gruyeresuisse

28/02/2015

Laurent Cennamo : échafaud d'âge.

 

 

 

 Cennamo.jpgLaurent Cennamo, « A celui qui fut pendu par les pieds », La Dogana, Genève, 96 p., 20 E.

 

 

 

Par son minimalisme, ses déconstructions, ses jeux verbaux (des plus sérieux)  Cennamo saisit le monde dans un dénuement  mais aussi une ivresse. Les deux marquent une obsession, une hantise de l'entrave dont le créateur veut libérer ses œuvres. Après avoir  réparé le trauma du passé paternel et maternel (sujets passionnants de ses deux premiers livres) la poésie se dégage  d’un lieu d'enfermement même si le mouvement est complexe comme le prouve le titre et le vers qui le complète : « À celui qui fut pendu par les pieds  / miraculeusement l'âme est rendue ». Dans ses acrobaties comme en ses épures le texte  permet de penser l'être, son rapport à l'autre et au monde selon un travail de récurrence et de frottage. A ce titre le poète  pourrait faire sienne la phrase de Braque : "une toile blanche ce n'est déjà pas si mal". Pour Cennamo c'est même bien : car à la fin il faut toujours revenir à l'essentiel : l'image primitive et sourde. Jamais loin du presque rien. En dépit de sa jeunesse Cennamo atteint en conséquence une sorte d'essence de clarté. La poésie semble se dérober mais résiste pourtant de manière essentielle. En se sens sous l'apparente banalité se cache ce qu'il y a de plus fantastique, comme il est fantastique, si l'on accepte d'y penser un peu, de posséder un nez et deux yeux, un nez entre les deux yeux.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

19/02/2015

La poésie chinoise est soluble en Occident

 

 

 

Chine.jpgCollectif, « Anthologie de la poésie chinoise », sous la direction de Paul Mathieu, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 2015

 

 

 

 

Contrairement à ce qu’on pense trop souvent la poésie chinoise est  assimilable sur la scène littéraire mondiale. Contrecarrant la doxa idéologique des pouvoirs, des mouvements tels que « Bawu Yudong » ont marqué l’essor de pratiques expérimentales. Elles  ont dépassé Shangai ou Pékin pour se répandre dans toutes les provinces et peuvent intéresser bien des cultures. Dès la dynastie Zhou lres poètes chinois n’ont cessé d’innover comme le prouve cette anthologie. Ils conjuguent abstraction, figuration, panthéisme et critique. De mystérieux paysages entraînent dans un voyage vers les profondeurs de l'âme :

"dans la complainte de la pluie

le vague  à l'âme est pareil à celui du lilas"

écrit Dai Wanghu. Se dessinent les contours d'une nature saisie dans un clair-obscur. Il n'est  pas sans évoquer la contemplation romantique. Mais à travers ces paysages les poètes montrent les relations entre les êtres  humains, c'est-à-dire, concrètement, les corps et le monde. Ils peuvent jouer avec les lieux de manière libre. Ils deviennent  eux-mêmes parfois leurs propres personnages et influencent l'action, les sentiments, les relations des êtres.  Faite d’expériences la poésie a pu flatter parfois les pouvoirs mais elles met aussi à nu les pires bourreaux de l'idéologie : ceux qui s'ignorent. Les 400 poètes de cette anthologie prouvent donc que l'individu doit être considéré comme tel par la communauté et non comme un moyen d'assurer l'existence de celle-ci. 

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

08:52 Publié dans Lettres, Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

15/02/2015

S’en tenir là : Montel par Claire Nicole

 

 

 

 

 

Nicoole bon.pngJean-Claude Montel. « Obscuration lente »,  Bois gravé de Claire Nicole, Passage d’encres, Guern, 2013, 12 €.  Claire Nicole : www.clairenicole.ch

 

 

 

 

 

 

La Médée de Sénèque lançait : « Lorsque le monde sera plus vieux ; un moment viendra où l’Océan déliera les choses ». Pour chacun de nous ce moment existe. Notre océan est sans doute réduit à une flaque mais il n’empêche que la douleur existe. Montel rappelle cette descente aux enfers de la manière la plus pudique qui soit. Le poète n’a pas besoin d’inventer  des territoires fabuleux pour dire la chute et l’attente entre le silence et le cri. La Vaudoise Claire Nicole lui emboîte la pas.

 

 

 

Nicole c..jpgErre la phrase ( du moins ce qu’il en reste) , advient le texte :   « ménage à fond / Sol – mur – plafond / Verres – cendriers / Effacer – effacer / le moindre bruit ». Mais reste aussi le collage de Claire Nicole tel un « son » fondamental où tout se tait lorsque la pression du cri est si intense qu’il ne peut plus sortir et que de toute façon il serait trop vain.  Du cri que Montel porte en lui il ne peut même plus rien dire. Il « obéit » au presque silence, à l’abri des mots. Au moment où la docte ignorance du cœur rejoint le lot des choses et ce qui fait que les mortels sont communs, demeure l’image la plus simple qui les accompagne sans masques ni repères. Elle est comme déchirée par le murmure du poète.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret.