gruyeresuisse

09/05/2015

Dafy Hagai : Paradis en milieu présumé hostile

 

 

 

 

 

Dafy Hagai 3.pngAssise sur un muret, buvant un milk-shake  dans la lumière  du crépuscule, prête pour une promenade les jeunes femmes de Dafy Hagai surprennent par leur naturel. Habituée au formatage de la publicité l’artiste s’en dégage. Quittant les lois du marketing elle affirme dans ses œuvres personnelles  que les idées n’existent pas : seules les images « pures » surgissent ». Sous la canicule d’Israël, au  son du tambour de l’été qui cogne la photographe saisit comme par inadvertance ses ondines. Elle en scrute les galbes mais sans les déranger. Les jeunes femmes gardent leur intégrité. Elles ne sont plus au service des fantasmes.  

Dafy Hagai.jpgCe qu’elles dévoilent est plus subtil.  De leur pays qui n’ignore pas le tonnerre elles brisent les ombres dures. Chaque femme est donc  sujet et non objet. Le regardeur doit prendre tout le temps d’imaginer la contextualité de son histoire. Il n'est plus induit ou  prisonnier des artifices érotiques. Le propos s’en échappe. Les rites du désir sont chantournés. Dafy Hagai 2.pngChaque portrait est énigme et permet de repenser l’histoire du pays tel qu’il est donné à « lire ». Le très peu donne ici beaucoup. La photographe crée un univers de cristal. Il sépare du monde le plus intime comme il le fait quasiment pénétrer.  Dafy Hagai crée une poésie fractale, laïque d’un genre particulier : chaque femme devient  une île. Face à elle l’ombre s’efface.  La lumière coule. Elle ne se quitte pas.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Dafy Hagai: Israeli Girls, Art Paper Editions

 

Le grand ensemble de Jean Le Gac

 

 

 

 

 

Le Gac.jpgJean Le Gac L'atelier parallèle Musée de Carouge,  Genève, 24 avril - 30 aout 2015.

En collaboration avec le Mamco  le Musée de Carouge reçoit l'artiste français Jean Le Gac. Depuis fin des années 1960 l’artiste se joue des catégories habituelles de l’art en ce qui tient d’une forme d’autofiction où la littérature est remplacée par les images. Peintures, photographies et textes « scénarisent » un peintre (Jean Pleinemer) dont Le Gac invente la vie en un mixage entre réalité et imaginaire. Le rôle du créateur (en général) y est revisité. L’artiste avance autant par à-coups que mures réflexions. Le résultat demeure très construit, même si l'ensemble est sinueux.

 

 

 

Le Gac 2.jpgLes amorces viennent des mots comme des images :  c'est du hasard manœuvré,  de la cuisine fabriquée à partir de télescopages.  En multipliant les sauts entre les registres, les idiolectes, le but n'est pas seulement de rechercher un effet ludique mais de découvrir « sur le tas » une anti-rhétorique esthétique. Celle-ci devient le moyen de détourner le ronron de l’histoire de l’art avec autant d’ironie que d’un certain militantisme. Convertissant  tout en image - y compris les textes – se crée un schéma analytico-intuitif traitant des conditions de possibilité d’énonciation de l’art  : il amène des cornes de gazelle à l’art là où – en un suprême paradoxe - le contexte est à jamais superflu mais tout autant prégnant.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

08/05/2015

Nathalie Van Doxell la radicale

 

 

 

 

 

Van Doxell 3.jpgEn « 427 mots postulats » Nathalie Van Doxell a proposé une critique de l’art, de sa pratique et des ses conditions de production. Se réclamant créatrice et citoyenne elle refuse de réduire l’œuvre d’art à un élément de décor. Son travail est une expérience qui met à mal bien des idées reçues jusqu’à la notion d’auteur ? « Nous voulons en finir définitivement avec la modernité qui a survalorisé la notion d’auteur» écrit-elle. Les nouveaux moyens de diffusion de la création impliquent la « destitution » de la signature univoque. Elle n’a plus de sens -  sinon d’entériner un sacre à des faiseurs d’ersatz.

 

Van Doxell 2.jpgL’artiste sait combien l’art restdirectement liée aux lois du marché mais elle refuse qu’il soit relégué à un spectacle consumériste orienté par une « politique culturelle » ou ce qui en tient lieu. Réclamant indépendance et liberté Nathalie Van Doxell revendique un art qui « n’est pas une image de l’art » tout en refusant le « fantasme de fonder une idéologie ». Et d’ajouter : « nous ne croyons pas la bonne conscience artistique, politique, ni à l’idéalisation de la démocratie ». Cette dernière, de-facto, multiplie insidieusement les processus d’exclusion en rejetant tout ce qui n’est pas « comestible » et ingérable économiquement parlant.

 

Van Doxell.jpgLes propositions de l’artiste sont donc des contributions parmi d’autres faites pour poser des questions qui interrogent  le regardeur. A lui d’inventer « son » art  ( « je ne crois pas à l’intégrité suprême de l’artiste »). L’artiste est donc tout sauf une mère maquerelle. Elle entre en résistance contre tout pouvoir et ses muséographies (comme elle le fit dès le début du siècle en transposant « son » Art-Basel en autocar). Il fait perdre le fil aux artistes jugés « irrécupérables ». Le jeu entre images, textes et sons crée donc chez elle un dépeçage afin de réinventer l’histoire de l’art et de l’existence comme Antonin Artaud le tenta. Il faut souhaiter à  Nathalie Van Doxell  la force  d’inventer de nouveaux équilibres par l’alacrité d’images dont l’objectif est de maquiller l’ostentation, de « dékyster »  les fantasmes voyeuristes d’histoires répétitives à l’aide de  fables intempestives, critiques, drôles et belles.

 

Jean-Paul Gavard-Perret