gruyeresuisse

21/05/2014

Jean-Luc Godard : qu’aurait-il fait dans cette galère ?

 

Godard.jpgJ-L Godard n’est pas allé à Cannes. Il a bien fait. Le seul risque qu’il courait n’aurait pas été seulement de se faire siffler par les myopes mais de se prêter au jeu de clown sérieux auquel il a du mal à renoncer dès qu’on lui tend un micro. Il faut dire que les journalistes aiment se faire tancer par l’iconoclaste. Il répond à leur attente et ne se prive pas de proférer des sentences assassines dont ils se délectent. Godard reste le cinéaste que les gogos aiment écouter même s’ils n’entendent pas grand-chose à son cinéma.  

 

Godard 2.jpgCertains néanmoins pressentent que dans son cinéma les choses bougent.  Après « Film Socialisme » et avec « La fin de langage » ils sont servis. Ils croient sans doute que ce film prouve chez Godard une paradoxale faim de mots, l’amour des titres et - dit-il - leur « obligation bancaire »…. Faire un film ajoute-t-il c’est « payer sa dette ». Preuve que le film porte un sens de la faute et un besoin de la rédemption toute chrétienne. Se comprend au passage tout ce que Tarantino lui doit au sujet de la rédemption. Le kid admire son aîné. Ce qui n’est pas (euphémisme) le cas de ce dernier.

Godard 3.jpgMais passons. Rappelons ce que Godard apprend : « émettre un titre » ne suffit pas à faire un film. Y inclure des citations en inserts non plus. Trop de critiques oublient que le réalisateur vaudois demeure peut-être le plus grand poète visuel. Il ne réduit pas le cinéma à une femme damnée sur laquelle il appliquerait un fard. Il cultive de prétendues impasses de dérives ou plutôt des traversées multiples  Et si le cinéma est selon lui « un juge d’instruction » sa procédure d’appel passe par la seule image. Elle fait vivre les métaphores. Elle ne se réduit pas au récit d’un cinéma à histoires mais devient poésie et musique, histoire du cinématographe. Une anthropologie aussi. Dès lors tout peut être reproché à Godard sauf de suivre la route dérisoire de la pose et de la gloriole. Il ne propose jamais un discours en images mais l’image de discours mis en abîme dans l’épicentre d’une beauté que seul il saisit de nos jours et comme en son temps Chaplin le fit. Répondant à ce que Baudelaire écrivait, les secondes de ses films « sont fortement accentuées et chacune dit : je suis la vie, l’insupportable, l’implacable vie ».

Jean-Paul Gavard-Perret

 

20/05/2014

Porcs épiques et autres délices : Lipp&Leuthold

 

 

 

Lipp et Leuthold.jpgLipp&Leuthold, performance action dans le cadre de  « La Ballade Gourmande » (centre ville de Moutier) de « Gouts et dégouts », Musée de Moutier. 21 juin 2014

 


Lipp&Leuthold font de la nourriture terrestre la base de leur art critique et humoristique. Issus en droit fil de l’esprit Dada ils préfèrent néanmoins à la viande de cheval celle du cochon. Sans doute parce qu’il évoque à l’homme la bête qui le hante et qu’il tente de cacher. Nulle question pour le duo de le masquer ou d’en faire le deuil : Lipp&Leuthold provoquent sa renaissance ou plutôt sa cuisson. Néanmoins refusant tout ostracisme charnel ils transforment  tout ce qui leur tombe sous la main et font fast food d’ingrédients divers en « live » et en peinture. Le cerveau lent d’un cervelas mobile peut faire l’affaire (avec « Go Hanswurt Go ») mais dans leurs narrations-performances l’éventail s’élargit en jouant de l’envie et en la repoussant au besoin.

 

Lipp et Leuthold 2.jpgFace à une société qui multiplie les émissions de cuisines et cultive paradoxalement en sacerdoce le corps svelte les Lucernois opèrent la coagulation de fantômes et de fantasmes. En conséquence : hors des groins qu'ils assaisonnent dans leurs peintures en accélérés (parodies de "natures mortes")  point de (porc) salut. Il convient d'entrer dans leur épaisseur et effet de surface pour s’arracher à l'erreur mystique où l’âme de l'être perd le sens des réalités. Lipp&Reutold  ramènent à elles en montrant ce qu'il reste de miasmes dans nos assiettes. Ils en font un ragout et un raout d'ombres fumantes et de couleurs variées où le monde se conçoit sous un plus juste miroir que celui de la pureté. En émane voluptés et  hantises. La cuisine mobile des deux omnivores demeure donc la revenance de quoi elle fut et de qui nous étions, elle rappelle ce qu'elle devient et qui nous sommes. Reste à savoir si une telle critique farcesque en acte et peinture pourra rendre les gens bons.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

19/05/2014

Danaé Panchaud ou comment ne jamais cacher ce qu’on ne saurait voir

 

 

 

panchaud 1.jpgA travers des séries très différentes, Danaé Panchaud explore les relations au corps ( « Médecine » montre les lieux d'une intimité violente : le corps, totalement exposé s’y réduit à une entité passive) et les traces que laissent l’histoire la plus récente ( Lucens met en exergue les stigmate de la centrale nucléaire expérimentale du lieu). Diplômée du cursus « Critical Curatorial Cybermedia » de la HEAD de Genève, l’artiste expose depuis 10 ans en Suisse et en Europe. Depuis avril 2012 elle est chargée des relations publiques du MUDAC - Musée de design et d'arts appliqués contemporains de Lausanne.  A côté de son travail de création elle réalise de nombreux événements et a été curatrice avec Maude Oswald de « The Breath On Our Back » (2012) proposées par NEAR au PhotoforumPasquart. 

 

 Panchaud 2.jpg

 

Sous une recherche permanente de la beauté ses prises cultivent une subversion. Danaé Panchaud  touche là où ça fait mal : à la culture et à l'identité. Elle montre combien tout le corps d’une part ou le patrimoine sanctuarisé ou non de l’autre  induisent des investissements symboliques spoliés quelle remet en cause. La dimension critique est facile à percevoir même si parfois l’artiste feint de proposer des « farces » ou des effets de réalité complexes et ambigus. L’irrévérence ne va pas sans la rigueur qui reste un maître mot de la Vaudoise.

 

 Panchaud bon portrait.jpg

 

Ses choix ne doivent évidemment rien au hasard : ils sont dans ses œuvres un mixte de parodie, de commentaire critique mais aussi d’hommage.  D’où l’intérêt d’un travail à entrées multiples où surgit  une célébration mordante et acide. Elle peut jouer au besoin du kitsch et de la théâtralité qui ruinent le thésaurus de ce qui est donné comme acquis. Sortant du pittoresque ou de l’anecdotique l’artiste rappelle qu’il ne faut jamais rechercher le prétendu marbre de l’identité supposée mais sa terre friable dont on connaît ni le point de départ, ni celui d’arrivée. Danaé Panchaud l’affronte sans craindre que cette terre lui manque ou d’échapper à sa force de gravité. Preuve que la photographie garde une vocation fabuleuse : celle de faire reculer le chant des certitudes, de mettre une grâce dans les pesanteurs voire dans “ la laideur ” afin de rétablir  un charme et une interrogation sur ce qui est menacée de  disparition.  Les empreintes ineffaçables n’existant pas et avant leur perte la plasticienne les photographie dans un travail d’empathie critique afin d’approcher sinon des fondements du moins du fondamental et souligner la plénitude de la précarité.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret