gruyeresuisse

07/07/2019

Herbes folles et roses trémières

Analix.jpgCéline Cadaureille, Mounir Fatmi, Nikias Imhoof, Guillaume de Sardes, Laure Tixier, Guillaume Varone, "L'herbe dans les pavés (et les roses dans le phallus)", Analix Forever, Genève, été 2019.

 

Analix 2.jpgL'herbe pousse entre les pavés mais en échappe. Insignifiante elle est essentielle. Elle reste le vivant face à la violence. Bref elle demeure symbole d'existence et qu'importe qu'elle soit "mauvaise" ou non. Quant aux roses dans le phallus Celine Cadaureille rappelle combien elles appartiennent au cycle féminin de toutes renaissances.

 

Analix 3.pngPar leurs photos, broderies, etc, les divers artistes proposent des images où la capacité à devenir humain existe toujours à travers des poussières de lumière, des haleines de charbons ardents qui s'inscrivent en faux contre les espaces d'ombre. Tout devient de l'ordre d'un organisme là où flotte dans l'air cet intervalle entre l'être et le non être. Existe une suite d'apparition à travers l'ombre de la lumière qui en l'aire de divers lieux absorbe et retient au sein d'apparitions voire de fantômes qui flottent dans l’atmosphère.

 

analix-foreve.gifNous nous éloignons ainsi de ce qui est censé se passer en paroles pleines des vertus.  Mais à l'inverse tout fleurit au grand jour et avec humour loin de ce qui souvent est confit de ces bassesses. Celles-ci peuvent faire les délices nocturnes mais  à la lumière du soleil elles n'apparaissent plus que comme honte et saleté. Filles non fardées les œuvres choisies avec intelligence et finesse par Barbara Polla mélangent le haut, le bas mais sans appeler de leurs voeux la souillure ni la chasteté. Bien au contraire. Et tout prend un caractère subtil et merveilleux.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

06/07/2019

Jacques Cauda fabuleux fabuliste

Cauda.pngCauda entend les mouches barrir et les éléphants voler. Fort en travaux publics il ne se fait pas d'illusions sur les ingénieurs du génie civil. Ce sont pour lui de véritables têtes de pont. Plutôt que de les fréquenter et avant ques les poules aient des dents, l'artiste - auteur à fable - accompagne celles et ceux qui, l'écrivant, caressent en tout bien tout honneur l'animal dans le sens du poil.

Cauda 3.jpgRespectueux du titre de la revue qui l'invite il soigne partculièrement - et avec éthique - les tics et les insectes. Sans oublier néanmoins chats et chiens et quelques autres avatars : il y a la un gars plein de zèle et une ardente fugueuse aux jambes de gazelle.

 

 

Cauda 2.jpgAu centre d'une telle horde, Cauda devient patriarche. Pour autant il n'a rien d'un sage. Descendant de Cromagnon il possède - comme ses chiens - des crocs mignons et reste prêt à changer les mots en image comme Dieu l'eau en vin. Exit spleen, blues, bourdon. Le cafard d'Alexandrie contemple la bête qui se tapit en nous. Cauda la dessine. Elle croustille.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Jacques Cauda. Le Cafard Hérétique. Hors série - 3, Lunatique, Vitré, 2019, 140 p., 15 E..

 

Les accords déplacés de Jean Tinguely

Tingueli 2.pngJean Tinguely, "Bricolages & Débri(s)collages", Galerie Philippe et Nathalie de Vallois, du 13 septembre au 20 octobre 2019

 

La galerie Philippe et Nathalie de Vallois - après avoir dévoilé en 2012 les "Méta Reliefs" et "Méta Matics" des années 50, puis en 2016 une sélection rare des sculptures dite de « la période des fous » des années 60 -  s’intéresse aux travaux des années 70. S'y conjugue  la fantaisie, la farce bref d'autres projets fous de montages animés et  pleins d'humour là où l'ustensile trouve un usage différent  que le matérialisme pratique auquel il semblait réduit.

 

Tingueli 3.pngSi bien que la pulsation est moins mécanique que vitale là où le ludique sans mesure ni syntaxe charrie des objets disparates afin que bouillonnent les instances classiques de représentation. Preuve que l'artiste suisse par ses récupérations reste irrécupérable. Frappant sur les tripes de fer et d'acier il fait sonner la matière pour interroger et secouer les âmes mortes.

 

Tinguely 4.pngBref il ne cesse de triturer, d'assembler, de surprendre par des accords et raccordements mal placés. Se créent l'étonnement et une forme de protestation face au monde tel qu'il est. La sculpture dans sa nouvelle discipline et ses techniques a soudain autant de cuisse que d'esprit au sein de chocs et discords qui ne cherchent plus la note bleue de l'art mais  garde comme objet à abandonner les visions fanées pour en offrir d'autres là où le dur déformé trouve un mimétisme particulier qui ramène par l'objet inerte ou en mouvements  aux profondeurs cachées.

 

Jean-Paul Gavard-Perret