gruyeresuisse

06/04/2014

Silvia Bächli ou le chant grégorien du dessin

 

 

 

Bachli bon.jpgSilvia Bächli: Brombeeren ,  Verlag der Buchhandlung Walther König, Köln, 2014.

 






Donation Florence et Daniel Guerlain, Dessins contemporains, Centre Pompidou, Paris,  premier trimestre 2014.

 

 

 

 Pour Silvia Bächli  dessiner ou peindre sur papier est une activité « élémentaire » puisque partout et toujours le matériel étant sommaire reste à sa disposition. D’autant que cela demande peu de mise en route : il suffit de s’installer devant une feuille avec un crayon. L’artiste utilise le papier le plus frustre possible. Elle l’achète en gros et son choix dépend de ses propriétés d’absorption et des coloris de sa blancheur de ce support. Silvia Bächli découpe les feuilles au format dont elle a besoin.Regroupés en ensembles de même format, ces piles ou plutôt ces strates de feuilles  « ressemblent aux notations des chants grégoriens : ce sont des chants à plusieurs voix » dit l’artiste.

 

 

 

Quand un dessin est raté elle le jette. Considérant son travail  comme « un monologue à haute voix » elle essaie diverses tonalités,  change le « son ». Et lorsque la « phrase » lui convient elle la garde, y trouvant un accord avec le propos souhaité, voire quelque chose qui dépasse cette espérance. Optant pour l’immédiateté, le côté mobile et flexible, la dynamique d’une  approche presque pulsionnelle et qui se moque de l’échec toujours possible Silvia Bachli fait du dessin une trace, une coupure, un geste. Parfois il surgit d’une simple interrogation physique  du type : A quoi ressemblent les doigts de la main gauche tenant la feuille ? Comment l’artiste ressent sans dos à ce moment là ? D’autres œuvres restent plus proches de la trace de mémoire. Silvia Bächli peut par exemple se demander quel chemin, le jour précédent, elle a pris pour faire ses courses. Chaque fois elle cherche « à flairer les traces des mots que l’on a sur le bout de la langue sans que l’on puisse les nommer exactement ».

 

 

 

Bachli 3.jpgDessiner est donc un processus ludique de mémorisation, d’invention puis, ensuite, de sélection.  Devenant une quasi écriture, peinture et dessin sont la traduction visuelle du langage. Mais par rapport aux mots l’image reste sous-jacente, préconsciente. Elle est un vocabulaire sans significations pré-codées qui ouvre le langage «abstrait à un résidu qu’on ne peut pas nommer mais qu’on comprend bel et bien. » Les œuvres de Silvia Bachli ne sont donc jamais des fragments de rêves même s’ils paraissent parfois somnambuliques. Elles permettent de mettre en marche un inachèvement : au spectateur de les finir.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Delphine Sandoz : absorptions sans titres ni commentaires

 

 

Sandoz  2.jpgPour la Lausannoise Delphine Sandoz la peinture est une chair. Le support la mange de manière plus ou moins avide. L'artiste y induit parfois un corps. Il surnage puis replonge sans forcément se noyer.  Mais il ne faut pas se tromper : le seul corps qui compte est celui de la peinture. Dans l'absence (apparente) de toute maîtrise apparaît un abandon programmé et travaillé. La créatrice remonte vers les origines des formes et des couleurs. La matière provoque la naissance d'un lieu où la lumière avale l'ombre dans une forme d'abstraction  ni géométrique, ni inspirée par une spiritualité « intellectualisante ». Chaque œuvre est un voyage : Delphine Sandoz  permet d’y repérer les paysages les plus insondables, les plus retirés par jaillissements, épanchements ou apaisements.

 

 

Sandoz.jpgLa créatrice pose des taches sur l’obscur avec l’ambition de secouer les images plus que de résumer le visible. Silencieuse au milieu d son atelier elle tenter de le recomposer. Par effet de surface il s’agit d'entrer dans l'organique loin du roman des choses mais dans l’aventure de la peinture. Comme dans le miroitement perpétuel des reflets de l’eau surgissent des formes et des couleurs de l’indicible  qui espère pénétrer le mystère de la peinture tout en l’élargissant. Preuve que la peinture - dont on annonce périodiquement la fin - réveille par l'organique une inquiétude métaphysique en un saisissement qui s’éloigne de tout artifice. Avec Delphine Sandoz elle brise le mur de l’enfouissement, la paroi de l’antre. Des formes s’enfoncent, percent, se dédoublent et entrent en tension entre le partout et de nulle part, l'ici et le là-bas, pour atteindre cet endroit où les vrais artistes continuent de chercher.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret


La Lausannoise est présentée entre autres par la galerie LigneTreize, Carouges, Genève.

 

 

 

04/04/2014

Cat Tuong Nguyen : Lumen et trappes

 

 

 

Cat bon.jpgAvec Cat Tuong Nguyen la photographie n’ajoute pas un objet au monde : d'une certaine manière elle arrache les apparences pour donner de la profondeur de ses gouffres en une  lumière paradoxale faite d'effluves. Elle  brise la séparation entre dehors et dedans, nuit et jour. Le photographe (qui se dirige de plus en plus vers la peinture) crée une luminosité particulière qui est éclaircie et non éclairage. L’impression de flou est souvent présente dans les photographies du Zurichois. Pour autant il n’abandonne pas son travail sur la netteté entre abstraction et figuration. Le choix du sujet devient secondaire ; la force de la géométrie et celle des contrastes primordiales. Les lieux sont retournés, déterritorialisés.

 

L’épaisseur prétendue et apparente du réel est soustraite à la représentation et au simple jeu de miroirs. En surgit une musique d’un inframonde. Et si le photographe n’avait pas été artiste plasticien il aurait sans doute créé de la musique - « le plus abstrait des arts » selon Schopenhauer. Pour le créateur le réel et l’image apparaissent comme des voiles qu’il faut déchirer afin d’atteindre les choses (ou le néant) qui se trouvent derrière. Cat Tuong Nguyen fait donc de la pénombre un élément spatial particulier, en effacement et dissolution. Il permet d'entrer  dans une utopie particulière, en un état de seconde nature si bien que nous comme de ses personnages ou de ses paysages : des oiseaux de nuit.

 

Jean-Paul Gavard-Perret


11:32 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)