gruyeresuisse

29/06/2014

Fabrice Gygi, le fou civil

 

 

 

 

GYGI.jpgFabrice Gygi, « De la vacance aux Communes-Réunies », Manoir de la Ville de Martigny, juillet-aout 2014.

 

 

 

Gygi reste un artiste majeur. Rappelons qu’il représenta la Suisse  aux Biennales du Caire (1996), de Sao Paulo (2002) et de Venise (2009). Son travail de sculpture et d'installation (logos, estrades, gradins, tentes, paravents, airbags, grilles, mines, structures antiémeutes, local de vote, salle de conférence, etc.) crée une critique parfois drôle et toujours pertinente du monde contemporain. La théorie esthétique passe par la pratique. Plutôt que de mettre en exergue de manière ostentatoire le fruit des terreurs liées à la peur de l’autre, l’angoisse de la dislocation, de la dissolution, du démembrement l’artiste devient au besoin un farceur astucieux, un scrutateur impénitent, un facteur de troubles. Par ses divers types d’images son travail reste une philosophie en acte capable d’incarner les impostures politiques pour nous effrayer ou en rire plutôt que de nous inviter à s’en contenter et s’y complaire. Détracteur d’habitudes, provocateur moqueur et partageur l’artiste poursuit une révolte humble mais têtue.  Ses recherches hybrides vont s’élargissant par cercles concentriques afin d’atteindre leur but. Face à la déshumanisation Gygi reste le faux candide dont l’âge de raison confirme son statut de fou civil. L’œuvre se façonne dans la révolte. Elle ne néglige rien pour mettre à nu ce qui fait basculer le monde dans un vide que l’artiste en son acuité perçoit. L’essentiel reste pour lui d’aller toujours plus loin dans la perception, dans la restructuration de l’espace, dans la découverte de ses lois pour les transgresser.  L’œuvre inlassablement se transforme en un étrange et bouleversant poème. Planté dans le sol, suspendu de l’espace ou faisant d’une salle d’exposition une forêt de signes de telles métamorphoses signalent la fin d’une histoire et le commencement d’une autre.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

.

 

09:49 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Edouard Fontannaz l'"argonaute"

 

 

 

Fontannaz.pngŒuvres visibles LAC Vevey et FLAC Lausanne. 

 

 

 

 

 

La réalité, le quotidien restent paradoxalement ce qui hante l'art de Fontannaz même si ses œuvres sont habitées d’une forme d'abstraction ou de symbolisme - ces deux termes sont utilisés ici uniquement afin de suggérer combien le propos pictural s'éloigne d'une peinture réaliste. Le Vaudois dérange l'ordre par des combinaisons de figures et des effacements. Elles ne cessent de jouer sur les variations de couleurs, de rapports de tons et de cadrages. Chaque toile se construit lentement en diverses couches même si parfois un spontanéisme  initie l'œuvre. Elle est néanmoins reprise, érodée, "usée" jusqu'à ce que l'artiste parvienne à atteindre une vision intérieure du monde qu'il reprend "à sa main". Son travail reste le moyen de partir du monde afin de fonder un langage obstiné dont les formes touchent aux questions esthétiques et existentielles qui se posent à l’artiste comme au regardeur afin de les déplier hors du temps (même si elles se nourrissent de lui).

 

 

 

fontannaz atelier.jpgFontannaz atteint une sublimation dans une époque où souvent ne se conjuguent que le mou et le rien. Afin de faire surgir les ombres blotties dans l’homme et permettre l'apparition d'un sens noyé dans le silence l'œuvre passe par redéploiements et reprises. L’énigme du monde, des choses et de l’être émerge en cet effort qui la rend encore plus riche à travers les couleurs et les lignes. Une telle peinture  par effet retour se rapproche du réel d'où elle est sortie. Mais désormais une autre vie  l'innerve. Le chaos organisé et sa torsion deviennent une chose mentale faite de fissures et de failles. Néanmoins l'artiste reste le combinateur de constellations obstinées. Son œuvre ressemble au vaisseau Argo qui ne comportait aucune création mais rien que des combinaisons. Accolée à une fonction immobile, chaque pièce était infiniment renouvelée, sans que l’ensemble ne cesse d’être le vaisseau. 

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

08:56 Publié dans Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

26/06/2014

Michael Rampa et l’aquarelle

 

 

 

Rampa Bon.jpgMichael Rampa, « Dregs Blossom», Galerie Christopher Gerber, Lausanne, du 26 juin au 27 juillet 2014.

 

 

 

Michael Rampa est un magicien de l’aquarelle. L’invention mystérieuse (accentuée par le titre ambigu de l’exposition) en jaillit non par éclatement mais en discrétion et effacement. L’immobilité des modèles (parfois décentrés), l’amplification discrète de quelques détails évitent les crues intempestives et par trop réalistes. Tout demeure calme au sein d’une sérénité physique et poétique. L’artiste ne se préoccupe pas d’être « actuel ». Il propose par effacement un lambeau de merveilleux érotique arraché à la robe de la réalité (c’est peut-être d’ailleurs ainsi qu’il faut comprendre le titre de cette « fleur de lie»). A mi chemin entre le réveil et le crépuscule l’aquarelle suscite une présence volontairement indécise. D’autant que les modèles de l’artiste en leurs grâces lascives ne sont pas sans faire penser à un Balthus devenu encore plus allusif.

 

 

 

1970545_1408928312701973_955193693_n.jpgFace aux incarnations charnues et les matières trop lourdes et claquantes Rampa émeut par les diaphanéités de sa technique. L’intelligence de la construction est au service de l’émotion. Elle trouve sa puissance par effet d’éther. Tout se joue entre chair et esprit dans une approche où l’importance du « toucher » du pinceau sur des trames graphiques crée une impression épidermique. La sensualité semble sinon s’abolir du moins se retenir aux aurores amoureuses d’îles bienheureuses où le regardeur se passe de carte, de boussole ou de GPS s’il est tant soit peu de son époque. Rampa tourne le dos à cette dernière. Il opte pour le point du jour de l’imaginaire et du rêve. L’aquarelle renforce son don d’explorateur poétique. Un jet de souvenir tombe, fait un creux puis remonte sous forme d’aigrette discrète. Une femme apparaît. Elle  soumet le regardeur à une étrange initiation pour le sortir  de son simple état de voyeur.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

14:53 Publié dans Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1)