gruyeresuisse

30/05/2015

Emilie Jouvet et la subversion identitaire

 

 

 

Jouvet.jpgEmilie Jouvet, Centre d’art contemporain, Genève du 11 au 17 juin 2015.



Jouvet 4.jpg

 

 

 

Jouvet 2.jpgEmilie Jouvet ne se fie pas à la nature éthérée et ineffable des arts visuels. Tout pour elle dans le champ de ce qui se nomme « amour » semble une histoire de « mécaniques » avec pignons et cardans corporels au régime qui n’ont rien de binaire. L’artiste les met en mouvement avec un seul mot d’ordre : prendre par rebours les présupposés génériques. Cette approche ouvre à une poétique nouvelle. La réalisatrice détourne les images classiques du désir à travers les mouvements queer, féministes, post-porn, etc., ses portraits intimistes et ses mises en scène radicales. « One Night Stand » - premier film  transgenre francophone - comme « Too Much Pussy! Feminist Sluts in the Queer X Show » - roadmovie à valeur documentaire sur le mouvement féministe « sex-positive » - modifient les codes en réunissant le sexuel et le politique.

 

jouvet 3.pngLa cinéaste présente au Centre d’Art Contemporain de Genève des courts métrages queer, conceptuels ou expérimentaux réalisés ces quinze dernières années dont « Mademoiselle ! » sur les violences verbales et physiques envers les femmes dans l'espace public,  « BLANCX » vidéo performance détournant un geste du quotidien et déconstruit les codes du porno mainstream ou « The Apple », histoire revisitée d'Eve plongée dans un paradis sans Adam ni serpent mais chargé pommes. L’artiste propose aussi sa monographie « The Book » (Editions Wormart) où est présentée une série de photographies sur le désir et l’intime des « invisibles » (masculin et/ou féminin). Le spectateur est « contraint » de sortir de la fascination et de la sidération institutionnalisée de la sexualité. Ce qui jusque là était tenu caché sort des ténèbres. S’y substitue une lumière troublante que la créatrice met en tension jusque dans le chiasme des solitudes.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

29/05/2015

Oser la honte avec l’Ecal - The Embarrassment Show

 

Embarrassement.jpg

 

The Embarrassment Show, exposition conçue par Erik Kessels, avec des étudiants du Bachelor Photographie, du 28 mai au 4 juin, ECAL,  Renens

 

 

 

«Avoir honte, c’est important » rappelle le  directeur artistique de « KesseksKramer » d’Amsterdam et responsable  du worshop bachelor photograhie 2015 de l’Ecal. Le maître du jeu a demandé aux étudiants d’oser se mettre et se photographier dans des situations inconfortables. « Passer pour idiot » comme le demande Kassels ou « pratiquer des exercices d’imbécillité » tel que le revendique Valère Novarina permettent de transgresser des lignes et oser des situations risquées. Certaines propositions demeurent en retrait : la jeunesse induit des gênes compréhensibles. D’autres outrepassent la plaisanterie potache : les artistes en herbe s’y engagent complètement.  La photographie-titre (d’Elsa Guillet) le prouve : le flux de nausée rappelle que ce qui sort de la bouche n’a pas toujours un goût de miel. Elle accouche, dégorge de mal de vivre en une photographie qui brise autant les logos pseudo-explicatifs que les non-dits.

 

Embarassement 2.jpgL’exercice a pour but de révéler un sujet souverainement expressif. Un sujet d'une histoire encore sans histoire (reconnue) et sans langue (idem) étant donné sa jeunesse. Celui-ci trouve le moyen d’élaborer une problématique (sociale avec Tanya Kottler, identitaire avec Clément Lambelet, etc.) qui contrarie le fameux « comment dire » : ce dernier cache en effet - la psychanalyse nous l'a appris - un comment ne pas dire. Fruit d'une élaboration viscérale ces œuvres parfois naïves mais souvent signifiantes font sortir de chaque artiste et du fond de leurs photographies "une masse d'esprit enfouie quelque part » (Artaud). S’y ressent une volonté d’agir sans renoncer à l’esthétique mais en refusant de la confiner à l’ornemental.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

28/05/2015

Ren Hang : ironisation de la nudité

 

 

 

 

Ren Hang.jpgFantôme ou réalité ? Avec le photographe chinois Ren Hang (présent  plusieurs fois en Suisse dans des expositions collectives) nul ne sait dans quel monde nous sommes exactement plongés. A l’aide de simples indices - qui prennent soudain une valeur générale -  l'artiste  reconstruit fantasmatiquement un monde de reconquête dans lequel il aborde les problèmes de la perception visuelle et la découverte de la nudité. Armé d’un Minolta argentique, le photographe met en scène les corps nus de ses amis pour prouver que l’érotisme existe en Chine  tout autant qu’au Japon. Inspiré sans doute par les maîtres du genre au pays du soleil levant  (Takato Yamamoto, Nobuyoshi Araki)  Ren Hang crée un univers décalé et malicieux propre à détourner les interdits.

 

ren hang 3.jpgFaisant sienne la phrase de D.H. Lauwrence dans « L’amant de Lady Chatterley  « L’obscénité n’apparaît que si l’esprit méprise et craint le corps, si le corps hait l’esprit et lui résiste. » le photographe joue de divers accords et désaccords entre la réalité et le rêve, l’image et ses effets non synchrones, dans un pays où les tabous sont encore enracinés. Mais si l’érotisme n’a pas vraiment sa place  dans celui-ci le photographe prouve le contraire. Chez lui toutefois le recours à la nudité n'est pas fait pour offrir une version post-pop du fétichisme du corps. Ce que l'artiste recherche est avant tout une économie symbolique et ironique venant casser les contingences morales de son pays dans un constructivisme figural des plus astucieux parfois drôle et violent mais souvent poétique avec un goût de la finesse allusive.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

11:57 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)