gruyeresuisse

28/03/2015

Seline Baugmarter à la charnière des temps

 

 

 

Seline.jpgSeline Baugmarter,  « Nothing Else », Installation-vidéos, Centre Culturel Suisse,  Paris. du 17 avril au 25 mai 2015.

 

 

 

Pour « Nothing Else » - installation et projection vidéo -, la Zurichoise Seline Baugmarter installée à New-York collabore avec des danseurs professionnels âgés de 40 à 70 ans (Meg Harper, Jon Kinzel, Vicky Shick, Keith Sabado). Elle analyse de manière pragmatique le fonctionnement de la danse en tant que culte de l’éternelle jeunesse. L’artiste y explore la mémoire du corps et illustre comment le mouvement et le style d’un danseur évoluent avec le temps. Seline 2.jpgAux intuitions de la créatrice se superposent ses connaissances intellectuelles. Si Seline Baugmarter refuse dans son œuvre toute emphase lyrique, l’ascèse crée une magie des formes, un toucher particulier qui s’approchent des corps mais sans les abîmer et pour les soulever. Surgit quelque chose de l’ordre du désir. Il s’engouffre en une sorte d’absolu mais tout en rigueur et non sans froideur. Tout le mystère et la force de l’œuvre tient à cette approche. L’image n’est pas du corps mais naît de lui afin qu’en surgisse  une forme de jeunesse qui n’a rien à voir avec la pur « segmentation » du temps que ce terme suppose. Moins « instantanée » qu’instant d’années la photographie implique soudain  un temps plus long. Elle conjugue passé et présent mais sans forcément illusions d’optique : il ne s’agit pas de faire croire à une « éternelle jeunesse » mais à une forme de liberté.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

27/03/2015

Fatum et fantômes de Laurent Faulon

 

 

 

 

Faulon.jpgLaurent Faulon, Les produits fatals, 31 janvier - 28 mars 2015, TM Projects, Genève

 

 

 

Laurant Faulon est un iconoclaste mêlant body art, performance, recup-art en action, photographie et sculpture.  Son exposition genevoise tire son titre de l’industrie. Un « produit fatal » est un sous-produit qui apparaît « fatalement » lors de la fabrication d’un produit principal. L’artiste propose une extension de ce terme en divers « voyages » et délocalisations. Chaque objet  manufacturé devient le vecteur d’une remise en cause  esthétique et politique de l’oeuvre d’art à travers plusieurs approches. Par exemple d’une ville arménienne détruite l’artiste exhume, des villas des apparatchiks du pouvoir postsoviétique, des « trophées » extirpés aux décombres en contrepoint aux prédations des maîtres du passé. Quand à « Monument » - réalisé lors d’une résidence de l’artiste dans l’atelier de Gosha Ostretsov - il singe ironiquement l’omniprésente statue de Lénine qui présidait à la vie en URSS. Photographiant l’une d’entre elle Faulon montre comment elle représente un chancre dans une société devenue capitalistique. La  Russie contemporaine annexe les comportements, aspirations et frustrations occidentaux. Toute l’exposition se met donc au service de fantômes au sein des accidents de parcours de l’histoire. Est-ce le début du jour ou de la nuit ?  La lumière n'a-t-elle pas sommeil ?  La question reste ouverte…

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

26/03/2015

Christine Sefolosha : destins fuyants

 

 

 

 sefolosha 2.jpg

 

Décombres de monde : quelques êtres plus ou moins lointains ou proches. Platon parlait d’eux. L’artiste les extirpe des gravats. L’ombre fait surface entre un continent & un autre. Reste la brûlure du gouffre là où recule torpeur (pluie de pétales, linéaments bleus).  Dans la fente du présent germe la nuit, le jour, le jour, la nuit en une  syntaxe de métronome d’une œuvre de passion.  Silence du fouet, danger du franchissement, foudre menaçante. Une clé  montre le dessous rupestre de ténèbres de naissance. L’image se fait chair et sacrifie l’agneau.

 

 Sefolosha Portrait.jpg

 

Christine Sefolosha décrypte le monde. Accrochée par les jambes au trapèze (tête à l’envers) elle ose tomber devant les spectateurs : seul un clown fou aurait envie de rire. L’artiste se relève et le salue : il est obligé d’applaudir celle qui reste la louve noire aux lallations orgasmiques de sultane. Ses matrices exultent (un revenant les redemande).  Chacune décompose par coup de pinceaux invisibles les syllabes de réel et crée des palpitations des sols en gradations d’ombres et intrusions de lumière. Elles bordent une marge inconnue, tutoyée, reconnue.


Jean-Paul Gavard-Perret

 

09:59 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)