gruyeresuisse

27/02/2017

Giorgio Racca et ses "sœurs"


Racca 2.jpgPour Giorgio Racca montrer ne revient pas à défaire. Du moins pas en totalité. Certes la nudité peut mettre au jour ce qui fait la débauche, l’absence de vertu. Cette nudité culpabilise un peu (l’artiste est d’origine catholique romaine) mais en même temps elle sexualise le mot “ photographie. “ Tu dois regarder, regarde ” dit-elle sans pour autant que le sexe féminin soit pieuvre ou mollusque à ventouses. En exhibant la chair, Giorgio Racca ne fait qu'effleurer un surgissement volcanique La photographie devient juste une part de l’intimité ouverte : l'essentiel reste au secret.

Racca4.jpgL'artiste évite de glisser un speculum dans la tête et un couteau à dissection dans le cœur. Néanmoins l'image est tout sauf de la pensée austère. Elle ausculte, "écoute", et montre ce qui se cache pour arracher à la maladie de l'idéalité. Une autre face du monde se déploie au sein de chausse-trappes voire d'un seuil infranchissable. Le Pierrot d’amour en est comblé. Il ne peut résister. Un chemisier qui s'entrouvre fait le reste. La photographie joue à l’extrême pointe du soupir en laissant apparaître la mer où dériver comme les vastes étendues continentales où se perdre.

Jean-Paul Gavard-Perret

08:15 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

24/02/2017

Transmutations de Robert Hofer

 

Hofer bon.jpg« Né à Sion sous le Verseau d'un 31 janvier 1956, avec un mètre de neige comme cadeau de bienvenue » Robert Hofer poursuit une route photographique qui se moque des panneaux indicateurs. Elle fut initiée « lors d'une rêverie pendant un cours de mathématiques » et se développe dans le noir et blanc. Il l’apprend auprès d’Oswald Ruppen puis l'Ecole de photographie de Vevey. De lui l’artiste dit peu et de préciser « je vous fais grâce de mes premières amours, mais sachez que j'aime les plantes vertes et les chats noirs ».

 

Hofer bon 2.jpgLe projet de la Grange a été initié par la curatrice du lieu. Elle a invité Robert Hofer (il appartient au groupe fondateur de la ferme) et Nicolas Crispini. Ils se connaissent depuis leurs études mais poursuivent des démarches photographiques bien différentes. Leur rencontre crée un dialogue impertinent. Chacun possède une manière particulière d’envisager et de dévisager le monde. Crispini dans le macro et Hofer dans le microcosmique (pour faire simple). Quant au titre « Profondeurs de champs », il n’est pas anodin : il s’agit d’ouvrir le réel selon différents champs en permettant de voir ce qui échappe au regard.

Hofer.jpgAvec ses Phytogrammes et leurs « duos » Hofer déplace la réalité par diverses techniques de transfigurations. Parfois des architectures végétales trouvent une précision qui déboîte les choses de leurs assises. La vision en négatif modifie le végétal : il devient un graphisme. Parfois la plante est scannée pour apparaître de manière ambitieuse comme toute une conception du monde par ce qu’elle est dans sa simplicité d’apparence.

Surgit dans toute l’œuvre une poésie mystique par sensualité. Le présent poétique forme des constellations toujours changeantes. Hofer 2.jpgElles actualisent des légendes (que Crispini reprend à son compte) selon des figures presque célestes mais tout autant afin de créer une réflexion sur l’existence au moment où l’obscurité distille ses pavots. La fantasmagorie fait merveille pour iriser le temps. Il échappe au morcellement sinistre de l’hiver qui vit naître l’artiste. Existe une sorte de gigantesque jeu de l’oie là où l’équilibre du monde semble des plus précaires…

Jean-Paul Gavard-Perret

Robert Hofer & Nicolas Crispini, « Profondeurs de Champs », La Grange, Sion, du 5 mars 2017 au 23 avril 2017

10:47 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Tamina Beausoleil la Nyctalope


Tamina2.jpgTamina Beausoleil crée la « radiologie » de l’inconscient à travers pégases, ours, etc. de nos propres ténèbres. Elle lève des « couleuvres » d’une sexualité particulière. Manière d’ouvrir une nouvelle fois le corps. Mais, ici, de façon métaphorique. Exit la représentation humaine. Les jeunes filles n’auront pas besoin de fard et de rouge à joue qui maquillent les vieillesses de Goya ou de Velasquez. Une chaleur fauve monte dans le mitan de la nuit. De diurnes nous devenons nocturnes. Mais elle nous rend comme elle nyctalope : les animaux qui nous hantent nous les voyons

Tamina 3.jpgLa créatrice « image » la perte de conscience dont l’animal seul peut dessiner le lieu. Celui-ci différencie le travail du deuil de celui de la mélancolie. Il permet de reconnaître ce qui a été perdu, où le sujet se creuse, se mange du dedans. Dessiner le bestiaire qui nous habite revient à tatouer notre vide, à le "grogner". L’art se doit donc à la bête et au risque de sa féminité. Elle est dictée par la concentration d’une infinité de monstres. Elle opère la coagulation de nos fantasmes, de nos fantômes même si a priori les animaux nous affectent sous le mode de l’incompréhension sidérante.

Tamina 4.jpgL’artiste nous rappelle aussi qu’avant même et après la parole, au début comme à la fin de l'être il y a la bête. Chacune nous fait à son image : un loup, un ours, une hyène. Elles sont les étrangères qui, femmes ou hommes, nous lient au peu que nous sommes. Nos animaux créent donc l'espace qui nous sépare de nous-mêmes tout en nous rapprochant de qui nous sommes. Ils rappellent la vie d'avant le jour et d'avant le langage.

Tamina 6.jpgIl convient d’entrer dans l’épaisseur où nous nous débattons avec eux non sans ambiguïté et hérésie. Mais préférons l’impureté du zoo qui nous habite à la caserne de notre prétendue pureté. Nos bêtes ne sont pas que des repères grammaticaux (même si l'artiste prend soin de leur adjoindre certains indices verbaux). Elles fabriquent une perspective que nous voulons ignorer. Chacun de nous, en se couchant, se couche en elles. Ecrasant la pensée elles permettent à l’inconscient de percer sa peau fuyante pour qu’apparaisse la forêt sauvage où nos fauves demeurent tapis.

Jean-Paul Gavard-Perret

Tamina Beausoleil, « Autour de la Source », Galerie de la Voute, Paris (à venir). Et actuellement « On ne dormira jamais » Exposition collective, même lieu.