gruyeresuisse

21/01/2019

Frérécic Aquaviva : Isidore Isou l'oublié

 

Isou.jpgFrédéric Acquaviva, "Isidore Isou", Editions du Griffon, Neuchatel, 2019.

 

Trop méconnu par rapport à Dada, au futurisme et au surréalisme, le Lettrisme reste un mouvement majeur. Avec son chef de file Isidore Isou, grand oublié de l'histoire de l'art, une certaine poésie mourait parce que soudain elle fut démentie par une autre recherche. L'auteur d'origine roumaine la porta sur des fonds baptismaux. Hélas elle fut oubliée longtemps au détriment d'une “poésiequette” : celle-ci continue en servante en employant non seulement les vieux moules mais aussi les vieilles manières d’envisager le langage comme pour perpétuer un patrimoine littéraire littéral.

Isou 2.jpgIsou ajouta néanmoins  un autre visage à la poésie. Ou plutot il la remplaça par ce  qui fut pris  pour la déclamation et la musicalité de la poésie théâtralisée. Certes ces deux éléments ajoutent des gammes inédites propres à enrichir la poésie et épuiser une certaine façon de l’envisager.  Toutefois le lettrisme ne voulait exister que pour faire le ménage et s'effacer.

 

Isou 3.jpgCela se produisit. Mais pas comme Isou l'entendait. Le créateur est pratiquement gommé de l'histoire littéraire au profit ou au détriment d’une poésie moins rebelle aux canons classiques. Isou n’a donc pu casser que de manière provisoire les valeurs stables de ce qu’il nommait la “mélodie sèche” de la poésie habituelle. Mais cet essai lui rend ce qui lui revient. Frédéric Acquaviva a travaillé avec lui les dix dernières années de sa vie et fut avec Bernard Blistène le responsable de plus importante rétrospective sur le Lettrisme. Le livre remet les pendules du Lettrisme à l'heure et surtout le sort de "l'enfer" où elles demeuraient cachées.

Jean-Paul Gavard-Perret

20/01/2019

Marcia Hafif et les enjeux de l'art

Halif bon.jpgMarcia Hafif, "Inventaire", Mamco, Genève, du 27 février au 5 mai 2019.

Le 1er janvier 1972, Marcia Hafif fait - sans le savoir ou presque - un dessin emblématique. Il va devenir la base de son travail : une série de marques verticales commencées en haut à gauche au crayon  envahit progressivement tout l'espace. Elle déplace ensuite cette même technique en un autre support et en couleur. C'est pour elle le premier "pas du pas" afin de se dégager d'une forme d'écriture et toucher la vibration de la peinture en tant que seule figure de la figure.

 

Halif 3.jpgLa Californienne, aprés avoir enseigné en primaire et fait des études d'histoire de l'art arrive à Los Angeles et travaille à la Ferus Gallery. Selon son historiographie, une exposition de Morandi la pousse à partir pour l'talie. Mais son intérêt pour la Renaissance, la mosaïque n'y est pas pour rien. Elle y réalise - sous l'influence de l'architecture, de la signalétique et même ce Cinecitta 500 peintures, collages, sérigraphies dessins qu'elle "oublia" pendant trente ans avant qu'ils soient présentés au Mamco (entre autres) au début du nouverau millénaire.

Halif.jpgTout ce travail annonce se monochromes qu'elle définit comme des « peintures à une seule figure ». Sa peinture non-figurative plus qu'abstraite prend ses motifs dans le réel. Ils sont réinvestis selon une esthétique pop ou selon des coloris inspirés souvent par l'architecture de diverses villes. Elle devient une des artistes qui soulignent les mutations plastiques de l'art. "Inventaire" permet de suivre l'oeuvre en son épopée plastique.

Jean-Paul Gavard-Perret

19/01/2019

Jeong Mee Youn : le rose et le bleu

Yoon.jpgDans son nouveau projet la photographe Sud-Coréenne Jeong Mee Yoon cochent deux cases (au moins) de l'art. Elle propose une fantaisie coloriste grotesque et une critique d'une civilisation (mondialisée ou presque) quant à la question du genre et de sa représentation mais aussi du consumérisme face à l'enfant roi.

Yoon  2.jpgLa créatrice photographie filles et garçons entourés de tout ce qui appartient à leur univers (rose pour les premières, bleu pour les seconds). En un tel miroir les évidences parlent d'elles-mêmes. La "déco" n'est plus une ornementation mais le propos même du livre.

Yoon 3.jpgChaque photographie avance à travers d'apparentes digressions qui font sens. Tout cela "cuit" comme il le faut. Preuve qu’en art le performatif n'existe que lorsque l’écriture plastique devient impertinente par la drôlerie. Elle fait sa morale coruscante et doit tout à ce qui la produit et à ce qu'elle produit elle-même. Ce type de rapport pourrait sembler enfoncer une porte ouverte. Il n'en est rien. Laissons au lecteur le plaisir de le découvrir.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jeong Mee Yoon, " The Pink and Blue Project", Edition Nadsine Barth, Hatje Cantz, Berlin, 2019, 176 p., 40 E..