gruyeresuisse

01/03/2017

Franckie Vega & Amaury Grisel : sacralisation paradoxale de l’éros

 

Bondage.jpgFranckie Vega & Amaury Grisel, "L'Aquarium", photographies, Galerie Humus, Lausanne, du vendredi 3 mars au samedi 18 mars dans le cadre de « La fête du slip » de Lausanne.

Bondage3.pngPlutôt que de quitter l’art, avec le bondage, il s'agit d'imaginer des images de feu, de signes, des formes, d’effigies issues de bien des genèses et des chaos. Franckie Vega & Amaury Grisel créent ainsi des imageries mystérieuses et archaïques.  Venues à l'origine d'une imagerie extrême-orientale, elles « parlent » le conscient et l'inconscient non plus "envoutés" mais paradoxalement soudain libres selon des basculements et des mondes intermédiaires. Cet univers en suspension peut surprendre un œil non averti.

Bondage 2.pngBeauté, spiritualité, simplicité, merveilleux, violence, fragilité, impermanence du monde et de l'humain se créent  dans des équilibres qui s’opposent aux mouvements incessants et permanents du réel. Un tel art recentre le monde et le moi par référence aux axes du monde et à l'obsession des sociétés tribales et archaïques du mandala, des quatre directions et du centre. Lieu où l'on voyage et communique avec les esprits des ancêtres et les mondes souterrains et célestes.
Déséquilibre, zone de fracture et rupture permettent la transe et la métamorphose loin de la utilité évanescente contemporaine tragi-comique et mortifère. Face aux structures sociales qui enferment les individus dans des rêves stupides et médiocres, le bondage paradoxalement donne au corps sous effet de contrainte un jaillissement de la libido et une liberté.

Jean-Paul Gavard-Perret

28/02/2017

Sonia Kacem : habiter le monde

Kacem.jpgSonia Kacem, « Carcasse », Centre Culturel Suisse, Paris, du 4 mars au 2 avril 2017


Seules des structures de bois et de métal délimitent l’univers - sans totalement en remplir le « vide » - que propose à Paris la Genevoise Sonia Kacem. De couleurs troublantes proches de la carnation humaine et nommées selon des prénoms, ces « carcasses » deviennent d’étranges « personnages ». L'artiste crée une forme d’apparition paradoxale, de présence en creux. L’image crée ni la possession carnassière des apparences, ni la mimesis dont le prétendu "réalisme" représente la forme la plus détestable.

Kacem 2.jpgL'ébranlement du regard réclamé à cette très vieille chose qu'est l'Art passe ici par des structures qui jouent du dedans et du dehors. Surgit un cérémonial hallucinatoire et dérisoire. L'imaginaire trouve la possibilité de faire émerger non une simple image au sens pictural du terme mais à une interrogation fondamentale sur l'art et l'existence à travers ce qui devient l'image de rien et de personne. La négation que l'artiste expérimente n’est donc qu’apparente. De tels « squelettes » créent de l'exprimable pur par la mise en abyme du réel.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

Henri Deletra Hanna : « des humains habillés différemment. »

Deletra.jpeg.jpgHenri Deletra Hanna, « Madame Tonantzin », Act Art Genève du 3 mars au 23 mars 2017.

Face au monde occidental et ses images cadrées, aux couleurs fixes et aux règles connues claires, Henry Deletra Hanna superpose un monde onirique, kaléidoscopique qui réunit tous les éléments de l'univers sur un même plan selon une « compilation » qui tient du sandwich ou du totem. Peintures, dessins, photographies, vidéos, céramiques, quêtes chamaniques développe une recherche multiple. Chaque médium et technique change selon l'idée et le sujet que l’artiste veut aborder pour atteindre une sorte de parousie de la représentation.

Face aux images de catastrophes sous lequel le monde ploie Henri Deletra Hanna impose des images fabuleuses et absurdes riche de bien des cultures. L’artiste partage la pensée chamanique selon laquelle le cosmos et l’être ne font qu'un. L’amour que celui-ci éprouve pour ses proches l’artiste veut l’étendre au reste du monde : « si nous décidions d'étendre ces relations de respect, d’empathie et de soin ? Si nous décidions de les appliquer à l'eau, aux aliments, aux animaux, au sel ? ».

Deletra 2.jpgAprès avoir raconté « le désastre du monde » l’artiste s'intéresse à l'imbrication que les peuples primitifs proposent face aux séparations que la civilisation cartésienne a cultivé jusqu’à nous porter au bord du gouffre. Situationniste à sa manière Henri Deletra Hanna crée des pièces somptueuses et faussement kitsch. Aux œuvres pour voyeurs font place des pièces de voyance. Le tout dans une reprise et une parodie aussi grotesque que sublimée. Tout et rien du réel pour fonder un nouvel ordre.

Jean-Paul Gavard-Perret