gruyeresuisse

12/09/2014

Phautomobiles de René Burri

 

 

 

 

Burri 2.jpgRené Burri, « Mouvement », Maison Européenne de la Photographie, Paris.

 

 

 

Depuis la fin des années cinquante René Burri est le photographe des masses : foules urbaines, soldats, voitures en stockage comme en embouteillages. Mais il a saisi des groupes plus retreints voire des individualités : derniers gauchos (argentins) ou un de ses compatriotes : Jean Tinguely au milieu de ses automates.  Toutes ses œuvres témoignent d’une volonté de saisir le mouvement par le paradoxe du plan fixe. Afin d’y parvenir  il le traite de manière frontale et basique mais parfois aussi par des modulations : floutage accidentel ou non, superpositions, surexpositions, reflets et polyptiques. Le tout pour saisir en divers types d’accumulation la frénésie de l’énergie en marche ou en attente. Il y a là autant de poésie que d’ironie là où souvent tout se mêle et souvent manque d’air.

 

 Burri.jpg

 

Scénarisant  de broc les briques elles redeviennent sablonneuses et le réel défaille sous les courbatures visuelles. René Burri rappelle qu'il existe une distance considérable de l’image réelle au leurre : si la photographie se contente de relayer le réel elle devient une atrophie du visible. Le photographe zurichois s’inscrit en opposition au ratage programmé de  l’image reflet.  Il ne cesse de  troubler l'effet miroir afin de montrer l'étrange que celui-ci recouvre. L’artiste répond par l’affirmative à ceux qui estiment qu' "une image est ce en quoi l’Autrefois rencontre le Maintenant, en une fulguration, pour former une constellation neuve" (Walter Benjamin).

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

10/09/2014

Aurélia Aurita la voluptueuse Méduse

 

 

 

 

 

aurita.jpgAurélia « exposition », BD-FIL et galerie Humus, Septembre 2014, Lausanne

 

Réédition (augmentée) de « Fraise et Chocolat » (Les Impressions Nouvelles)

 

 

L’éducation sexuelle rend de la bonne B-D érotique lorsqu’Aurélia Aurita s’en empare. Avec le presque autobiographique « Fraise et Chocolat » (aka Chenda et Frédéric) et le quasi reportage de «  LAP ! Roman d’apprentissage » le genre calorifique devient drôle et inspiré. La B-D trouve là  du toupet à l’âme et un cœur bien trempé dans un lit de fer que les amoureux font battre pendant qu’il est chaud. Dans chaque vignette il y a des tentations en merveilleux sous-bois de dentelles. Les jambes y sont belles et les mâles bien bêtes. Mais l’artiste  d’origine nippone ne s’en plaint pas : elle sait faire l’ange pour qu’ils le soient plus encore. Puis elle prépare  un café, regarde des livres, note au grand cahier ses rêves. Tous sont insolents mais rose tendre. Douceur oblige lorsque le ciel est un buvard bleu.

 

 aurita 2.jpg

 

L’éros part du cœur pour aller de bon corps jusqu’à la joie. L’homme y est sans majuscule dans celle de son prénom qui le confit en fraise et le rend chocolat. Aurélia Aurita pour le scénariser se fait somnambule, violoniste et au besoin presque incestueuse car elle devient mère des vices autant que femme  au parfum de menthe religieuse. Pyrowomane ironique et fétichiste elle ne crée ses dessins que sous le feu de la passion. Reportage ou apprentissage qu’importe : la femme est belle jardinière. Parmi ses fleurs. Barbie et barbichon ne sont pas réunis pour un duo des nonnes. Maîtresse des pleins et des déliés la nyctalope voit dans les nuits intérieures de ses zèbres. Afin de s’en moquer elle se fait mouette rieuse plus que chouette. Brisant le joug des corps elle libère les âmes arts. Surgissent alors bien des instants de faiblesse. Avouons qu’ils font bien notre affaire.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

 

 

09:07 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

09/09/2014

Raphaël Julliard : tout est bon dans le jambon

 

 

Julliard BON 3.jpgRaphaël Julliard,« Chromozone » , exposition  produite par le CEC du 18 septembre au 29 novembre 2014 et  « RREPTILES » livre d’artiste, 88 pages. Édition du Centre d’édition contemporaine, Genève, 2014.

 

Le Genevois Raphaël Julliard aborde diverses pratiques : dessin, peinture, installation, vidéo, performance. Chacune est modulée dans un processus de création qui peut parfois aboutir à un travail critique voire conceptuelle en partant néanmoins du concret le plus simple et considéré comme anecdotique. La création plastique peut donc surgir d’un quasi « hasard ». Réussite ou échec : ces mots sont inopérants pour définir des œuvres où tout est concentré sur la rigueur pas forcément perceptible car enduite de légèreté quasi nonsensique. Par exemple, reprenant la généalogie  d’un  sandwich jambon-beurre, l’artiste est parti du grain de blé au produit final en passant par l’battage du cochon et le barattage du beurre (Mon Sandwich, vidéo). Proche d’un radicalisme punk et dadaïste il a cherché avec Martina-Sofie Wildberger et Jérémy Chevalier, un événement nul, un geste zéro dont le rien  produirait néanmoins un effet créatif imprévu (le Grand N’Importe Quoi, performance, février 2011).

Julliard BON.jpgAussi prolifique que précise, parfois autobiographique et souvent ironiquement  référencée la pratique de dessin et des mots (qui jouxtent certaines œuvres) mettent en avant le langage. Le calembour, le glissement phonétique ou de sens créent une mise en déséquilibre de ce que l’œuvre plastique semble faire tenir « debout ». Au Centre d’Edition Contemporaine de Genève l’artiste propose une exposition et  un livre d’artiste très particulier. Les deux retracent la rencontre du créateur avec un homologue américain : Richard Tuttle maître majeur du post-minimaliste actuel. L’exposition est une installation de grands dessins au crayon sur rouleau de papier et de mobiles en fil de fer style porte-manteau de pressing.

 

Julliard Bon 2.jpgGrâce à Tuttle Julliard une nouvelle fois pratique l’art de la référence. L’ « invité » reste pour le Genevois un maître dont le travail permet d’approfondir sa propre démarche. Il se module dans le livre d’une conversation avec l’Américain. Le dialogue devient une manière de socle aux futurs travaux de l’artiste. Par cette enquête filée auprès de Tuttle l’artiste renforce une esthétique de la précarité formelle et une pensée de l’éphémère visant à contrecarrer toute une idéologie plus ou moins métaphysique de l’art sans pour autant basculer dans l’inverse : un matérialisme que Julliard et son gourou provisoire décapent par le minimalisme et sa force d’épure et d’érosion.

 

Jean-Paul Gavard-Perret