gruyeresuisse

16/04/2017

Betty Tompkins : small is beautiful

Tompkins.jpgBetty Tompkins apprend depuis toujours à ne pas chercher plus loin l’objet de nos fantasmes que dans ses propositions où sous effet de radicalité l’éros jouxte la « vanité ». Elle révèle parfois le comique de l’épouvante de la sexualité et la clownerie des tabous. Mais l’impudeur - qui provoqua censure et ostracisme envers l’artiste - devient désormais plus évanescente. L’Américaine poursuit des coupes dans le mal vu ou mal montré mais le militantisme devient plus poétique. La femme retrouve désormais une paix. Elle n’est plus prise par n’importe qui et pour n’importe quoi. Betty Tompkins se permet une coquetterie plastique tout à fait efficiente afin de laisser apparaître ce qui est encore tenu comme « inconnu », clandestin, absorbé, épongé.

Jean-Paul Gavard-Perret

Betty Tompkins, « Small », Marlborough Contemporary, New-York, 19 avril 20 mai 2017.

13/04/2017

Dermotypies de Mirko Baselgia : les hirsutes

Baselgia.jpgMirko Baselgia, « Membrana », Galerie Heinzer-Reszler, Lausanne, 21 avril-27 mai 2017.


Mirko Baselgia tire le monde de son tissu de ronces pour en relever des morceaux et pans. Il existe des pliures d’ombre, des chemins tapissés de gris. Les coupes franches vont montant ou tombent horizontalement : elles sabrent la vue sur les plans morcelés en largeur, en longueur. Tout fait nappe et chaque pièce s’offre, s’étoffe, montre sa « jupe ». La raison vole. Chaque proposition devient carte, paysage en fragments. Plan fixe et mouvement. Suite ajourée ou hirsute. Soule de matière et de poils. Le regard se fait tactile par la magie de la dermotypie avec accord tacite pour un corps partagé. L’image a besoin de place en devenant « sculpture ». Du ventre aux épaules en passant bien sûr par le cœur. Se succèdent des  passagères moelleuses, démesurées - quoique d’une taille des plus raisonnable. Au regard d’en franchir le seuil.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

16:18 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Caroline Mizrahi et les bijoux ravis

Mizrahi 3.jpgMizrahi.jpgCaroline Mizrahi crée des portraits sophistiqués publiés entre autre dans Vogue Brazil, et Time Out Magazine. Ces femmes sont traversées par l’ondoiement de pièces d'orfèvrerie couvrant et dévoilant, éloignant et rapprochant, annulant soudain l’effet civilisateur du vêtement. En jaillit le questionnement sur la sexualité jamais vraiment apprivoisée, érotisant jusqu’aux lois qui viennent la bannir. Les bijoux enserrent le visage. Dans les tréfonds obscurs peut s'y chercher l’image d’une autre femme, qu’on aurait côtoyée peut-être du moins rêvée à l'évidence.

Surgit le regard ambigu sur le statut non moins ambigu de la féminité dans une société avide toujours de cloisonnements et de pérennité.

Contrainte à une nudité distante, la femme grâce aux bijoux et différents apprêts est soumise à une inflorescence qui la prolonge et l’isole. Le doute se mue en certitude. L'inverse est vrai aussi. Mizrahi 2.jpgC'est comme une stance surréaliste qui habillerait de pudiques fioritures une vision trop vériste et réaliste. De l'eau dormante à l'eau bouillonnante un vide est à combler . L'image qui se quitte ne se quitte pas. Elle se reprend et devient Méduse. Le « je traverse, j’ai été traversée » de Duras va comme un gant à de telles modèles ou des leurres. Leur réel ou leur diction n’est pas parti. Du moins pas trop loin. Pas en totalité. « C’est là que j’ai vécu » écrivait encore Duras.

Jean-Paul Gavard-Perret.