gruyeresuisse

06/05/2018

Aimée Hoving : maisons de l’être

Hoving 1.jpgAprès des études à l’ECAL de Lausanne. Aimée Hoving a le plus souvent travaillé avec son compagnon Aboush Abrar dans la mise en scène d’individus, de groupes ou de communautés auxquels le public ne peut accéder qu’à travers la photographie.

Hoving 2.jpgLeur monde préféré est la mode, dont la créativité fascine. Ce domaine leur permet d’explorer une forme de photographie sans frontières : ils y disposent, pour créer des images avec la même liberté que les stylistes : d’où leurs créations parfois extravagantes, sensuelles et drôles.

Hoving 3.jpgAimée Hoving poursuit en solo des photographies subtiles et drôles publiées dans le monde entier et visibles entre autres au Musée de l’Elysée à Lausanne. L’enrobage des vêtements ou des décors perd sa seule valeur utilitaire afin de créer un univers étrange qui rappelle - entre autres - celui d’Alice. Mais en d’autres pays des merveilles. Leurs assemblages intempestifs - eux-mêmes signes de la maison de l’être ou de l’envisager selon d’autres modalités - tentent de préserver l’intégrité des égéries ainsi scénarisées voire de l’artiste elle-même.

Jean-Paul Gavard-Perret

Aimée Hoving, « Pictures of her », Galerie Joy de Rouvre, Genève, à partir du 17 mai 2018.

Luo Mingjun : croire entrevoir

Mingjun 3.jpgLuo Mingjun «En scène», Galerie Gisèle Linder, Bâle, 28 mai – 14 juillet 2018.

Pour sa nouvelle exposition à la galerie Gisèle Linder, Luo Mingjun revient au dessin. Elle renonce à la plume, l’encre et le crayon pour le fusain. L’avantage de cette matière est la malléabilité. Elle permet une grande mobilité de la main et un déplacement de l’énergie créatrice. Les œuvres deviennent plus grandes et leur taille montre combien l’artiste ose s’abandonner à une liberté nouvelle.

Mingjun bon.jpgElle n’obéit plus à un certain impératif de reproduction. Luo Mingjun ose jouer avec elle-même, son autobiographie selon de nouvelles arborescences comme pour le portrait de sa classe ou celle de sa famille avec Mao au milieu. Existent de l’humour, de la gravité. La noirceur du fusain permet en plus d’attirer une lumière particulière où jouent divers brouillages qui font de la clarté une substance équivoque.

Mingjun.jpgL’artiste joue avec subtilité et drôlerie d’un mélange de positif et de négatif. Existe une sorte de sérénité dans les neuf scénographies d’une famille chinoise au moment ou au fusain fait place l’aquarelle. Quelques peintures complètent l’ensemble dans ce qui tient d’une sorte de dissolution où se mêlent la vie et son interprétation afin d’atteindre cette "chose authentique" qu’Henry James demandait à l’art.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

05/05/2018

L'Americana de Henri Dauman

Dauman.jpgPour sa première exposition solo le parisien de Montmartre - un des plus prolifiques photographes du XXème siècle et sous le titre de « Looking Up » au KP Project de Los Angeles - présente l’essentiel de ses photographies. Dans un espace relativement restreint il inclut des prises parmi les plus iconiques de l’histoire culturelle de l’Amérique et offre un document exceptionnel. Ayant perdu ses parents pendant la Seconde Guerre Mondiale, il sut transcender ce traumatisme grâce à la photographie qu’il apprit dans un studio de Courbevoie avant de devenir, très jeune, photographe pour Radio Luxembourg et de l’Agence Brenand avant d’immigrer à 17 ans aux USA.

 

Dauman 2.jpgA travers ses photographies il cherche toujours à raconter une histoire dans l’Histoire. Il crée d’abord des photos américaines pour les magazines européens (Paris-Match, Jours de France, Epoca, Der Stern) puis devient photographe pour les équivalents américains dont Life mais beaucoup d’autres. Il shoote les icônes de la musique, du cinéma, de la politique et crée sa propre histoire de l’Amérique à travers Marilyn Monroe, Elvis Presley, Andy Warhol, les Kennedy... Mais élargissant ce cadre il photographie aussi bien Brigitte Bardot, que Castro ou les Bouddhistes lors de la guerre du Vietnam,.

Dauman 3.jpgLe photographe est un véritable artiste capable de faire passer une émotion par la précision et la beauté de ses prises. Ses portraits de femmes sont particulièrement réussis. Il invente avec elle une proximité et une connivence. Mais il est capable de délivrer la même intensité lorsqu’il saisit Miles Davis ou Tennessee William. Le photographe reconnaît sa dette envers le cinéma et sa syntaxe : plans rapprochés, qualité du noirs et blanc, etc.. Si bien que de telles œuvres dépassent largement les reportages filmiques comme par exemple lors des funérailles de Kennedy. Chez Dauman la photographie reste toujours poignante. Et sa vision est une des plus originales de la vie américaine de la seconde moitié du XXème siècle.

Jean-Paul Gavard-Perret