gruyeresuisse

07/03/2015

Fred Deux et le bénéfice du trouble

 

 

 

Deux.jpgFred Deux, « Le For intérieur », Musée Jenisch, Vevey,, du 20 février au 25 mai 2015

 

Fred Deux ne cesse de faire dévier le corps en divers types de coupes et de transformations. Reste un mélange de secousses et de réseaux. La transfusion s’inscrit selon des organes étranges, des entrailles de cerveau en une concentration de gris et de lumière. L’angoisse peut s’étendre. Mais la jouissance tout autant. Le dessin déchaîne, somme, dissout mais fait aussi résistance au corps. Il ne s’agit pas d’exposer sa dépouille mais sa disponibilité. Le gris creuse, demande sa part : il est là, comme l’écrit l’artiste, pour « révéler et amener à dire : ça y est ».

 

Deux 2.pngA la fois prédateur et proie Fred Deux cherche toujours un état particulier : celui où il est près de tout  mais où il reste ailleurs. Cet acmé est capital car il lui permet de saisir ce qui lui échappe : « il faut pour dessiner avoir une descente sous les pieds » dit-il. Dépossédé  il parvient  à une création aussi noire que pâle, aussi sensuelle que janséniste sous l’effet du graphite. Ce dernier demeure l’arme fatale pour  saisir circonvolutions et involutions. Tout est soupçonné comme aux dépends des doigts. Le noir pousse le blanc et le blanc le noir. On ne sait qui habite qui - ni comment. Reste ce qui coule et ce qui remonte pour le seul bénéfice du trouble, avec un seul mot d’ordre : « J’écoute, j’écarte, j’attends ». Une intense, douloureuse et presque silencieuse fraternité lie la lumière à l’ombre où nous nous cherchons. Le dessin primitif, ressaisi, se donne en partage loin de l’illusion réaliste et sans le moindre artifice.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

11:09 Publié dans Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Soyeuses étoffes de l’estampe : « Printmaking by ECAL »

 

 

 

 Jenish 4.jpg« Printmaking by ECAL » Musée Jenisch, Vevey  du 27 mars au 31 mai 2015. Catalogue sous la direction de Laurence Schmidlin, 176 pages, CHF 25.

 

 

 

 

 

Jenish 3.jpgLe Musée Jenisch et son Cabinet cantonal des estampes fêtent le printemps  sous le commissariat de Laurence Schmidlin en présentant les éditions lithographiques et sérigraphiques de l’Ecole Cantonale d’Art de Lausanne.  La création la plus actuelle s’y observe à travers la technique de l’estampe. Créateurs confirmés ou plus jeunes sont accompagnés dans les trois salles d’exposition de grands anciens (John Armleder, Francis Damevin, Dan Walsh, etc.) .

 

L’évolution de l’art de l’estampe comme de l’art en général est donc observable dans les propositions de l’ECAL. L’institution a progressivement affiné sa stratégie par rapport à cette technique.  Un standard commun de création permet de mettre tous les artistes à égalité et d’apprécier les propriétés particulières de leur démarche.  Pierre Charpin, Fabrice Gygi,  Loïv Andrié, Alex Hanniman, Helen Marten, Olivier Saudan (entre autres) se partagent les cimaises d’un projet passionnant tant par leurs œuvres que par l’histoire de l’art qui s’y inscrit. La multiplicité des travaux percent des chemins vers l’avenir selon des  schèmes sub-spatiaux. Ils sous-tendent l’espace de traversées, signes et écritures .  Tous sont impliqués dans la même « éclaircie » : ils passent du tronc à la ramure, de la ramure à l’air, de l’air à la transparence.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

 

 

 

 

10:32 Publié dans Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

04/03/2015

Philippe Deléglise : la matière et l’ineffable

 

deléglise.png

 

Philippe Deléglise, « Figures du son », Musée Jurassien des Arts de Moutier, du 8 mars au 24 mai 2015.

 

Partant des expérimentations des visualisations des ondes sonores du physicien (et un des fondateur de l’acoustique)  Ernst Friedrich Chladni le Genevois Philippe Delégilse a découvert une possibilité de renouveler son approche de l’abstraction. Adepte d’une peinture qui parle par son propre langage (comme la musique le fait) et sans besoin de s’appuyer sur le motif, l’artiste reste à la recherche d’une autonomie de ce qu’il nomme « plan-surface ». Dans un premier cycle « Poussières, tombeau de Chladni », comme le savant, il utilise des plaques d’acier. Les recouvrant de  poussière de colophane il se sert d’un archet pour les faire vibrer. La performance est donc à la base de l’œuvre : le geste permet à la matière de se rassembler en certains lieux de la plaque. L’artiste fixe le résultat (réseaux linéaires, entrelacs) dans une série d’estampes.

 

deléglise 2.pngAvec « Echos » le travail est différent.  Ce que la première expérience a provoqué est repris dans une suite  de lithographies. Elles deviennent une reprise, un approfondissement et un jeu de variations de l’expérience première. La musique est donc présente mais de manière subreptice. Volumes, érosions lui accordent des correspondances baudelairiennes implicites avec les arts plastiques. S’y retrouvent les mêmes tensions et élasticités,  d’effondrements et de surrections, d’oppositions entre  le vide et le plein comme il en existe entre le silence et le son. Dans les œuvres de Deléglise  l'équilibre à tout moment semble pouvoir s'estomper : le créateur donne ainsi de l’éternité à ce qui paraît un simple moment. Le présent devient un présent éternel.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret


De Philippe Deléglise : "Figures de Chladni, Editions Art&fiction, Lausanne.



 

11:56 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)