gruyeresuisse

22/08/2013

Catherine Monney : voilures des femmes libellules

 

 Monney 2 en 1.jpgUn lieu, une étendue, une œuvre et ses motifs qui se répètent ou plutôt qui varient pour habiter l’espace, y proposer d’autres passages.  Il y a à voir puis à découvrir. L’objectif de Catherine Monney est double : franchir le réel, sentir une présence qui se superpose à lui. Chaque pièce est moins un ilot de repère qu’un point d’apparition par effet de voile. A cela une raison majeure. Quand Catherine Monney rencontre une image, elle veut  lui redonner son volume car elle la ressent comme emprisonnée. Lorsqu’elle rencontre un volume elle libère ses formes de leurs limites. Elle obtient  ainsi des familles, des générations et des lignées de femmes.

 

Par ce face à face avec les formes libérée l'image retrouve une fraîcheur un élan de lumière. En franchissant ce seuil l'artiste brise l’obscur. Elle perce le piège des contours et crée la débandade des horizons afin de montrer des confins où s’amorce la fragilité.  Dans le fond de l’image, au sein de ses effacements on se retrouve littéralement le cul entre deux chaises. Comment faire autrement d’ailleurs ? Il n’y a plus de “ plans ” stables. Les repères se perdent l’ombre joue à l'élastique. Il faut suivre des sillages, des formes qui ne répondent plus à ce que l'on entend "classiquement" par silhouette.

 

Il s’agit de son recul et de son avancée,  de son avant et de son après. Catherine Monney saisit par le revers ce qu’on oublie de contempler avec nos regards aux paupières de porcelaine grâce à ses « poupées » qui ne sont pas de la même matière. Et il y a en elle une moisson de mystère que nos paumes ne pourront pas ramasser. Cela s’appelle Eden et enclos. L’artiste y noue des entrelacs, crée des enchâssements qui font enfler l’ombre. Mais la lumière n'est jamais oubliée.

 

L'artiste crée divers types de suspensions figurales. Tout se tord par clivage et éclipse. Chaque pan d’ombre vit là où les formes croisent leurs lances fragiles et drues. Il faut donc suivre les sillages de l'artiste même s'ils nous déroutent car ils sont porteurs d’alliance. Surgit l’ordre qui est la raison de l’imaginaire. Il dépasse le désordre du plaisir de la seule raison.

 

Monney.jpgLa créatrice offre une gymnastique des sens. Un exercice spirituel et une « conversion ». Bref Catherine Monney propose divers types de cérémonies secrètes de l’espace et le temps. Les formes tiennent fragilement et retiennent l’espace. Il s’y reflète, passe à travers. Elles instaurent le corps féminin comme hantise. Ce corps sort de ses limites afin que le rêve puisse se continuer chez les femmes comme chez ceux qui les regardent.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

13:00 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

20/08/2013

Olivier Texier : trop près, trop loin ?

 

Cons.jpgOlivier Texier, « Cons-siderations », Editions Humus, Lausanne, 96 pages, 15 Euros.

 

Olivier Texier collaborateur du magazine de B.D. « Psikopat », a publié ses albums chez des éditeurs de la scène alternative (« Le dernier cri »,   « Humeurs »,  « Les Requins Marteaux »). Membre de la Fédération Internationale de Catch de Dessin à moustache (dont il occupe la fonction d'arbitre de touche), dans « Cons-sidérations » et en une centaine de dessins il aborde l'origine du monde en contrepèteries visuelles, jeux de mots et permutations de sens. Le triangle de toute les convoitises et son jardin secret (à la française ou hirsute) sont repris au moment où le premier retrouve son nom « propre » trop détourné de manière machiste de son sens initial.

 

L’artiste suggère sous divers registres la porte étroite et sa carte du tendre. Plus qu’un « regretio ad uterum » le dessin devient un seuil. Sa « voluptas » s’étend, se comprime. Parfois l’orgie suggérée semble moins catholique que romaine. Elle s’offre au songe  fricatif, tempétueux mais de manière toujours ironique. Les êtres peuvent y jouer Polyphème et Galatée uniquement sous un registre drolatique. Manière de prouver que le plaisir est ludique. Et donc qu’il ne tue pas - sinon d'une petite mort. L’effroi de l’intime est donc  remisé. Reste l’âme de la vulve qui comme celle des poètes chante encore lorsqu’elle a disparu.

 

Cons 2.jpgL’intimité féminine est saisie dans une visualité qui s’adresse non seulement à la curiosité ou au plaisir.  Elle est poussée par l’humour là où tout joue sur le rapport entre deux formes qui se contredisent et se compénètrent. La vulve s’y articule  insidieusement sous forme de fugue. Chaque dessin devient sa chambre de voyance et de révélation d’architectures improbables, de sillons complexes, de subtils volumes,  plans, et chromatismes. Certes le lieu demeure voué aux rêves, aux fantasmes et aux désirs. Mais tous sont moins diabolisés que fêtés en farces. Par pan et interstice, du grand ouvert et du clos surgit une affabulation  iconoclaste. Elle n’est ni le propre, ni le figuré mais reste le champ actif d’une imprévisible expérience toujours à recommencer. Tout rue, niche, roucoule. Avant que le corps soit secoué des spasmes d’un rire corrosif.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

 

 

 

19:28 Publié dans Humour, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (2)

16/08/2013

Entre l'ouvert et le fermé : la diagonale du fou de Nicolas Muller

 

Muller 1.jpgNicolas Muller, « Les bruits involontaires », Contribution au catalogue monographique dédié à Pierrette Bloch, Edité par JRP|Ringier / Musée Jenisch, Vevey, 2013.

