gruyeresuisse

18/11/2016

Intérieurs : Paul Graham, Paris 2015

 

 

Mack 2.jpgPaul Graham, « Paris 11 15 Novembre 2015 », Mack, 2016


Pendant les attaques terroristes de Paris le 13 novembre 2015, Paul Graham se réfugie dans son appartement avec son amie et son jeune fils. En réponse à l’atmosphère étouffante de la ville il crée cette série de photos d’intérieurs comme s’il ne voulait voir ce qui était, dehors, insupportable.

Mack 3.jpgAvec une rigueur géométrique et un rythme emprunté au silence les photographies invitent à la contemplation d’un intérieur troublé de l’extérieur juste par quelques rayons de soleil. Aux couleurs sourdes, dans des camaïeux de gris et de beige, répond la douce lumière qui joue sur les rideaux, les radiateurs, les meubles et les planchers. Rien n’est dit. Les compositions sont autant « réalistes » qu’évanescentes. Elles sont autant poétiques que "conceptuelles".

 

Mack 4.jpgS’y déroulent une cérémonie secrète de recueillement développée en divers états d’une même prise Le pouvoir des images - tributaire pour Graham de l’histoire de l’art et d’une anthropologie visuelle - investit, bouleverse, convertir l’habituel pacte photographique sans s’affranchir des atmosphères, évocations et mises en scène du réel. Autant de données auxquelles il faut ajouter des résurgences iconographiques et thématiques qui soulignent des accointances souterraines avec la picturalité en réponse à la réalité et sans pour autant réduire la photographie à un sous-produit de la peinture. Ou du réel.

Jean-Paul Gavard-Perret

17/11/2016

X sous X


Porno 2.pngDes centaines de maris qui seraient bien rentrés chez eux mais qui risquaient d’y retrouver leur épouse décidaient parfois de faire une halte dans un cinéma X. C’est là parler d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître : ils ont tout désormais sur internet et de manière plus bouchère...

Mais savoir que la vie fait de nous des figurants passifs alors qu’au cinéma porno les acteurs  sont en mouvement (pas question de regarder l’heure à la pendule du studio) ne suffisait pas à appâter le gogo. Toutefois les autorités « sanitaires » de la morale avaient le bras séculier lourd. En 1975, la loi française interdit l’usage d’images explicites sur les affiches de films pornographiques. Dès lors les distributeurs doivent multiplier les chartes graphiques et linguistiques pour répondre à la pénurie organisée.

Porno.pngDe cet important corpus « Pornographisme » propose une sélection et un historique de graphismes kitschissimes à la mode psychédélique et de titres extravagants : « Orgies au camping », « La Comtesse est une pute », « La grosse cramouille de la garagiste », « Les vieux sur la vieille » ou « Merlin l’emmancheur ». Pour un homme seul et désirant le rester ces appels étaient une bénédiction. Les stars du genre étant connues cela évitait les présentations en une époque où la pornographie devint ce qu’elle n’est pas : non une monstration mais une évocation. Grotesque ou poétique, c’est selon.

Jean-Paul Gavard-Perret

Mickaël Drai & Christophe Chelmis, « Pornographisme », éditions Marque Belge, 2016.

13/11/2016

Le pictorialisme d’Olivier Robert

Robert.jpgOlivier Robert, « Rivages », 5-26 novembre 2016, Galerie Krisal, Carouge.

Photographe et architecte paysagiste Olivier Robert donne un aspect pictural minimaliste à ses paysages architecturaux créateurs d'atmosphères poétiques grâce au monochrome. Celui-ci donne la qualité essentielle et la plus difficile à acquérir pour la photographie. La lumière est à la fois sourde et diffuse. Elle dirige le réel vers le rêve là où des éléments sont isolés. Emane un étrange effet de proximité et d’éloignement, de complicité et de mise à distance selon une théâtralité particulière.

Robert 2.pngLe photographe invente un langage spécifique. Il joint la tradition réaliste à un impressionnisme dont le lyrisme demeure allusif. La poésie du monde interpelle et rapproche le médium de ses possibilités spécifiques. Olivier Robert donne à voir ce qui ne pourrait se peindre. Il s’éloigne de la fausse évidence du paysage « classique » et prouve que tout photographe est celui qui se met en quête de l'opacité révélé du paysage et de son règne énigmatique. Il atteint le « photographique » - équivalent dans l’image fixe du « filmique » cher à Barthes.

Jean-Paul Gavard-Perret