gruyeresuisse

24/07/2017

Maria Foskolaki : fragments d’éros

Focko 3.jpgDans une volumétrie de la lumière et une coloration de l’air, Maria Foskolaki crée de nouveaux gréements pour l’œil. Reprenant l’engouement pour la mythologie de sa terre (la Grèce) l’artiste cherche une nouvelle solution picturale afin d’accorder à la figuration de l’éros un traitement de soie.

La créatrice détourne les surfaces, crée des jeux de transparence jusqu’à ce que la peinture touche à l’indicible dans l’écho des pièges que l’amour tend mais afin que nous soyons à même d’entrer dans son illusion avec suavité et intelligence. Tout est clair : même les arêtes et les ombres. Surtout les ombres comme dissoutes par l’élan de lumière.

Fosko 2.jpgExiste un exercice de la douceur dans la façon dont Maria Foskolaki traite le motif. Entre abstraction et figuration, l’art est aussi rupestre que de notre temps. S’ouvre de nouveau un voyage sous la baguette de la créatrice. Elle désoriente le chemin à suivre, crée le trouble des genres, trafique ce qui les distingue. En accolant le trait et le pigment elle redistribue la notion de frontière par tout ce qu’elle ouvre sans besoin d’aucune porte si ce n’est celle de sa peinture qui ne cesse d’avancer et d’explorer les arcanes des temps et de l’être.

Jean-Paul Gavard-Perret

23/07/2017

Bruno Aveillan ou le voile qui dévoile

Aveillan 3.jpgPortant l’imaginaire sinon vers l’absence d’image du moins à ses confins sous couvert d’une quasi « abstraction », Bruno Aveillan saisit le réel qu’il soit habité ou vide pour le métamorphoser. Se dégageant des phénomènes physiques le plasticien propose des rapports ou leur absence pour en donner une narration mystérieuse. Une diaphanéité hante ses œuvres. Elle est au cœur de la création. Aventurier de la lumière l’artiste propose des extases nues. Elles promettent l'ailleurs sans laisser l'ici, sans y laisser sa « peau ». Les repères bougent, s’ébranlent, révèlent autant des éloignements que des proximités.

Aveillan 2.jpgPerturbateur Bruno Aveillan remue l’affect et l’intellect par ce qu’à la fois il découd et rassemble. Comme par exemple lorsqu’il incarne l’œuvre (inachevée) de Rodin « La Porte de l'enfer ». Il a scénarisé dans « Divino Inferno » (sur un livret de Z. Balthus) et entre autres des danseurs couverts de terre ou de plâtre pour suggérer la pierre initiale. Le documentaire se transforme en œuvre de pure fiction par un corpus repris et corrigé, épars et disjoint entre réel et imaginaire. La chorégraphie fixée et scénarisée dans une friche industrielle rameute par exemple des images sorties des cercles de l’Enfer de Dante. Mais au-delà du poète et du sculpteur Aveillan impose sa pâte lumineuse face à la poussière du monde : celui du désert comme des courts de Rolland Garros.

Aveillan.jpgDans cette fin (à savoir : but) des images, l’artiste n'est pas un métaphysicien raté mais un créateur accompli et à l’exigence démesurée. Il cherche une forme paradoxale de perfection. Elle foudroie en estompant tout ce qui est inutile. Manière pour lui comme pour tout artiste et comme l’écrivait Bataille "de ne pas finir en boutiquier avare, en vieillard débauché" mais de toucher à l'extrême. Aveillan initie des voyages au bout du possible, pour dire et montrer, jusque dans et par l'effacement programmé, un impossible, un invisible dans un affrontement avec le chaos dont il s'agit de tirer un perçu essentiel soustrait à toute perception étrangère.

Jean-Paul Gavard-Perret

12:41 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Pelin Karagol l’entêtante

Karagol 3.jpgL’Ukrainienne Pelin Karagol crée des théâtres du corps féminin : il possède parfois la blancheur des cocons et une sensation de l’intouchable. Métaphore de l’amour (et non sans humour) il s’insère dans un ordre cérémoniel. L’artiste lui redonne valeur d’éclair d’énigme à fleur de vie ou de nourriture terrestre.

Karagol 2.jpgS’y caresse l’indicible mais s’y capte tout autant le foisonnement dans une expérience visuelle où chaque flaque apprend à nager en soi-même.Les femmes semblent appartenir aux limbes. Elles expriment une sensation de l'ineffable. A savoir de ce qui - étymologiquement - ne se parle pas, ne peut être verbalisé mais qu'on découvre dans les œuvres de l’artiste.

 

 

 

 

 

Karagol 4.jpgMais il y a plus. Chez elle le désir est une expérience altruiste. Elle suppose au moment où le corps est montré/caché un effort d'affinement de la conscience pour accueillir en soi l'autre afin de prêter attention à son désir. Mais l’artiste montre combien l’exercice n'est pas une évidence. Il exclut les façons de "prendre" qui blessent, annihilent, étouffent.

Karagol.jpgC'est pourquoi Pelin Karagol tente de pacifier le désir soit en le recouvrant, soit par une caresse protectrice. L’artiste crée un étrange dialogue entre ses modèles comme entre son œuvre et ceux qui la contemplent. Il y a là une promesse d'un autre horizon, d'une autre aventure à la fois plastique mais aussi existentielle où le souffle engendre des silences.

Jean-Paul Gavard-Perret