gruyeresuisse

09/10/2014

L’hyperréalisme selon Franz Gertsch

 

 

 

 Gertsch Portrait de l'ar..jpgFranz Gertsch, « Ouvres », Skopia – Ph. Jaccaud, Genève du 8 novembre - 20 décembre 2014.

 

Franz Gertsch est né en 1930 à Morigen (Suisse), il vit et travaille à Rüschegg-Heubach. Bien en avance sur les artistes de sa génération il fait de belles impasses sur les classiques de son époque, oublie le jazz et l’abstraction. Il est happé par la radicalité d’un réalisme violent et la rock culture. L’artiste cultive en ses toiles l’illusion revendiquée de ce qu’on nomme le photoréalisme. Mais de fait son travail pictural (parfois incompris ou trop relativisé) pousse plus loin les limites du réel que l'appareil photographique saisit.

 
Gertsch bon.jpgLa galerie Simmen présente en 1949 la première exposition personnelle de l’ancien élève l'école de peinture de Max Von Mühlenen (Berne).  Mais c’est vingt ans plus tard que le langage spécifique du créateur prend vraiment place. Et ce de manière intempestive : sa première peinture réaliste : « Huaa ...! » en 1969 (cavalier au galop) devient une double page du périodique « yéyé » « Salut les copains »...  L’année suivante - mode aidant par réaction à l’abstraction -  ses scènes de famille, de groupes, ses portraits in situ du milieu de l’art font reconnaître l’artiste qui participe   à la Documenta 5 de Kassel. Cette première période est magnifiée par  son  « Patty Smith ».

 

Gertsch bon 2.jpgPour la Biennale de Venise de 1978 Gertsch a exposé dans le cadre de « Dalla natura all'arte. Dall'arte alla natura ».  Cette période marque une évolution. L’artiste se focalise sur le portait (dont le fameux « Johanna II ») puis il se dirige vers la gravure sur bois par piquage avant de retourner à la peinture qui, sortant de la figuration, glisse vers une forme d’abstraction extrême-orientaliste en une réflexion sur la couleur, les éléments  premiers et le végétal. Puis il revient aux portraits de très grands formats. Ils sont devenus des icônes de l’art et se retrouvent dans les grands musées du monde.

 

En Suisse le musée qui porte son nom a été façonné à la mesure de son œuvre. Et au Quartier des Bains de Genève la galerie Skopia - Ph. Jaccaud propose les œuvres récentes de l’artiste. Il renoue avec certains invariants (revisités) de son œuvre. Son univers est rempli de lumières, de couleurs mais aussi peut jouer de la monochromie et du sombre. L’artiste prouve qu’en dépit de l’âge il sait évoluer et ne vit jamais sur des « avantages » acquis. Par effet de réel ou de sa recomposition celui-là prend toujours  un aspect mystique. L’instance de la peinture crée  un écart afin d’ouvrir la réalité sous-jacente pour la faire respirer et la soustraire à la simple apparence.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

08/10/2014

“Helvet Underground” : coucou roux coucou

 

CLEDAT.jpg

 

Yves Clédat et Coco Petitpierre - entre sculpture et performance -pratiquent un burlesque dégingandé à travers une déclinaison d’histoires de couples. Néanmoins aucune approche psychologique ne préside à de dérisoires ballets. Une de leurs œuvres les plus connues est celle de deux santons suisses hétérosexuels qui semblent sortis d’un coucou.  Privé de visage mais habillé de costumes typiques ils entament une valse à quatre temps avant de s’affaler sur le sol. Il n’existe là aucun ostracisme envers la Suisse mais plutôt via deux figures de son folklore le moyen de scénariser sous la forme de la parodie le mécanisme amoureux de corps devenus automates.

