gruyeresuisse

11/05/2014

Art-Phi : perles de lueurs

 

 

 

 Artphi 2.jpgwww.art-phi.com, Lausanne.

 

 

 

A la recherche de l’intimité féminine Art-Phi (aka Olivier Francillon) ne cherche pas l’indécence. Ses modèles échappent partiellement à la vue. Elles restent les montrées-cachés qui ne donnent pas de réponse à l’abyssale nudité du corps. Le plaisir du voyeur à former avec l’image  un duo est écarté. Fidèle au jeu érotique l’artiste propose de repenser la valeur et la fonction de la photographie dite de nu.

 

 

 

Le Lausannois en  efface en partie son langage. Il rappelle qu’en photographie la nudité n’est pas la chair. Le plaisir ou son appel  n’ont chez lui qu’une place remisée. La complicité se fait dans le différé, le suspens. L’exhibition d’un dehors devient la complice d’une forme de gravité. Elle pose la question de la solitude non pour la repousser mais parce qu’elle engendre un remotio particulier. Il  articule à ce qui est dévoilé à ce qui ne peut se pénétrer. L’être y est éprouvé dans sa fragilité et un demi éveil. La chair semble incrédule à la morsure amoureuse, au ruissellement du désir. Reste une place à l’œil vers le chemin du cœur. Au regardeur de le découvrir dans des photographies argentées. Ce qui croule et dévale se fait complice de bien des ambigüités. Pour emporter le rêve bien sûr. Mais aussi ce sur quoi s'estime une relation, son échec ou sa réussite, ses crépitements, ses tracés, ses émotions, ses amertumes.

 

 

 

Artphi.jpgL'innommé, l'invisible peuvent alors faire surface, ils ne sont plus retenus, confisqués par la simple exhibition charnelle. Il convient d’errer au fond d’histoires dont Artphi ne délivre pas la clé. Reste une certaine pudeur plus que l’extase. A la faim du loup se superpose une légende en image. Dans les murailles d’indices qu’un bas blesse, qu’un pull recouvre et sur ces perles de lueur le temps vient faire ses griffes en un perpétuel sursis.

 

 

 

Jeran-Paul Gavard-Perret

 

 

 

15:32 Publié dans Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1)

De lady be good à lady bigoudis : Christopher Williams

 

 

Williams Mamco.jpgChristopher Williams au Mamco.

 

 

 

 

 

Sous prétexte de nouveau réalisme photographique Christopher Williams se joue de tout et ose même une critique de l’art critique.

 

Tout reste à réinventer où

 

Les éclats d’Eros perdurent

 

Même là où un coiffeur a planté ses bigoudis.

 

À la nuit blanche de grande lune

 

Le photographe préfère le souffre orphique des soleils noirs

 

La femme est seule

 

Mais celui qui lui a coupé le cœur en deux 

 

N’est pas loin (au besoin l’artiste le remplace).

 

Chacun des  deux morceaux se gorge d’harmonie

 

Les seins se font chaudron

 

Et célèbrent le réel :

 

Qu’il guérisse ainsi de la maladie du temps.

Williams 3.jpg

 

Williams prouve que le corps ne peut périr

 

C’est peu diront certains

 

Mais on se contenterait de moins.

 

Il y a même là de l’infinie compassion.

 

Autour de la mort qui rode

 

Que les illusions remontent en cristaux

 

Telle une neige dans les chambres d’été

 

Et face la brillance du vide

 

Reste plus que compensatoire.

 

Qu’un lit ne soit plus que celui d’un torrent desséché

 

Mais celui d’une femme  qui passe aux aveux

 

Serpentin autour de l’échine

 

Ou galaxie sous la nuque bardée de bigoudis

 

Rassure

 

Fervent doit être le désir qui recrée la psyché de l’amour

 

A l’aube d’un rire.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09/05/2014

Elvis Studio : espace des signes et formes de l'espace

Elvis studio.jpg”Elvis Studio -10–12 Hz Yaldabaoth”,  Hard Hat, Multiples & Edition, 1205 Genève, 23 mai-6 juillet 2014

 

 

 

.

 

L’Elvis Studio de Genève est la réunion de trois dessinateurs de talent : Helge Reumann, Xavier Robel et Marco Salmaso. Dans « l’esprit » de l’entreprise se conjugue deux types de regard. Celui de silex : tout en concentration qui communique à l'espace une rigueur. Celui de ce que les chinois nomment le  " regard du poignet vide " : la tension de corps s'y annule pour conduire le regard en résonance avec le monde. Cette approche induit sur une même planche une multitude de données plastiques (proche parfois d’un capharnaüm)  qui produisent un ensemble esthétique construit extrêmement précis et acidulé.

 

Elvis Studio 2.jpgLe réel est saisi dans une suite de moments ou d'actes que les créateurs offrent en un état à la fois critique et ludique en un langage particulier fait  d'émergences, de décalages et d'excès habilement et plaisamment contrôlés. Surgit l'écart dans le réel - un écart pas forcément perçu comme tel mais qui fait signe au signe lui-même pour le transgresser ou le déplacer. Le rapport au monde est donc  construit de graphisme dont les signes deviennent les phénomènes  - sans lesquelles l"'art’ du dessin n'est rien. Le trait  crée par le noir l'éclair de la réalité reprise, re-décodée, reconsidérée. Les lignes ne sont pas des  signes mais des formes qui informent l'espace en le formant. Les créateurs rappellent qu’un signe est indifférent au lieu dans lequel il se configure mais qu’une forme est intransposable dans un autre espace. Celui de l'Elvis Studio  où elles sont créées fait  partie d'elles autant qu'elles de lui. Surgit une géodésique de l'espace plus que la limite d'une figure ou indication d'un contour.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Rappel : « Elvis Road » de Helge Reuman et Xavier Robel, Buenaventura Press, Oakland, Etats-Unis.