gruyeresuisse

23/07/2013

Christine Streuli vers un autre théâtre du monde

 Streuli.jpgChristine Streuli, Edited by Fanni Fetzer. Text by Fanni Fetzer, Terry R. Myers, Michele Robecchi. Hatje Cantz, 240 pages, 60 E., 2013

 

L’artiste suisse Christine Streuli (née en 1975) est une des figures montantes de l’art international. Faussement décoratives ses œuvres sont emplies de couleurs et d’ornementations sur de grandes toiles qui la rapprochent d’une artiste telle que Beatriz Milhazes. Le livre que lui consacre Fanni Fetzer permet de donner pour la première fois une vision large d’un travail dont l’inspiration est puisée à de multiples sources (du pop art à l’art extrême oriental)  afin de faire éclater les formes, les couleurs.

En 2007 Christine Streuli fut invitée à la Biennale de Venise pour représenter son pays. Elle utilise des systèmes de symétries, de répétitions, de « mosaïques » fondées sur diverses techniques : crayons, pinceaux, sprays, décalcomanies afin de créer la plus haute attention sur l’artificialité de la peinture.  Ces transpositions n’empêchent pas - au contraire même - un contact direct avec la peinture que la créatrice met en scène en divers plans. Elle passe  du mur au sol afin de voir ce qui naît en de tels montages.

Streuli 2.jpgChristine Streuli s’interroge par son travail afin de comprendre comment le dessin apprivoise l'image et quelle image s’apprivoise à travers lui. La créatrice fait tomber bien des tabous en ne renonçant pas à celui qui reste une "tare" selon les critères contemporains : l'ornementation. Mais en même temps elle la transgresse jusqu'à poser la question de l'identité du sujet humain. A la fois il apparaît et disparaît dans ses œuvres. N'en reste souvent que le luxe des habits. Un luxe qui recouvre un fantôme et ses flocons d'absence à travers les rythmes que chaque peinture propose. Celle-ci devient une suite d'exils et de déplacements là où le plaisir ne fait jamais défaut. Si bien que la peinture est plus solaire et lumineuse que jamais. Ne garderait-elle ainsi un subtil parfum de femme ?

19/07/2013

Vincent Calmel : renaissance - entretien avec le photographe

 

Calmel 5.jpgVictime d'un très grave accident de moto, le genevois d’adoption Vincent Calmel  frôla la mort mais  resta défiguré à jamais. Aujourd'hui il a retrouvé son visage recomposé par sept chirurgiens. La rééducation post-traumatique a pris pour l’artiste la forme d'un apprivoisement de soi-même, de ses nouveaux traits et d’une réflexion intense sur son travail dont l’objectif est justement de fixer par l'image une identité… De cette épreuve est née une séries de portraits « Trauma ». Sous l’apparence de réalité ils sont recomposés, pixelisés donc virtuels. Ce travail a un écho avec sa propre histoire mais la dépasse. Calmel  revient à son rapport au vrai et au faux, au nu et au recouvert bref au dévoilement. Il le développe avec émotion et humour comme le prouvent les deux photographies de l’artiste présentées ici.

TRAUMA, du 20 juin au 6 octobre 2013, Espace Opéra, Genève, et du 20 juin au 26 juillet, Galerie Sandra Recio,  Genève. 

 

Calmel 6.jpgQu’est-ce qui vous fait lever le matin ? Mon réveil

Que sont devenus vos rêves d’enfant ? Eternels.

A quoi avez-vous renoncé ? A la jeunesse.

D’où venez-vous ? Je me pose encore la question…

Qu'avez-vous reçu en dot ?  Le sens de l'humour.

Un petit plaisir - quotidien ou non ? Boire un café.

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ? Rien.

Quelle fut l'image première qui esthétiquement vous  interpela ? Une des premières photos de Richard Avedon prise avec le premier appareil que lui offrit son père pour l'anniversaire de ses dix ans.  

Où travaillez vous et comment? Partout et avec méthode.

Pourquoi abandonner le projet de devenir réalisateur de films ? Parce qu'il y a trop d'attente entre  l'écriture du film et sa réalisation. Je ne suis pas assez patient.

Quelles musiques écoutez-vous en travaillant ? Mon chien qui ronfle. Cela m'apaise.

Quel est le livre que vous aimez relire ? "Le Livre de l'Intranquillité" de Pessoa.

Quel film vous fait pleurer ? Parce qu'il est sublime : "Euréka" (film japonais de Shinji Aoyama, 2000).

A qui n'avez-vous jamais osé écrire ? Houellebecq.

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ? La ville d'où je viens : Bandol.

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ? Laurent Monläu, Nicolas Guerbe.

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ? Une année de moins.

Que défendez-vous ? L'indépendance absolue.

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"?  Malheureusement lucide.

Enfin que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?". Impression de déjà vu et éprouvé.

Entretien réalisé par Jean-Paul Gavard-Perret, Genève, 15 juillet 2013.

 

17:47 Publié dans Genève, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

17/07/2013

Ariane Arlotti : destination Check-Point, entretien avec l’artiste

Installation vidéo itinérante dans une ambulance « Destination Checkpoints » jusqu’en fin juillet 2013 à Genève). Du 25 juillet au 15 août 2013, Affiches d’art public, dans l’espace public de la Ville de Genève. Du 23 mai au 31 août 2013, Bibliothèque de la Cité, installation vidéo : « Propos sur le vif », Genève, Du 5 juin au 28 juillet 2013, Centre de la photographie Genève (50JPG), installation vidéo : « L’esthétique sécuritaire 1 :un entraînement pour touristes », Genève.