 

CLEDAT 2.jpgLa mise en branle des deux marionnettes est fonction des costumes des personnages qui s’animent au son de la valse. Son rythme s’accélérant la force centripète  fait culbuter des personnages. La chute renforce le caractère aussi drôle qu’insignifiant des personnages et souligne l’idée que les êtres sont dénués de vie intérieure, de « mer interne ». Qu’on se rassure toutefois : les deux figurines suisses ne sont que les épigones de bien d’autres pantins : bêtes humaines poilues, bonshommes de neige, etc.. Dans une narration réduite à minima l’interaction des corps se résume ici à une allégorie de l’amour. Réduite à sa plus simple expression elle déplace le sentiment à une simple mécanique géométrique. Les deux fantômes demeurent étrangers à qui ils sont sinon à leurs tibias. Ils leur permettent un temps d’effectuer leur chorégraphie (existentielle ?) avant le renversement final.

 

Jean- Paul Gavard-Perret.  

 

 

 

La griserie plutôt que le confort : entretien avec Barbara Cardinale

cardinale 2.png 

 

Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ? La curiosité de vivre un jour nouveau.

 

Que sont devenus vos rêves d’enfant ? La plupart sont devenus réalité. Dans les instants de doute, j’essaie toujours de me souvenir ce qui me faisait rêver enfant. Ainsi, je sais ce qu’il me reste à réaliser.

 

A quoi avez-vous renoncé ? A rien. Je mets toujours tout en œuvre pour réaliser mes projets et aspirations. Si je n’y arrive pas, je les adapte.

 

D’où venez-vous ? Je suis née et je vis en Suisse depuis toujours, mais je n’oublie jamais mes origines italiennes, du côté de mon père.

 

Qu'avez-vous reçu en dot ? La douceur de ma mère et une formidable persévérance de la part de mon père.

 

Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ? J’aurais certainement eu une vie plus « pépère » et confortable, réglée et, somme tout, moins grisante.

 

Un petit plaisir - quotidien ou non ? Ecouter de la musique dans le train en regardant le lac défiler sous mes yeux.

 

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ? Rien. Je suis comme tous les autres. Je me bats pour faire valoir mes idées et partager mes points de vue.

 

Quelle fut l'image première qui esthétiquement vous  interpela ? Les fresques dans les églises. J’ai toujours été attirée par la force tragique des mises en scènes religieuses.

 

Et votre première lecture ? « Le Petit Prince » d'Antoine de Saint-Exupéry.

 

cardinale.pngPourquoi votre attirance pour les hybridations ? J’aime combiner et associer à l’infini divers éléments. Associer un corps de femme avec des éléments animaux, par exemple, n’est autre qu’une manière de se voir dans toutes les multiplicités possibles. C’est être autre en apprenant à être soi, c’est se découvrir toujours autrement, une manière d’explorer l’altérité.

 

Quelles musiques écoutez-vous ? De tout. J’ai une préférence pour la musique rock et classique.

 

Quel est le livre que vous aimez relire ? Les ouvrages d’Haruki Murakami. Tous sans exception.

 

Quel film vous fait pleurer ?« Billy Elliot” de Stephen Daldy. Ce film est un magnifique exemple de la réalisation d’un rêve d’enfant, justement.

 

Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez-vous ? Une femme qui n’a pas peur de renoncer aux schémas sociaux et d’exprimer qui elle est, au risque de déplaire…

 

A qui n'avez-vous jamais osé écrire ? A mon premier amour.

 

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ? Sans hésitation, Rome.

 

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ? Frida Kahlo, Claude Cahun, Elly Strick.

 

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ? Un abonnement pour une saison dans un théâtre.

 

Que défendez-vous ? La liberté. La liberté d’être, de créer et d’aimer.

 

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"? Je pense que Lacan devait être dans une phase très pessimiste ou peut-être qu’il venait de se faire plaquer ? Ou les deux. Quoi qu’il en soit voilà une vision bien fataliste de l’Amour. Je crois en l’Amour. On en a tous à donner et l’on espère en recevoir autant que possible, même si l’on est trop fière pour se l’avouer.

 

Que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?" J’aime bien commencer mes réponses par oui, même si au fond, je vais dire non, même si je n’ai pas écouté la question. Le « non » est si abrupt parfois. Il faut savoir le dire en finesse et avec audace. Il gagne en force et perd en contrariétés.

 

Quelle question ai-je oublié de vous poser ? Pourquoi « faites »-vous de l’art ? Parce que je voudrais savoir qui je suis.

 

Entretien réalisé par Jean-Paul Gavard-Perret, octobre 2014.