gruyeresuisse

28/10/2013

La reine Blurb et le réalisme époustouflant d’ « art&fiction » à Lausanne

Soirée "art&fiction", La Datcha, Lausanne, 13 novembre 2013, 18 heures.

 

Fretz.jpgPour saluer et fêter la parution des cinq nouveaux titres de sa collection « Re:Pacific » art&fiction n’a pas fait les choses à moitié. Stéphane Fretz et sa bande ont invité une monarque, clone de Belinda Blurb. Le personnage fut inventé en 1907 par un auteur américain afin de faire entrer le « blurb »  (brève phrase ou slogan figurant sur la couverture ou le bandeau - rouge le plus souvent - d’un livre pour le promouvoir) en littérature.

 

A La Datcha de Lausanne Belinda Blurb (sous les traits de Céline Masson) sera la reine de la soirée et trônera sur un siège souverain créé par Flynn Maria Bergmann un des cinq nouveaux auteurs de la collection « Re:Pacific », poète érotique (mais pas seulement) et graffiteur. Pour l’accompagner tous les membres de la maison d’édition seront là ainsi que le croutsillant groupe Cap'n Crunch et sa fanfare d’acufunkture.

 

Il faudra bien cet onguent de royalisme vaudois pour saluer comme il se doit les drôles d’oiseaux que Stéphane Fretz (Monsieur Loyal) et Marie-Claire Grossen (bibliothécaire) présenteront dans - et en guise de cage -  un ancien Bibliobus de la bibliothèque de Lausanne. Manuel Perrin, Zivo & Jérôme Meizoz, joueront les rois de Thulé qui n’ont jamais capitulé, Marisa Cornejo sera, en Médée, la magicienne qui se plait à faire des siennes et Flynn Maria Bergmann en Ken rilkéen dont l'écriture titille et trouble le puritain.

 

fretz 2.jpgLa soirée s’annonce donc sur les meilleurs hospices. Rouge aux lèvres et noirs aux cils seront de rigueur même si pour les imbéciles cela rend les filles étrangement faciles. Mais pour rentrer dans le théâtre élisabéthain que propose Stéphane Fretz et les siens rien n’est inutile. Ce sera donc là une manière exquise de saluer des livres qui seront un jour des prodiges. La cuvée 2012 l’avait déjà prouvé celle d’aujourd’hui se marie parfaitement avec son aînée. On attend donc les enfants de Plotin qui viendront bénir d’eau de rosse cette marée terrestre de littérature et d’art remplie de talent et d’évasion pour les condamnés que nous sommes.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

27/10/2013

Les exercices d’ « ignorance » de Sarah Burger

 

 

Burger.jpgSarah Burger, « pro-positions », Nar-Gallery, Bienne du 31 octobre au 30 novembre 2013.

 

Sarah Burger possède une manière peu protocolaire de faire son miel : photographies, peintures, installations et sculptures sont prises en revers du classicisme. Interventions sur des images ou pièces de récupération, cristallisations (sublimes) de sel, assemblages de pierres,  lignes géométriques qui tiennent lieu de sculptures, brûlages de photographies, coulages de cire, etc. créent par décompositions des recompositions majeures. Au fil du temps la plasticienne élabore un concept solide porté par une réflexion pointue et la recherche de l’émotion. La sensibilité trouve là un cheminement précieux souvent sombre, presque tragique.

 

Pour chaque pièce Sarah Burger fomente un environnement particulier en utilisant des espaces ou des supports réaménagés. Elle ne projette pas de rapatrier le regard vers un éden artistique : elle l’interpelle dans la recherche d’un sens enfoui. Refusant le raffiné de l’esthétique pour l'esthétique l’artiste élimine un état marmoréen de l’art et des ses matières afin de les porter en une forme d’instabilité. Elle descend au cœur des images sans crainte d’échapper à leur force de gravité.

 

Sarah Burger retrouve une vocation fabuleuse : elle met une grâce dans les pesanteurs voire dans la « laideur ».  Une émotion cérémonielle et « avènementielle » éclate au cœur des matières les plus brutes. L’artiste arrache la fixité, l’opacité du règne des images de « pierre »  dans le fol espoir de l’art de lutter contre les apparences de la  réalité. Afin d’y parvenir elle prend les seuls chemins possibles : ceux d’une iconoplastie travaillée méthodiquement en une science de l’ « ignorance »  pratiquée avec lucidité.  

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

11:28 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

26/10/2013

Pierre Leloup, le tangible et l’insaisissable

 

 Leloup 1.jpg« Pierre Leloup, peintures »  du Musée des Beaux-arts du 8 novembre 2013 au 24 février 2014, « En compagnie de Pierre Leloup, Maxime Godard, photographies », Cité des Arts, Chambéry du 5 novembre au 20 décembre 2013, « Pierre Leloup, livres d'artistes », Médiathèque Jean-Jacques Rousseau du  7 au 31 janvier 2014.

 

Liminaire : cette note semblera déroger à la règle du blog en présentant un artiste frontalier car savoyard. A cela deux raisons : Piere Leloup (1955-2010) fut un ami d’enfance du rédacteur et celui-là compta de nombreux collectionneurs et amis en Suisse dont Konrad von Arx et son épouse qui le firent connaître sur un plan international.

 

Les grandes peintures de Pierre Leloup sont des chefs d’œuvre de sensations. La vibration de la peau se concentre et se dilate sur la surface travaillée. Loin d’en souligner les défauts l’artiste en atténue les contrastes, élimine les imperfections. Le derme féminin est rendu vivant par des tensions  et des relâchements afin de provoquer un calme apparent. Le trait s’y efface en tournant jusqu’à se diluer dans la diaphanéité d’une matière qui devenant elle-même peau crée la résonnance d’un monde vivant, respirant.

 

La quiétude est épaisse, endormie mais tout autant lumineuse que mélancolique. La peau se métamorphose en vague dans la fluidité. Une circulation apparaît et se fond dans la toile. Le calme suggéré apporte un bien-être tactile et la présence palpable ouvre à la rêverie « libre » du regardeur. Le bonheur et la tristesse sont présents. Il s’agit de  ressentir ces dermes anonymes qui touchent lentement. Peut surgir un désir profond dont l’insaisissable trouble passe par les tangibles effets de pans rythmés de manière imperceptible. Ils prouvent combien Valéry avait raison en affirmant «ce qu’il y a de plus profond en l’homme c’est sa peau».

 

Leloup 2.jpgDans de telles œuvres la densité du corps se fait légère et  aérienne. La sensualité est suggérée sans jamais descendre vers des formes plus concrètes. Et Leloup prouve non seulement une technique parfaite mais une concentration à l’attention visuelle. L’énergie pulsionnelle du corps est là. Ou plutôt elle n’est pas loin. Elle se cache comme si elle n’aimait pas qu’on la regarde là où pourtant elle s’offre à nu. Le peintre devient en conséquence  le gardien de l’intime. Sa feinte d’exhibition reste son allié. Le sentiment de la couleur est soutenu par un mouvement mystérieux  qui anime chaque toile. Il laisse une impression profonde entre seulement trois ou quatre couleurs qui s’unissent et touchent. En une telle sensation corporelle la réalité picturale offre l’expérience d’une plénitude.

 

Jean-Paul  Gavard-Perret.

 

Photo du bas : Pierre Leloup et sa compagne Mylène Besson, photo de Bernard Plossu.

11:21 Publié dans France, Images | Lien permanent | Commentaires (0)