gruyeresuisse

01/10/2019

Alexandre Loye le texte et l'image

loye.jpgAlexandre Loye, "Les tours" (carnets - février-juin 2017) , art&fiction, Lausanne, 60 p., 2019. A paraître en novembre.

Tours d'ivoire mais sans défense d'y voir, les jours sont là. Pour peu qu'on s'y attarde tournent leurs paysages. Il suffit pour cela chaque matin de monter l'escalier en colimaçon et rejoindre un lieu où tant d'artistes se cachent. Il se rejoint vers le soir à l'heure où il conviendrait d'en redescendre. C'est le "tour" que joue Alexandre Loye pour son septième volume d'"Une table à soi" où l'auteur continue ses réflexions concomitantes à son travail de peintre. Le valaisan désormais lausannois se consacre à ce projet tout en travaillant comme éditeur (ce qu'il avait entamé avec la Table des Négociations de 2004 à 2011), mais aussi - et en dehors de ces "carnets" - et auteur (L’Araignée jaune, Makar pris de doute, Un jour à la PC) .

loye 2.jpgSouvent à travers ses mots il oblige l’image à revenir à un état premier qui oblige à sa relecture. Elle donne une forme à une avant-forme à tous ces textes dont le lecteur doit «dévisager» les contenus. Dans ce qui peut sembler gouffre d’ombre, l’éclosion de miracles, l’ascension de merveilles ont lieu et affichent l’absolu de leur évidence à travers des fenêtres. Elles ouvrent le lieu clos  autant sur l'intérieur que sur l'extérieur. Car l'artiste ne voit pas seulement ce qu’il a devant les yeux mais en deçà et dans son dos d'autant que  "je ne peux me contenter d’une fenêtre sur un paysage immobile. Je veux peindre l’horizon qui ondule au rythme de ma marche, la verticalité de l’arbre qui s’écarte pour me laisser passer" écrit l’artiste. Sa tour n'est donc plus une fermeture. Et contrairement à la Sœur Anne du conte de garde il voit et donne à voir l'au-delà du possible.

Jean-Paul Gavard-Perret

30/09/2019

Jean-Marie Borgeaud : refondations

Borgeaud bon.jpgJean-Marie Borgeaud, "Terra Incognita", Espace Nicolas Schilling et galerie, Neuchâtel, du 4 octobre au 24 novembre 2019.

Angela Schilling présente des sculptures impressionnantes de J-M Borgeaud. Et si l’essence de l'art est d’être obsessionnelle, les oeuvres du plasticien illustrent la fixation première à la représentation humaine afin de reconstruire ce qui la dépasse. Dévoré, dévorant, troué, torturé le corps offre une ascension lyrique. La statuaire s'approche de quelque chose d'essentiel en déliant les purs effets de réel de la pensée, de la spiritualité, de la sensualité.

Borgeaud 4.pngSurgit une schizophrénie particulière. Elle fait confondre et séparer à la fois le souffle angélique de la chair et la voix charnelle de l'âme. Existe là en filigrane une "voix", un souffle que seuls les pires sourds et raisonnables ne peuvent entendre.

Loin de la laine d'un vêtement, de la coquille d'un crâne, un timbre se fait entendre. Le corps n'est plus seulement un pion capable d'aller à dame mais la pièce d'échiquier susceptible de la diagonale du fou la plus performante. Il est parfois "doublé" par celui d'animaux puissants qui semblent venir au secours d'un corps humain souvent secoué, altéré, découpé en morceaux. Tout est replacé dans l'intensité d'une origine qui ne soit pas le Chaos.

Jean-Paul Gavard-Perret

08:30 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

29/09/2019

Isa Sator : les éprises

Sator bon.jpgSérieuse et concentrée, mais parfois subtilement ironique et drôle, Isa Sator va au bout d’une promesse. La défense des femmes mais selon un engagement moins discursif que ludique. Elle ose toujours la mémoire de celles qui donnent le plaisir. Elle exhume au besoin  des ombres de jadis.

 

 

 

Sator 2.jpgMais si les fantômes ne changent pas, les femmes à l'inverse bougent par la manière dont Isa Sator les peint. Elle bouscule les vieilles images pour qu’on échappe au sommeil. Surgit la trouée du temps par la puissance d'un canyon d'une gorge profonde comme dans les zigzags des formes inédites. La créatrice reprend une paradoxale incarnation. Les femmes rient en un jeu de montre-montre comme de cache-cache.

Sator 3.jpgUne fluidité se libère. Elle se propage par ébranlements minuscules qui s'accomplissent en une succession de gestes picturaux et d'opérations plastiques. Ils n'altèrent en rien la fulgurance. Au contraire. Les lignes et les cadres contiennent et graduent l'énergie qui se déploie. Isa Sator induit une dramaturgie ouverte à la seule appréhension de l'inconnue - du moins celle que les mâles se plaisent à définir ainsi par peur plus que par défi.

Jean-Paul Gavard-Perret

Isa Sator, "Women Artists itinerancy #02", Art exhibition, octobre 2019, New Hope (Galerie des Artistes) et New York (69 Eldridge Street).