gruyeresuisse

08/08/2020

Sabine Weiss : les lumières de la ville

Weiss.pngSabine Weiss est née en 1924 à Saint-Gingolph. Elle commença son travail de photographe chez Paul Boissonnat à Genève. Selon elle "ce n'était pas une lumière" mais elle y apprend la technnique et comprend très vite que la lumière comme source d'émotion est capitale et va la rapprocher des grands photographes qu'elle rencontre à Paris : Robert Doisneau entre autres.

 

Weiss 2.pngAprès trois ans comme assistante, elle ouvre son premier atelier de 25 m carré. Poussant un peu les murs elle y restera très longtemps. Au début elle pratique le troc pour survivre avant de devenir photographe de vitrines au magasin du Printemps "à soixante (clichés) à l'heure". Puis elle travaille pour tous les grands magazines américains et la publicité. La photographe reste très polyvalente et traite tous les sujets (même les couches pour bébés...)

Weiss 3.jpgElle est connue surtout pour ses portraits (Dubuffet, Giacometti, Miro, B.B. et bien d'autres et des inconnus). Existent dans ses photos toujours une douceur et une attention bienveillante. La créatrice cultive naturellement un humanisme. Elle reste un modèle sur le plan technique et la composition mais surtout par son regard. Celle qui se dit artisane plus qu'artiste demeure une référence absolue dans l'histoire de la photographie et ses oeuvres se retrouvent dans les musées du monde entier.

Jean-Paul Gavard-Perret

Sabine Weiss, Musées de l'Elysée, Lausanne.

06/08/2020

Le bal des mots dits - Tristan Félix

TT 5.jpgAux mots de sens Tristan Félix préfère les mots matières. Elle les fait sortir de sa souffrière mais en mistouflette dégingandée. Il faut dire que celle qui se cache sous de nombreux sobriquets - qui sont parfois cache-sexe -  reste agile de l'esprit et de la gambette littéraire : sa poésie tient dans l'estomac même des étalons.

Le passé l'a parfois trompé, le présent parfois la tourmente pour autant l'auteure ne file jamais une mauvaise pente. Son passé empiété elle le recompose histoire de couper la chique à Novarina lorsqu'il déclare "L’passé m’a composé ; j’suis morose". Bref la créatrice va de l'avant. Elle nous fait entrer dans l'aire des bouffons sans leur faire la leçon. C'est du grand art là où la vie roturière ondule du croupion. Tristan Félix en est la couturière. Son souffle est vivant et son humour funambule.

TT6.jpgEn conséquence il ne s'enlise jamais mais enfile de superbes perles. L'auteur sait qu'il n'existe pas de fuite dans le temps : ce dernier passe et nous dépasse. En conséquence il faut savoir se donner de bons moments et entrer dans la danse. Le tango en l'occurence. Rien de tel que du Carlos Gardel pour mettre le bordel. Mais une telle abesse se fait au besoin redresseuse de tords avant de ranimer les choses exquises qui nous grisent. C'est revivre, respirer sans trop trépasser. Et même si certains danseurs ne donnent pas envie d'être enlacée, qu'à cela ne tienne : dès que la milonga commence tout chagrin d'amour ne pèsera pas lourd.

Jean-Paul Gavard-Perret

Tristan Félix, "Tangor", préface de Dominique Preschez, PhB Editions, Paris, 2020, 76 p., 10 E..

La gueule ouverte

Tristan 6 bon.jpgDifficile d'exprimer ce que j'éprouve d'autant que j'ai souvent du mal à le ressentir. Qu'on se rassure je ne suis pas plus sûr d'approuver mes pensées. Il m'arrive même de vaticiner uniquement pour m'en venger. Si bien que mon langage se recompose dans un certain vide. Les mots que j'émets en échange difficile d'en préciser le sens.

Si bien qu'à tant désirer les mots, leur tissu de patience finit par se déchirer. On y cherche sa place mais la broderie des phrases n'est qu'absence. Le corps se glace à mesure que tout sort de son trou. L'impossible étreinte reste sans lettres et nous laisse innomée. Nous restons encagés :  rien ne vient, rien ne va, l'être tourne sur lui-même dans la roue du mensonge. Il y a trop de noeuds au roulement des mots, seul leur trop peu entoure.

On affirme que nos orifices obéissent à leur propriétaire (même s'il ne fait pas grand chose pour ça) mais l'orgue à couacoua ne troue que le vide. Néanmoins nous assistons à sa mécanique et nous débitons notre laïus comme si nous l'avions appris par coeur tout en restant stupéfaits des signaux qu'il émet.

Le corps devient son objection, il nous mâche dès que nous l'ouvrons. Tout sort en charcutaille jargonnée. Nous croyons éclairer du vivant mais nous l'empestons en vieux loupiste, en hittite ouistitite ou suie d’ombres. Notre fièvre porcine se sculpte en lattes et hures. Si bien que notre poésie n'est qu'une esclabadanche de saindoux. Il fond à vue d'eail ou s'épaissit. C'est selon. Le tout avec un gout d'ail dans l'haleine pour chasser notre propre vampire. C'est d'abord mourir puis vivre tant qu'il est encore temps.

Jean-Paul Gavard-Perret

(Dessin inédit de Tristan Félix)