paradoxal aussi innocent que pervers. Le dessin prend la valeur d'organe plein à travers le vide qu'il imprime en sa réversion figurale.

 


 

Jean-Paul Gavard-Perret