gruyeresuisse

07/03/2021

Tomas Wüthrich et la  fin d'un monde

Wutrich 2.jpgTomas Wüthrich, "Ferme n°4233 – Un long adieu", 2021. www.tomaswuethrich.ch
 
Ce photo-reportage  a été réalisé par Tomas Wüthrich d’avril 1999 à avril 2000. Dépassés par les exigences de la politique agricole et l’évolution du marché, ses parents cessent d’exploiter leur ferme qui portait le numéro officiel 4233 et  était située à Chiètres, au bord du Grosse Moos dans le Seeland fribourgeois.
 
Wutrich 3.jpgEt leur fils - photographe - documente cette période douloureuse. Pendant près de trente ans, ils y ont élevé des vaches laitières et cultivé la terre. Mais la ferme n’était plus rentable depuis des années. Et, ils ont dû l’abandonner. Mais par delà il témoigne des profonds bouleversements de l’agriculture avec une portée universelle.
 
Wurtrich 1.jpgL'artiste a accompagné avec son appareil photo ses parents pendant leur dernière année d’exploitation. Il a aussi certains moments décisifs comme la signature du contrat avec le nouveau locataire, le départ des vaches, le dernier grand nettoyage dans l’écurie vide. En rien prêcheur, dans ce voyage de fin, Wüthrich suggère bien des problèmes actuels et un phénomène migratoire de l'intérieur.
Jean-Paul  Gavard-Perret

06/03/2021

Le spatialisme de Josef Albers

Alberts 3.jpegJosef Albers (1888 -1976) est un peintre, enseignant, écrivain et théoricien de la couleur aujourd’hui surtout connu pour ses séries "Hommage au carré", peintes entre 1950 et 1976 et pour son ouvrage novateur "L’Interaction des couleurs" (1963). Il s’inscrit à l’école du Bauhaus en 1920. Après la fermeture de l’école par les nazis en 1933, il émigre aux États-Unis avec son épouse, Anni, elle-même artiste innovante dans la création textile. Albers fait de l’art la base de tout le cursus au Black Mountain College et ouvre de nouvelles perspectives à l’abstraction. De 1950 à 1958, il dirige le département de design à l’école d’art de l’université de Yale et forme une nouvelle génération de professeurs d’art tout en continuant à peindre, à écrire et à produire des estampes.
 
Alberts 2.jpegDurant cette période, il publie également ses deux autres ouvrages, Poèmes et Dessins (1958) et Search Versus Re-Search (1969).  Le premier est le livre secret où alterne des poèmes sensibles, introspectifs avec les dessins en noir et blanc des Constellations structurelles dans lesquels les lignes obliques font bouger l'espace.
 
Albers 4.jpgConçu avec  Norman Ives comme designer graphique ce livre est l’une des premières tentatives de création d’un objet où textes, dessins, graphismes et fabrication sont entièrement maîtrisés par l’auteur/artiste avec des moyens pauvres. L'auteur et le concepteur ont voulu exploiter les nouveaux moyens industriels pour  démocratiser l’accès à l’œuvre, et ce avant les premiers livres d’artiste d’Ed Rusha, avec lesquels il partage aussi l’aspect sériel et plus tard Warhol.
 

 Josef Albers, "Poèmes et Dessins, Editions Unes, Traduction de Pierre Mabille et Andrew Seguin, Editions Unes, Nice, 2021, 128 p, 25 E.

05/03/2021

Christian Gonzenbach, sans dessous dessus

Gonzenbach.jpgChristian Gonzenbach, “Boarish”, Galerie Laurence Bernard, Genève, mars 2021.

Manipulant objets et matériaux, gestes et concepts, depuis plus de vingt ans, Christian Gonzenbach reprend les sujets récurrents qui animent ses recherches : la nourriture, les animaux, les objets du quotidien, les structures (osseuses ou architecturales).
 
Gonzen.jpgCes thématiques sont traitées selon des "gestes" particuliers : inversion, retournement, passage du vide au plein. Céramique, aluminium, béton, plastique, bronze tout est bon pour accentuer les paradoxes que l'artiste cultive.
 
Il crée une vision dont les contours semblent a priori échapper à toute logique. De fait l’imaginaire repose ici sur le réel par modification de point de vue et de prise.  Les creux deviennent volumes et vice-versa. C’est par ce jeu qu’apparaissent une nouvelle plastique, une vision d’une inquiétante étrangeté.
 

Jean-Paul Gavard-Perret

10:04 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)