Nicolas Muller, "Caprices", Programmation hors les murs du CAC d'Yverdon-les-Bains, Théâtre de l'Échandole, Le Château, Yverdon-les-Bains, octobre-novembre 2013.

Nicolas Muller, "Veronica Franco", Editions NM, Genève, 56 p., 2013.

 

Un mur de dessin présentant un fourmillement de traits au stylo à bille, une surface brouillée habillant une paroi du sol au plafond : on pourrait se croire dans l’univers de Sol LeWitt et ses dessins muraux. On en n’est pas loin. Mais en même temps on s’en éloigne. Car si celui qui a conçu  une telle œuvre (Sans titre - sol/plafond - 2009)  rend une forme d’hommage à l’Américain, il va plus loin que lui.  L’œuvre est (ou semble)  plus froide et technique mais elle est plus audacieuse aussi. Sous des dessins à la surface onctueuse, une atmosphère brumeuse et des contrastes assez faibles, surgit une rugosité qui ne saute pas aux yeux tout de suite. Il n’existe pas pour autant la recherche d’un trompe-l’œil mais un jeu sur l’épars et l’homogène, l’ouvert et le fermé.

Entre spontanéité et réflexion le travail de Nicolas Muller est  tout dans la puissance du geste au service d’une explosion primitive et lyrique de la peinture et de la sculpture. L’œuvre émerge en  traits ou rotondités comme en tubes en acier inoxydable ou par l’architecture des installations. Dans une de ses dernières l’artiste a investi un préau de bois d’une école de montagne (Serraval en Haute Savoie). Il a cassé l’ordonnance de l’ossature géométrique du lieu par une concaténation d’impressions noires et blanches. Elles appellent à l’école buissonnière et à la fuite selon deux thématiques chères au créateur.

Pour les développer Nicolas Muller est attentif à la force de la matière comme puissance créative. Il reste tout autant sensible au côté incisif de l’intuition. Elle ne doit jamais être noyée a postériori par des travaux trop « intellectualisants ». Chaque œuvre joue donc de manière brute selon une perspective dialectique mais aussi politique ou sociale. En rien narcissique l’artiste cherche en effet une forme de consensus. Non celui d’une tribu mais de l’humain en général. Ce qui n’empêche en rien voire même sollicite une propension transgressive de ses créations.

A l’origine, habité par le gout du dessin Nicolas Muller pensait se diriger vers l’illustration ou la bande dessinée. Très vite il s’oriente vers un travail plus collectif  (qu’il développera avec six autres artistes dans le groupe « Mucus ») et l’édition. Métier que l’artiste poursuit toujours au sein de sa maison  « NM Editions ». Mais dès ses études d’art il publie  une cinquantaine de livres. En les présentant en salons le jeune créateur il s’initia naturellement vers les pratiques d’expositions. Attiré par des artistes tels que Jonathan Meese ou Jan Fabre il comprend la puissance de feu de l’art indépendant que l’artiste retrouve aujourd’hui chez des créateurs tels que  Bruno Peinado, Pierre La Police où  FLTMSTPC. Muller tient pour un des grands éditeurs parallèles du temps.

L’art – quel qu’en soit les formes et les supports – restent donc pour Nicolas Muller un moyen de créer des brèches. Mais il s’agit aussi de les creuser. Au déclenchement quasiment inconscient d’une énergie première  succède le temps de l’essai et du travail. Il faut qu’il y ait du fourmillement mais aussi des tentatives successives. A un moment donnée elles peuvent aboutir à quelque chose que le créateur juge intéressant.  Dans ces expérimentations surgissent une tension entre des formes rectilignes et des formes plus aléatoires. 

Muller 2.jpgL’explosion cohabite avec une force de contrôle du chaos pour son ordonnancement. Ce dernier reste essentiel. Il donne à l’œuvre sa quille et son mat, ses fondations et son faîte afin que les créations soient moins des tutrices  que des  flèches S’y retrouvent le thème de l’évasion selon  divers types de déclinaisons,  d’affrontement, de superposition, de confrontation.

La  pièce Les évadés est sur ce point significative. Elle semble montrer les vestiges d’une tentative de libération illicite dont on n’ignore tout. Ne demeurent  que des plaques d’égouts entrouvertes. Elles laissent présager une évasion vers des horizons ouverts opposés à la rigueur géométrique de la plaque lourde et contraignante. C’est là une des manières pour Nicolas Muller d’introduire une narrativité dans l’œuvre. Elle  prouve que les histoires d’hommes peuvent se passer de la figuration anthropomorphique. Cela libère d’une intrigue psychologisante au profit d’une vision plus fabuleuse où la chimère devient matière.  L’audace de Muller est là. 

Dans une autre installation une collection d’arceaux en acier inoxydable heurtés et déclassés sont le symboles d’une force coercitive  percutée, attaquée. Là encore on n’en saura pas plus.  Reste une somme d’empreintes de la déviance. Les arceaux trônent, défaits, hors d’usage, meurtris par la rencontre accidentelle avec un objet « fou » qui les a percutés. La dissidence semble aussi douce (car d’une certaine manière métaphorique)  que préhensible. Elle paraît presque pacifiste. Mais le spectacle de la lutte, du conflit des légitimités demeure en filigrane. Tout reste ancré entre béance et clôture au moment où l’image n’a d’autre référent que son intensité poétique dégagée du néant.

Jean-Paul Gavard-Perret