gruyeresuisse

11/09/2020

Dave Bopp entre deux "eaux"

Bopp.pngDave Bopp,  "floating icebergs with a taste of antimatter crazy physics", galerie Mark Muller, Zurich, du 29 aout au 16 octobre 2020.

 

Dave Bopp vit et travaille à Stuttgart. Il utilise différents types de peinture analogique. Mais s'il travaille avec les ordinateurs et leurs programmes il se réapproprie l'image numérique en créant un processus de création indépendant des machines

 

Bopp 2.pngL'artiste devient  pour une part un catalyseur des développements numériques mais il les module et modère pour créer une puissance de surplus des possibilités et accélérations de telles mutations. Les oeuvres dépassent donc autant les anciens modèles que les procédés nouveaux afin de créer leur propre langage.

 

Bopp 3.pngLa peinture reste pour lui le médium qui permet plus que toute autre approche de matérialiser différentes stases de perception et de  créer un contre-feu à la représentation du réel et du quotidien. Dave Bopp  explore en conséquence l'expérience de la peinture comme pure apparence de peau mais aussi comme un potentiel important de narration et de diverses associations.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

10/09/2020

Le désordre iconique de Youssef Nabil

Nabil.jpgLe photographe égyptien Youssef Nabil transforme bien des idées reçues et métamophosant ses prises selon une ancienne technique largement employée pour les portraits de famille ou pour les affiches de films qui peuplaient les rues du Caire.

Les photographies argentiques sont peintes par le créateur. Elles ravivent une Égypte légendaire, entre symbolisme et abstraction. Mais s'y découvrent aussi des repères identitaires déplacés où se mêlent les préoccupations idéologiques, sociales et politiques de l'époque et la mélancolie du passé.

Nabil 3.jpgL'exposition est un hommage unique à une icône de l'art photographique. Elle devient une invitation à une dérive à travers des sections thématiques qui vont des premiers travaux de Youssef Nabil à ses oeuvres les plus récentes. Elle est complétée par trois vidéos de l'artiste : Arabian Happy Ending, I Saved My Belly Dancer et You Never Left.

Youssef Nabil « Once Upon a Dream», Palazzo Grassi, Venise, du 11 juillet 2020 au 20 mars2021

Jean-Paul Gavard-Perret

09/09/2020

Adel Abdessemed : ce que résister implique

Adel 2.pngAdel Abdessemed,  "Description d'un combat, Wilde, Genève, du 3 septembre au 23 octoble 2020.

Adel Abdessemed est un artiste de combat d'où son admiration (tardive et réflexive) pour Picasso qui pour lui "peignait comme un guerrier". Existe dans ses oeuvres les souvenirs d'une jeunesse rebelle en Algérie au moment des années de sang de la période 90.

Adel.pngPar son talent et sa sensibilité et le renouvellement de ses travaux via divers médiums l'artiste illustre la violence de l'époque. Mais il casse et fragmente le bombardement images des médias et d'internet.

L'artiste affronte le monde car selon lui "il y a peut-être des portes de sortie : celles de la création et de l’art. Il faut créer des œuvres de résistance : pour moi l’artiste est comme un combattant." Il prouve que seule la culture peut répondre à la bêtise ambiante que charrient les idéologies et les maîtres.

Adel 3.pngLa culture est pour lui un moyen de créer "des émotions significatives, lumineuses comme le soleil, et aussi des émotions obscures mais qui s’imposent.". Et dans ce but les images et leurs montages d'Adel Abdessemed disent ce que les mots ne peuvent énoncer et ce que les images officielles cachent.

Jean-Paul Gavard-Perret