gruyeresuisse

02/01/2017

Rudy Decelière : phosphorescences sonores

 

Bonbon.jpgRudy Decelière, « Courants continus », AOTC/EPFL, art&fiction éditions Lausanne, 56 p., 27 CHF, 18 €, 2017. Parution 21 janvier.

 

 

 

Decelière.jpgLa puissance épurée du « monstre » architectural du « Rolex Learning Center » - comme égaré (mais dégagé de toute facticité aguicheuse ou de pure « façade ») sur le Campus de l’université de Lausanne - a trouvé en 2016 son audace renforcée par le projet d’installation sonore de Rudy Decelière. Il a présenté sous une des voûtes du bâtiment une production à base de sons concrets. Connectés entre eux, 851 modules «Synthnodes» (petits synthétiseurs sonores) ont diffusé les sons d’une eau courante. D’où l’impression qu’une rivière inversée coulait « en hauteur », sous le dôme. Initiés par une matière aquatique mais spatialisée « hors champ » les sons trouvent une autre perception. Et l’oeuvre renforce l’idée que l’architecture est réactive et « métaboliste ».

Decelière 2.jpgL’imaginaire permit de franchir des seuils et reste au service de rapports complexes. A mi-chemin entre le poème et la science, dans une optique chère à Eric La Casa comme aux considérations d’un Beckett, Decelière a ajouté un univers visuel à l’entreprise sonore. La masse de béton était constellée de la mosaïque des formes répétitives et géométriques des modules. L’espace devient un temps et un paysage imaginaire. Et les textes de Pascal Amphoux, de François Gallaire et de Véronique Mauron précisent les fondements et aboutissements de cette hantise des lieux habitée d’une poésie mystérieuse au moment où l’anonymat de la voûte fut soumis d’une agitation cristalline. Elle prouve l'omniprésence d'un virtuel capable de construire un monde parallèle à celui du quotidien par des phosphorescences sonores qui redessinent l’architecture.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

15:36 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

01/01/2017

Quand souffle la lueur : Véronique Sablery


Sablery bon 2.jpgLes photos de Véronique Sablery avancent toujours sans tapage et avec divers plans de transparence, de diffraction et de dédoublements. Chaque série séduit par son « grain », sa lumière et ce que la photographe arrache au réel. Dans les séparations qu’elle impose apparaît désormais la griffure à la Cy Twombly pour intensifier la bosse de certaines « neiges ».

Sablery 4.jpgAux glissières rubicondes du monde l’artiste oppose ses chemins d’ivoire. La photographe élimine toute surcharge en accordant à l’image une verticalité qui la sort de l’amorphisme. Sablery.jpgIl s’agit d’introduire dans ces sortes de « colonnes » creuses aux pâleurs de nacre la conquête de la poésie sur le monde tel qu’il est.

Tout est sensitif mais comme distancié en des casemates corallines et des entrelacs. D’où le charme d’une porcelaine qui ouvre le regard à diverses saillies ou errances. Reste la fragilité quasi sonore de la proximité des trésors de grottes ou cœurs profonds aux translucidités sereines de saphir blanc ou rose. Sablery bon.jpg

 

Le geste de bienvenue reste néanmoins contredit par la tension de la biffure. Si bien que lorsque le regard semble «prendre pied » il est renvoyé vers le large.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

30/12/2016

Anne Volanthen La free-bourgeoise


Vonlanthen.jpgAnne Volanthen, « Sculpture », Galerie J-J Hofstetter, Fribourg, 20 janvier au 25 février 2017.

 

Anne Volanthen ose vaquer au-delà des lieux où ses pairs en sculpture jouent les zouaves sacerdotaux. Ses travaux ne servent pas d’otages aux images admises. Une évasion a lieu grâce aux culbutes de la créatrice « free-bourgeoise ». Sortant l’art du matériau noble elle réussit des ricochets stellaires sur les ailes d’un insecte anatomiquement curieux.

volanthen 2.jpg

 

 

 

L’artiste à sa façon le glorifie avec humour et tendresse. A l’aide de boules de laine elle reconstruit sa forme jusque là immuable. Raboteuse et pleine d’aspérité soyeuse elle devient parfaite et fait de la sculptrice la Gorgone à la Méduse ailée qui n’a rien de timide. Elle amuse les petits et étonne les grands - s’ils ne sont pas trop confits de certitudes. Une telle bestiole ne pompe plus le sang des coquins, elles l’éponge. Et c’est un fameux service. Elle tranquillise ce qui nous tourmente.

Le burlesque est poétique. Nul besoin de piqûre : chaque œuvre est le porte-empreinte ironique de ce qui est attelé à l’homme sans qu’il l’estime.

 

Jean-Paul Gavard-Perret