gruyeresuisse

27/03/2017

Gisèle Didi : préludes

Didi.jpgPlutôt que de cultiver la chimère, les femmes de Gisèle Didi sont telles quelles tout en acceptant les jeux que l’artiste leur impose. Elles séduisent. Ou inquiètent. Ne s’en laissent pas compter sans doute. Et ce même si la photographe fait abstraction des normes voire des convenances - juste ce qu’il faut toutefois - en ce qui tient de préludes à certaines aventures.

Didi 3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais les images restent (partiellement) elliptiques pour mieux troubler le regard. Tout est là de manière douce et jamais "sexhibitionniste". Didi 2.jpgLe corps féminin comme sa photographie reste de l’ordre de l’effleurement et de l'humour. Surgit la promesse d'un autre horizon et d'une dérive à la fois photographique et peut-être existentielle. Les images engendrent des ouvertures. Elles offrent un laps temporel au songe et ne le vident jamais de sa substance. Elles permettent de ranimer une présence que l’artiste dirige et dont il ne s’agit surtout pas de se dégager.

Jean-Paul Gavard-Perret

André Sanchez : vagabondages


Sanchez 2.jpgAndré Sanchez a créé une série de portraits en un assemblage post-photographique de collages, de textures, de poussières colorées, de rayures, d’éléments graphiques et d’autres adjuvants. Ils métamorphosent l’image initiale en la maquillant pour la faire bouger et créer un mystère proche de la picturalité. La beauté des modèles se creuse, prend d’autres angles. Les apparences premières sont mises en porte à faux de manière discrète. Jaillit un monde étrange de superpositions réunies dans une même vibration.

Sanchez 3.jpgEn ce sens, dans l’œuvre, tout commence ou recommence, tout est inlassablement nouveau. André Sanchez offre des présences décalées à la fois plus intimes et plus distantes.. Le littéral s’approche du symbolique là où le portrait semble soufflé sur une vitre pour qu’il deviennent devienne intrigant. Il faut que chaque rencontre soit impossible ou différée afin que la beauté étreigne le sentiment d’une encoche de l’éphémère transformée en hors temps. L’œuvre affirme donc quelque chose qui est moins la nostalgie du sens que la recherche de ce qu’il peut devenir. Il arrive alors que le temps soit transparent, le moi sans épaisseur : un simple regard peut-être avec ça et là une écriture en écharpe.

Jean-Paul Gavard-Perret

09:40 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

26/03/2017

Monstres vont : Catherine Liégeois

Liegeois.jpgDans sa pratique du toucher Catherine Liégeois met le doigt (si l’on peut dire) sur un aspect négligé du livre : sa valeur tactile. Elle sert de sortie de secours à certains handicaps (cécité), de propédeutiques aux enfants comme parfois aux scientifiques et donne aux artistes une manière de transformer un « volume » en volume. L’auteure - artiste elle-même et éditrice - verbalise les perceptions tactiles qui impulsent une nouvelle vie au livre et à la transmission qu’il peut « co-mettre » dans sa masse volumique.

Liegeois 2.jpgLa vision originale d’un objet commun - même s’il a tendance à se dématérialiser - jaillit d’un tel remarquable ouvrage dont la jaquette elle-même n’est pas innocente. Sa froidure scintille, remplace l’objet « déconnu » pour le penser en gestes, caresses en ce qui devient des histoires de peau. Le livre prend corps pour un autre plaisir et d’autres fêtes non seulement de l’intellect mais des sens. De grands artistes - comme l’explique - l’auteure réinvente le medium. Quand finit sa platitude, sa chair lourde peut parfois atteindre la satiété d’une machine presque obscène. Elle fait sortir d’objet d’état d’épave affective. Par le toucher ; les livres d’enfants comme ceux d’artistes, permettent une éducation sentimentale et s’affranchit su seul culte de l’esprit.

Jean-Paul Gavard-Perret

Catherine Liégeois, « L’art du livre tactile », coll. Alternatives,Editions Gallimard, ,160 p., 32 e., 2017.