gruyeresuisse

24/05/2021

Cas du K : Thomas Hauri

Hauri.jpgThomas Hauri, "K." - EAC (leshalles) Porrentruy  Juin 2021
 
Selon une poésie des structures et de la matière, Thomas Hauri instruit  les diverses strates d'infra-mémoires personnelles ou collectives. Il  sait faire jaillir de ses oeuvres des structures plastiques labyrinthiques  par divers type de reprises là où les poncifs du hasard sont révoqués et là où la psyché se voit condamnée à une aimable défaite.
 
Hauri 2.jpgTout se fonde superbement sur le vide  traité par coupes sombres entre dérisoire et sérieux. L’artiste propose en conséquence une poétique de l’architecture d'un certain abandon continuellement repris. S’y déploient l’usage et l’usure de l’art armé d'accumulations de signifiants par codicilles de matières selon divers flux.
 
Hauri 3.jpgAu sein d'une complexité Thomas Hauri engage divers processus d’effacement et d’oblitération des images. Disjonctions incluses. Une science aiguë des possibles rejoint une décomposition. Se crée la poursuite de l’informe ou de l’informulé. Et un moyen d’abolir le réel. Beaucoup d’artistes sont trop polis ou frileux pour aller jusque-là. Ils restent dans un abstrait qui n’est pas celui de Hauri. Il est plutôt question d’atteindre l’épuisement non de l’objet mais de le pousser plus loin.
 

Jean-Paul Gavard-Perret

23/05/2021

Jean-Luc Godard : délivrance

JLG.jpgPaule Palacios Dalens montre comment Godard fait de ses films des livres  (essais ou romans) et de ses films de la littérature. Le tout en termes de montage, d'inserts et de récits non prisonniers des diktats du filmique. Aux idées fixes font place une exaltation. Les premières  se dissolvent pour une délivrance.

 
L'auteure  met en regard  son oeuvre avec celle de Maximilien Vox et ses  typographies. Les deux sont parentes même s'il existe un écart notoire dans leurs univers. Mais les deux occupent une même emprise historique et symbolique.
 
JLG  2.jpgCette  confrontation  met en évidence les corrélations étroites entre les deux. En émergent d'autres proches constellations - dont celle avec Chris Marker. Lu=ui aussi produisit un rapprochement entre tradition et modernité. Mais Vox reste un des plus présents dans les constructions graphiques de Godard, sa cinéphilie et ses exorcismes.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 

Paule Palacios Dalens, "VOX-JLG, du plomb au film", 2021, 202 éditions, 172 p.-, 25 euros.

21/05/2021

Monstres vont : Lauren Greenfield

Greenfield 2.jpgParcourant le monde - des États-Unis à la Russie et à la Chine - Lauren Greenfield fait  assister à la transformation de notre concept du bonheur et examine les idéaux, les stéréotypes, les mécanismes et les codes culturels de la société de consommation moderne.
 
Greenfield.jpg«Generation Wealth» mène à terme une vaste enquête de vingt-cinq ans, comprenant plus de 200 photographies, plusieurs films documentaires et de nombreuses interviews. Le thème principal du projet est de montrer  que la seule valeur qui porte le monde devient la richesse - au moment où elle est un objectif de plus en plus irréaliste pour la plupart de l'humanité.
 
Aux qualités traditionnelles des cultures se substitue celle du bling-bling et de l'égotisme exacerbé. Et faute de la richesse il faut au moins en montrer ses symboles en une popularité basée sur la reconnaissance et "vivre" un fantasme inaccessible dont les Kardashians deviennent l'exemple.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Lauren Greenfied, "Generation Wealth", The Multimedia Art Museum, Moscou,  du 27 avril au 27 juin 2021