gruyeresuisse

30/07/2015

La vie, l'amour, la folie : entretien avec Samuel Mathis

 

Matthis 3.jpgQu’est-ce qui vous fait lever le matin ?L'idée du petit déjeuné, l'odeur du café qui parfois me fait mal au ventre !

 Que sont devenus vos rêves d’enfant ?Ils sont toujours là, pas trop loin, j'essaye de ne pas les oublier

A quoi avez-vous renoncé ?A l'utopie que toute mes utopies soient réalisables, j'y travaille encore.

D’où venez-vous ? De la planète terre, vers Genève, bien que parfois je me pose des questions?

Qu'avez-vous reçu en dot ? La vie, l'amour, la folie

Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ?Rien, c'est plutôt un "bonus"

Un petit plaisir - quotidien ou non ?Transpirer des hectolitres dans un sauna et se jeter dans le lac l'hiver

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ?Mes chaussettes dépareillées

Quelle fut l'image première qui esthétiquement vous  interpella ?Les cailloux petits et ronds par terre

Et votre première lecture ? Petzi, l'ours aventurier mangeur de crêpes

Pourquoi votre attirances vers une forme de "minimalisme" tant de matières que de formes  ?Une quête de l'absolu, un dénominateur commun.

Quelles musiques écoutez-vous ?J'aime beaucoup Oxygène de Jean Michel Jarre

Quel est le livre que vous aimez relire ?"Voir" de Carlos Castaneda

Quel film vous fait pleurer ? « Le grand bleu », je devrais le revoir pour voir

Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez-vous ?Ben moi ! 

A qui n'avez-vous jamais osé écrire ?Pour l'instant à personne mais je n'ai pas écrit à grand monde.

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ?Les Grottes 

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ?Mes voisins d'atelier et mes collègues d'étude

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ?Un quartz bipyramidé géant

Que défendez-vous ? La vie, la différence, la sincérité 

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"?  J'aime les paradoxes, c'est tellement bizarre

Que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?" Oui

Quelle question ai-je oublié de vous poser ?Pourquoi des chaussettes dépareillées? 

Entretien réalisé par Jean-Paul Gavard-Perret le 30 juillet 2015.

 

28/07/2015

Samuel Mathis : presque rien, presque tout

 

 

Matthis.jpgSamuel Mathis, "Météroïdes", Space-Station, Lausanne, du 23 juillet - 23 août 2015.

Samuel Mathis cultive un art entre minimalisme et arte povera sans pour autant se rattacher à ces deux mouvances. L’artiste mobilise certaines références culturelles ayant trait à notre inconscient sans pour autant sombrer dans le baroque et le mauvais goût. Avec la plus grande économie l’artiste s’attaque aux représentations en les minant. Une sorte de désagrégation (liée à une forme de recomposition) suit son cours en faisant glisser les images vers l’effacement. Ne reste que ce qui en tombe au moment où une grande partie de la « réalité » échappe. Demeurent néanmoins non seulement  l'amorphie, l'inanité mais une attente de ce qui ne se rassemblera peut-être plus.

 

 

 

Matthis 2.jpgLe créateur propose donc une errance statique dans l'indéfini, l'indéfinissable, et l'expulsion de la dimension vitale.  Reste un petit bout d’œuvre, un petit morceau de presque rien loin de tout. Mais c’est là une manière d’insister sur les limites de tout type d’images.  Son lieu ou son non lieu est présent afin que "bée la langue s'engorgeant de tant de vide" (Beckett). Tout se désagrège lentement (par caviardage ou vidange) sans jugement. Néanmoins l’artiste donne paradoxalement à l’image une intensité rare.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

10:50 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

27/07/2015

Le Calendrier Pirelli : pâles haies d’Eros

 

 

 

Pirelli 3.jpgPour le cinquantième anniversaire du Calendrier Pirelli, Taschen publie une rétrospective des photos glamour d’un objet d’abord réservé au clients importants et au VIP de la marque de pneus. Ce prétendu must devint très vite un poncif de l’érotisme officiel et mondialisant. Certes une telle publication reste le lieu passage obligé des modèles  (Naomi Campbell, Laetitia Casta, Cindy Crawford, Penelope Cruz, Milla Jovovich, Heidi Klum, Sophia Loren, Kate Moss…) et des photographes (Richard Avedon, Patrick Demarchelier, Karl Lagerfeld, Annie Leibovitz, Peter Lindbergh, Sarah Moon, Herb Ritts,Mario Testino...)

 

Pirelli.jpgA revoir ces photos de cirque médiatique l’impression majeure demeure qu’avec le temps rares sont les clichés qui « tiennent ». Tombant dans le parfait jeu esthétisant  sans le moindre souci d’une quiconque profondeur de vue tout paraît mièvre et gonflé (pneus aidant) de vide. Chaque série est plombée par ses effets de surface et de superficialité confondants. La prise de risque esthétique demeure nulle. Le conformisme crasse et l’artificialité d’un monde de façades ne sont sauvés d’aucune pulsion  du dedans. Le Pirelli reste l’exemple parfait du gadget érotisé sans le moindre intérêt sinon celui de l’ostentation instantané propre à caresser l’ego de modèles et de photographes. Sont préférables les vieux calendriers américains plus populaires et plus inventifs en dépit de leur propres poncifs ( celui des huiles Castrol par exemple) dans les années 50.  Dans ceux-ci - ce qui semble une gageure -  la femme demeure moins objet de facticité qu’au sein des coups de bluffs branchés de Pirelli et de son armée de peoples.

 

Jean-Paul Gavard-Perret