gruyeresuisse

09/03/2019

Espaces d'espèce en danger- Vivianne Van Singer

VSinger.jpgivianne Van Singer, "Ephémères", Espace L, Genève à partir du 14 mars 2019.

Les fleurs de Vivianne Van Singer sont d'un genre particulier. Nées non du sol mais de ses profondeurs (le pétrole), elle sont le "fruit" de l'insouciance humaine atteinte de myopie et d'égoïsme. Elle en a fait l'espèce la plus répandue et la plus mortifère. Et celle-ci conserve une durée de vie quasi éternelle face à la finitude humaine.

Plutôt que de produire "du" discours critique l'artiste s'empare de ces "objets" dérisoires. Elle les reprend dans leur caractère presque indicibles. Elle joue sur formes et couleurs de ce qui est soumis à une dégradation et liquéfaction des plus aléatoires. provisoire. L'artiste "revivifie" le "déchet" le plus commun. Elle en fait sa capacité d'émerveillement qui ne va pas sans une immédiate contrepartie d'inquiétude devant cette invasion programmée. Chaque jour un peu plus la fragilité de l'objet fait masse. L'impressionisme des images rappelle moins Monet qu'un nouveau Vietnam.

Jean-Paul Gavard-Perret

Ten Broek : repons

Ten Broek.jpgTen Broek crée un univers mélancolique particulier où nudité des femmes et nature (feuilles) crée un mariage particulier. Pas de lignes de démarcation entre elles mais pas d'assimilation : juste une juxtaposition avec mystère: au regardeur de reconstituer à travers les émulsions, des harmonies au milieu d’une intimité plus suggérée que dévoilée dans une synthèses aux frontières douteuses entre rêve et réalité comme autant de promesses et de résistances implicites au gabarit du royaume de l’apparence dite vériste.

 

Ten Boroek 2.jpgLe corps de la femme et les feuillages créent d’autres filets de sens mais toujours selon la même perspective : une solitude esquissée et dont l'émotion reste cachée. Chaque prise devient une trame de regard qui remonte à l’élémentaire de la nature. La peau devient un herbier là où une naturalité des photos ne bloque pas le vivant. Bien au contraire. Mais il est hors mouvement au sein de lumières pâles.

 

 

 

 

Ten Broek 3.jpgL'évanescence et l'euphémisme provoquent un prolongement à la thématique du nu comme à celle de la nature pour évoquer une double beauté sans effet de redondance. Il s’agit de se replonger dans un bain de jouvence par les déplacements à peine perceptibles et dans une physique ou une «science» du mystère au sein d'une phénoménologie particulière.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

www.tenbroek-fotografie.nl

08/03/2019

Stéphane Kropf : l'art et l'oignon

Kropf bon.jpgStéphane Kropf, "All Over / A lover", Galerie Joy de Rouvre, Genève, du 15 mars au 27 avril 2019.

L'art est pour Stephane Kropf un système d'illusion et d'impression. Au caractère "cimenté" d'un aspect « classique » de représentation le Lausannois préfère d'autres trames  de contact et de lecture. S'impose l'idée de l'oignon (que Léonard de Vinci lui-même n'avait pas hésité à convoquer) afin d'illustrer l'investigation et la métamorphose que propose l'art sur la " trivialité " positive.

 

Kropf.jpgStéphane Kropf la transforme non sans poésie. Il fend le réel comme un oignon pour en distinguer le maximum des tuniques ou pelures qui forment ses cercles concentriques face à d'autres - moins visibles - que la société en sa grammaire a superposées. Le plasticien montre de la sorte que le monde - comme l'oignon - n'est pas une boîte. Ce qu'il contient est multiple en son paradoxe pelliculaire. Chacune de ses " écorces " devient un centre et une périphérie. L'art  n'est pas ce qui enveloppe mais ce qui décale en une narration moins absurde que drôle et surprenante.

Jean-Paul Gavard-Perret