gruyeresuisse

27/06/2019

Guy Bourdin : les renversantes

Bourdin.jpgAvec Guy Bourdin la femme est - quoique décadrée - présente dans tous ses détails. Elle devient veilleuse des songes dont la recherche photographique est là pour célébrer la sensualité et la beauté entre ombre et lumière d'où elle émerge en féeries inspirées et ironiques.

Bourdin 2.jpgChaque mise en scène devient une « invitation au voyage » baudelairienne. Le photographe crée des pièges moins pour égarer les modèles que le voyeur. La femme est un diamant serti dans un écrin de paysages ou dans un décor sophistiqué, autel érigé par l’artiste afin de célébrer sa beauté.

Bourdin 3.jpgL’harmonie érotisante est incluse dans le faisceau des forces contraires de montré et du caché. Elles fusent et infusent en une acuité sensorielle accrue, une montée de température, l’assouplissement des articulations et l’apparition des égéries qui s’abandonnent, conquises et délivrées de leur rôle dont elles jouent néanmoins. Et Guy Bourdin idem.

Jean-Paul Gavard-Perret

Guy Bourdin : L’Image dans l’Image, Campreron centre d’art; L’Isle-sur-la-Sorgue – France. Du 6 juillet au 6 octobre 2019

24/06/2019

Les bas-fonds de Rong-Rong

Rong Rong.jpgRongRong est né en 1968 dans la province du Fujian en Chine. Membre majeur du Groupe "Beijing East Village", il a expérimenté la photographie pour documenter les performances des autres artistes du clan au début des années 1990. Ses œuvres sont devenues mythiques dans l’art expérimental chinois contemporain. Elles sont exposées dans le monde entier et figurent dans les collections du Moma de New York, du Getty Museum de Los Angeles par exemple.

Rong Rong 2.jpgParmi les œuvres les plus connues de RongRong figurent bien sur les séries "Ruin" et "East Village". Avec plus de 120 images celle-ci est accompagnée du journal de Rong Rong. L'artiste met en valeur la vie quotidienne dans le village de Beijing et attire l’attention  sur les performances. L’interaction du livre entre les images et les textes  crée une narration personnelle et captivante. 

Rong Rong 3.jpgLe créateur explore avec sa compagne Inri artiste elle-même la beauté du corps humain et l’environnement urbain. Les écrits fournissent des informations essentielles sur les performances lors de leur conceptualisation et de leur réalisation. " Je suis le seul photographe. Tout le monde a quitté sa ville natale et cherche des rêves ici de loin. Nous sommes tous des enfants qui avons quitté la maison, ce qui nous donne constamment faim" écrit RongRong et ses oeuvres ouvrent l'appétit d'images neuves.

 

"RongRong and the Beijing East Village",The Walther Collection Project Space, New York, du14 juin – 12 octobre 2019

23/06/2019

Luis Carlos Tovar vainqueur du 3ème prix de l'Elysée (Lausanne)

Elysee 3.jpgLe jury du troisième prix de l’Elysée - toujours soucieux de faire un pont entre le réel et l'art - a couronné l'artiste colombien Luis Carlos Tovar pour son projet intitulé "My Father’s Garden". L’oeuvre a pour point de départ une photo que paradoxalement Tovar n’a jamais vue. "Aveugle" elle reste la "preuve de vie" de son père disparu et pris en otage par les FARC de Colombie lors de leur "révolution" avortée.

Elysée.jpgLe photographe a dû compléter par d’autres élements cette absence visuelle et existentielle afin de remplir le vide et les silences du père. Par exemple les titres des livres qu’il lisait dans la jungle, les papillons turquoises qu’il gardait entre leurs pages. Et à travers les paysages amazoniens le photographe tente de reconstruire l'espace de rétention et d'interpréter ce que ce père a dû subir.

Elysée 2.jpgPour ce créateur multipartitas et éducateur né à Bogota, l’art reste le véhicule d'une réflexion, le catalyseur d'un espoir de résilience et un agent de transformation intime et générale. Il explore des géographies de déplacements et la manière dont se créé l’altérité et l'importance de la mémoire dans la reconstruction du présent. Son travail passse par différents supports (photographie, peinture et vidéo). Cette visualisation d'une histoire de chair et de sang s'éloigne de tout cabotinage et rend compte de la réalité plus que le ferait une simple documentation. L'artiste fait plonger dans la complexité de sa quête loin de toute théâtralité.

Jean-Paul Gavard-Perret

10:21 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)