gruyeresuisse

01/08/2020

O.K. corolle

Carole.jpgMon travail reste une expérience intérieure mais n'est en aucun cas une expression de l'existence. Mon verbe ou ce qui lui ressemble témoigne d'un désengagement total. Le tout sans le moindre déréliction désenchantée mais quasiment de joie mystique de quelque utérin séjour où, nouveau Jonas je me dorlote dans les vagues qui m'ont vomies.

Négociant en vain je n’ai guère de capacités - même si comme chacun de nous mon intelligence est supérieure à la moyenne. Mon sexe est mal défini et il se peut qu'un e muet achève mon ou ma presqu’île. D’une carpe je n’ai même pas pu soutirer le mot diem. Mais lorsqu'une femme m'appelle "mon canari" je ris jaune et il m'arrive que je vois rouge.

Quant  à mes à menthe je ne prends pas la lune pour l’autre. A celles qui m'amie-donne j'assure la croute. Mais c'est - et pudiquement - qu'après les avoir couvertes du regard que je les déshabille des yeux. J’ai toujours su dévêtir l'une pour mieux rhabiller l'autre et aboutir à l’échec jusqu’à être incapable d’imiter ma propre signature. Et ce dès mon mariage. De ce dernier j'attendais mieux mais pensant que toute chair étant faible il fallait l’accalmer.

Finalement, je descends plus facilement du singe et au fond des choses que je n’en remonte. Pourtant je ne suis pas de ceux qui se font tant de mal à vouloir toujours les derniers maux. Non à force d'attendre que vieillesse se passe arrive le temps où l'on trépasse si bien que mon infini va rester sur sa faim. C'est dire combien mes fins de moi sont difficile. Ma vie à n'en pas douter ne tient plus qu'à un string. Et je ne changerai plus de corde à sauter. En nain Atchoum il ne me reste que trop peu d’éternuité.

Rien n'y change, pas plus que de battre un chien d’aveugle avec une canne blanche. Mais muselons la logique, laissons là aux philosophes ou musichiens. J'ai appris qu'à mon âge mieux vaut deux comprimés de diméthylaminoétyl et de copolymère de méthacrylate dans un verre qu’un con promis. Bref il n’y a plus d’O dans mon histoire. Les nonnes dont le beau cou plaît peuvent désormais sortir non seulement en coup de vent de leur couvent et retirer leur coupe-vent pour montrer leurs saints. Mes appâts rances ne sauront que les saluer sans la moindre offense.

C’est pourquoi je vais vous laisser sur ces mots dont vous ne tarderez pas à mesurer le cabot-inage. Mes Anne-nuités se terminent. Depuis que j'ai perdu un pied il ne me reste qu'une pompe funèbre. Mais il faut qu'elle soit patiente : je n'ai pas tout à fait fini de la lasser.

Jean-Paul Gavard-Perret

(Dessin original de Tristan Félix)

30/07/2020

Delta Force

Tristan Delta.jpgComme un delta je vous ouvre les bras. Avec lenteur. Le sable s'enroule autour de nos chevilles, il entoure d'un seul coup nos mollets. Au moment où les genoux sont atteints vous renversez la tête et ogre va. Le sable presse à hauteur des cuisses Je découvre que votre peau peut être enlevée délicatement : je tire elle se relève, elle s'enroule par-dessus vos genoux. Je tire encore, elle glisse le long du ventre, fine à l'extrême transparence. A partir de vos reins je soulève plus fort. La peau découvre les muscles ronds et les trapèzes du dos. Elle se relève jusqu'à votre nuque. J'arrive sous vos cheveux, mes doigts en traversent la masse, je touche votre crâne, je découvre la beauté de l'os brillant. Des frissons me hérissent la peau, mes ongles sont enfoncés dans la chair de vos épaules. De soeur Anne il ne vous faut plus rien attendre. Le contact du sable est doux contre les jambes. Yeux brillants, je vous maintiens contre moi, je vous mange.

Comme un delta vous ouvrez les bras et un saule pousse dans votre corps, il bouge ses branches avec violence, avec douceur - ou bien c'est un buisson d'épines ardentes. Il déchire l'autre côté de mes muscles, mon dedans. C'est là votre vengeance. Votre main, votre bras sont entrés dans ma gorge, vous traversez mon larynx, atteignez mes poumons. Vous arrachez mon estomac, déchirez mes intestins. Je vous rejoints. Deux corps se lient à ce qu'ils ignorent et font surgir leurs doubles. Notre bestiau nous aura conçu anthropophages l'un de l'autre. Peu importe d’être dans la vérité ou dans l’erreur. Notre régénération n’existe que spontanée. Nous regagnons nos corps au nom des contes. Je suis votre Barbe Bleue mais blanche qui vous fait croire peut-être au Père Noël.

Comme un delta je vous ouvre les bras. Une soupe en nous fait masse sans que nous ayons à astiquer ustensiles et ostensoirs. Ravalons nos idées pour les laisser filer - comme l’existence - à l’exutoire. Ne soyons pas de ces fous de bas sens qui pilonnent l’impensable de blablabla. Voila vous avez fait l'image. Elle n'ajoute rien mais retranche pas plus.

Jean-Paul Gavard-Perret

(oeuvre de Tristan Félix)

20:42 Publié dans Images, Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Gorêts aux mûres (Elles et l'huile)

Tristan 3.jpgDès qu'Artur mit l'heure sur ce K d'espèce, les frères dit humains firent à Miami moins en mémoire de Marylin que de son fort marri dont le col haut sale ne rendit pacifique que ça.

Tristan 2.jpgNéanmoins il sait combien ceux qui naissent café au lait en pâtissent non seulement depuis toujours mais Daisy hier. C'est pourquoi ils doivent crypter leur message en divers caches allo. Ils ne disent pas "un", mais - comme chez Peugeot - "Cinq sans quatre". Ce qui est un peu la même chose même pour un égaré des gares de criage comme pour certaine femmes - venues de Vichy après guerre - qui se retrouvèrent la Bourboule à zéro. Preuve que lorsqu'il y a des loups dans la ville ce sont toujours elles qui doivent dire aux Pat-ibulaires " Merci Garrett".

ristan 4.jpgMais - estiment certains teints de mille houx - comment parler au présent avec exactitude d’un événement passé ? On ne peut s'appuyer que sur une histoire formée bien plus tard. Elle se fonde sur l’oubli contre la mémoire. Elle dit non à la grâce, à toute forme de grâce.

Si bien que - telles des soeurs Anne - nous ne voyons jamais rien venir - même en cas de Covit. Chaque partage du monstre se fait dans un paquetage religieux. Il n’a pourtant rien d’une prière et ne possède pas la moindre once d'hermé deux tics. Il n'est qu'un lappe-suce d'élastiques règles monade-stiques.

Jean-Paul Gavard-Perret

(Photos de deux spectacles de Tristan Félix et une photo de l'artiste)