Arlotti 2.jpg Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ? La lumière du jour, chaque matin elle est différente selon l'heure à laquelle je me lève. Quand je me lève avant l'aube ma journée commence alors par un bref mais intense bonheur de voir le jour se lever... (je ne me réveille quasi jamais avec un réveil matin, sauf pour un rendez-vous)

Que sont devenus vos rêves d’enfant ? Je les ai transformés pour les garder...sans doute...et continuer de les raconter. Les histoires restent parce qu'on les raconte, comme les rêves... La seule chose je crois, que j'ai rêvé enfant et que je n'ai pas accompli c'est d'aller dans l'espace, je rêvais d'être astronaute, banal me diriez-vous en s'appelant Ariane !

A quoi avez-vous renoncé ? A la sécurité, mais je la retrouve dans mon travail vu que je viens de réaliser. Destination Check-point qui parle de l'esthétique sécuritaire justement ! Une manière sans doute de continuer d'interroger cette vaste notion qui anime notre vie moderne et nos fantasmes aussi.

D’où venez-vous ? De Genève, je suis fille d'immigrés italiens. Quand j'allais en Italie enfant on m'appelait  a suisse et quand je rentrais en Suisse on m'appelait l'italienne, je me suis dites très tôt qu'il valait mieux voyager et rester mobile dans sa tête...

Qu'avez-vous reçu en dot ? Plein de bonnes intentions et le sens du respect

Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ? Je ne sais pas, j'ai oublié, comme j'ai toujours eu de la difficulté pour choisir entre une chose et une autre, j'ai tendance à m'y prendre au dernier moment pour choisir, ou faire mon sac au dernier moment pour partir en voyage, ceci dit je voyage légère...Dans mon travail j'aurais mile doutes jusqu'au bout de la réalisation d'un projet...

Un petit plaisir - quotidien ou non ? Observer quotidiennement les fleurs que je plante sur ma fenêtre, ou aller observer les plantes dans la nature lors de marches.

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ? Ma personnalité incontournable, vous avez tout intérêt à me rencontrer, sinon comment croire que je suis si différente des autres ?

Quelle fut l'image première qui esthétiquement vous  interpela ? Ma soeur qui a 11ans de plus que moi, avait peint un beau tableau à l'huile d'une forêt. J'ai souvenir durant mes premières années d'avoir regardé intensément ce tableau accroché dans le couloir chez mes parents. 

Où travaillez vous et comment? N'importe où, il me faut un ordinateur portable ou pas, un carnet de note me va très bien en voyage. Je travaille mieux quand je suis hors de chez moi, la montagne est une belle source d'inspiration pour moi.

Quelles musiques écoutez-vous en travaillant ? Généralement en travaillant je préfère ne pas écouter de musique j'écoute plutôt l'atmosphère ambiante. C'est aussi pour ça que j'aime aller ailleurs travailler, pour écouter la musique que les autres mettent.

Quel est le livre que vous aimez relire ? En ce moment je relis des passages de "Sur la trace de Nives" d'Erri De Luca, et "variations sur le Corps" de Michel Serres... J'ai toujours des piles de livres au pied de mon lit alors je change souvent. 

Quel film vous fait pleurer ? De mémoire le dernier film qui m'a fait abondamment pleurer c'était "Incendie" et comme j'étais allée voir un autre film la veille qui m'avait fait encore plus pleurer le week-end restera en mémoire, c'était "Biutiful"

Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez-vous ? Un être qui change...

A qui n'avez-vous jamais osé écrire ? Oh, sans doute à plusieurs personnes, mais je pense que maintenant l'oserais écrire à n'importe qui.

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ? Bénarès, une ville incroyable, comme sortie d'un rêve, et pourtant elle est bien réelle...

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ? J'aime le travail de beaucoup d'artistes, ceux qui restent à travers les années sont les plus inspirant sans doute...j'aime le travail de Mapplethorpe, de Sophie Calle, de Bruce Nauman, Boltanski, de Giuseppe Pennone, je me sens plus proche maintenant de Virginie Despentes ou de Beatriz Preciado... 

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ? quelque chose que je n'ai pas demandé et qui me ravi, un besoin, une envie du moment en somme.

Que défendez-vous ? La liberté d'expression et de réflexion ! Le respect des différences

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"? J'ai si souvent cité cette phrase de Lacan que je trouve si juste psychanalytiquement parlant...mais pour finir si stérilisante aussi, ne vient-elle pas d'un patriarche de la psychanalyse française ? Et plus loin, quand il dit qu'"Il n'y a pas de rapport sexuel" là je me dis qu'il bug...il s'agit bien de sortir de sa tête pour avoir un rapport sexuel, la tête est à ce moment là qu'une partie du corps...importante certes, mais qu'une partie du corps...

Enfin que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?" J'aime, ça reste une invitation permanente. ça décoince, à l'inverse de Lacan qui coince...

Entretien réalisé par Jean-Paul Gavard-Perret, juillet 2013.