gruyeresuisse

12/08/2014

Celle qui a renoncé au monastère et qui aime la Suisse : entretien avec Irina Rotaru.

 

Rotaru 1.jpg

 

Irina Rotaru ramasse le chagrin ou le sourire qui tombent pour les transformer en rire. Elle traverse l’art du temps telle une passagère clandestine. Ses dessins sont souvent érotiques mais l’artiste n‘a pas vendu son âme à la luxure. Le rire sexuel qu’elle ose est parfois au bord des larmes. Mais ses femmes veulent que leurs flammes restent de glace et que leur neige se transforme en brasier. Quant aux hommes ils ne se séparent jamais d’eux-mêmes, de leur singe savant et leur cordon ombilical. Dans tous les cas en de tels dessins c’est le silence qui parle. Bref Irina Rotaru montre ce qui dérage : l’autoérotisme, l’amour tarifé (où la soumise n’est pas celle qu’on croit) et la pure dépense. Ses dessins connaissent le tranchant des incisives mais les caressent de l’intérieur. Ce sont un langage codé qui n’a plus besoin de mots.

 

 

 

JPGP.

 

 

ROTARU Portrait.jpg


 

Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ?  Le réveil

 

 

 

Que sont devenus vos rêves d’enfant ? Les prémisses de l'imagination

 

 

 

A quoi avez-vous renoncé ? Au monastère

 

 

 

D’où venez-vous ? D'Allemagne et de Roumanie

 

 

 

Qu'avez-vous reçu en dot ?  Une blague avec une tortue que très peu comprennent

 

 

 

Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ? Un chien

 

 

 

Un petit plaisir - quotidien ou non ? Du chocolat, une banane

 

 

 

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ? Tout

 

 

 

Quelle fut l'image première qui esthétiquement vous  interpela ? Un poster dans la chambre de mes parents avec le tableau Sybille de Clèves de Cranach l'Ancien

 

 

 

Et votre première lecture ? « Le Château » de Kafka

 

 

 

Comment pourriez-vous définir votre travail sur le corps féminin ? Je suis une femme quand je dessine le corps masculin, je suis un homme quand je dessine le corps féminin

 

 

 

Quelles musiques écoutez-vous ? Une question très personnelle, la liste serait trop longue

 

 

 

Quel est le livre que vous aimez relire ? « La Danse de mort » d’August Strindberg

 

 

 

Quel film vous fait pleurer ? « L'année des treize lunes » de Fassbinder

 


rotaru 3.jpg 


 

Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez-vous ? E.T.

 

 

 

A qui n'avez-vous jamais osé écrire ? A quelqu'un dont je n'ai pas l'adresse

 

 

 

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ? La Suisse

 

 

 

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ? Ceux qui étaient ou qui sont dans une évolution constante

 

 

 

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ? Un grelot

 

 

 

Que défendez-vous ? L'humour

 

 

 

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"?  Que l'art et l'amour c'est pareil

 

 

 

Que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?" Diarrhée intellectuelle

 

 

 

Quelle question ai-je oublié de vous poser ? Y a-t-il seulement des mauvaises réponses ou y a-t-il aussi des mauvaises questions?

 

 

 

Entretien réalisé par Jean-Paul Gavard-Perret le 10 août 2014.

 

 

 

11/08/2014

Les folles sagesses d’Isabelle Guisan

 

 

 

 

 

 

Guisan.jpgEn attendant - comme chacun - son exécution capitale Isabelle Guisan poursuit une œuvre ouverte sur les autres et le monde en toute discrétion. Libre, aux Pater austères elle préfère les Ave Maria  qui « sonnent » en textes intimes et drôles et en collages des plus fascinants. Ses travaux demeurent l'inverse de la bamboche masculine. Ils permettent d’affronter nos cauchemars et nos fantasmes. Images et textes forgent le vrai  pour exalter l'artifice et garantir des moments parfaitement inutiles où l’œuvre  préserve un sens du concret que la Lausannoise ne confond pas avec celui de la réalité. D’où ces rendez-vous figuraux qui ne sont en rien de vagues aspirations à la rêverie et à l’érotisme. Aux fragrances d’alcôve est préféré le parfum de l’humour par le jeu du collage. Sous ce mode ravageur la créatrice remet en question les narrations sentimentales. Elles brouillent les cartes du tendre loin des salamalecs libidinaux et par différents glissements astucieux et prégnants. Images et textes deviennent les icônes d’un anti-conte de fée. Il fait place à un compte de faits d’un passé révisé hors de l’illusion comme du dédain. Les hommes ne sont plus des avortons planeurs qui s’installent dans la carlingue d’un corps féminin comme des bouddhas sur leur lotus. Ils échouent en off des images au profit de sylphides plus ou moins négligentes de leur destin. Loin d’idéaux à efficacité mécanique, l’art d’Isabelle Guisan  prouve que celui peut  combattre l’indigence  de l’existence et du temps qui passe. Chatouillant sous les branches les saules pleureurs elle les tord de rire en développant des narrations subtiles où la force de gravité fait salon.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

 

12:04 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

A travers les miroirs ou les vues de l’esprit – Viginie Otth

 

 

 

 Otth.jpgVirginie Otth, « Blind Shadow »Espace De Andrés-Missirlian, Romainmôtier, 6 juillet - 31 août 2014.

 

 

 

L’œuvre de  Virginie Otth mixte la photographie, l’installation et le film selon divers dispositifs techniques, lumineux scéniques au servive de ce qu’elle nomme  « une métaphysique photographique » où le dehors permet d’atteindre l'intime à travers - par  exemple - des projections photographiques cadrées dans des vitrines aveugles de l’espace d’exposition. Dès lors ce dernier se donne à voir depuis l’extérieur. Le dispositif fascinant et médusant  se limite pourtant à d’étranges « natures mortes » composés d’uns sphères et de plaques de verre. Tout fonctionne sur les jeux de variations lumineuses où à travers une tonalité grise giclent parfois des taches lumineuses. Elles éblouissent ou aveuglent partiellement le regardeur selon divers procédés optiques que l’artiste « fédère » subtilement.

 

otth 3.pngContre tout  pourrissement ou dépérissement par effet de réalisme Virginie Otth ne cherche ni à « romanticiser », ni à déliter le réel. Elle le pousse au-delà du paysage pour le mentaliser en faisant jouer les sensations optiques. Est proposé le saut d’un centre supposé - de l’être, du monde -  vers sa périphérie où se distingue combien les deux sont livrés en dépit de leur volonté à des effets de représentation. Ceux que l'oeuvre engendre cultivent gains et pertes  en divers types de passages et  de « réfléchisssements ». Ils sortent de la pseudo-préservation de la réalité. Il ne s’agit plus de mettre le Mont Fuji sur ses éventails. L’artiste  émonde le décoratif, le dilue vers des seuils de spéculations pour  la levée d’autres horizons. La phosphorescence mystérieuse redessine une architecture mouvante nourrie de clarté  et d’ombre et de « vues de l’esprit ».

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

10:04 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)