gruyeresuisse

27/05/2015

Le sel de la terre : Marie-Ellen Mark

 

Mark 2.jpg

 

 

 

Digne héritière des grands photographes américains du quotidien dont elle a poursuivi la démarche Marie-Ellen Mark vient de s’éteindre. Saisissant les lieux interlopes et misérabilistes (cirques minables par exemple) la photographe n’est jamais restée au niveau du simple témoignage, à la seule transparence documentaire. Surgit de manière poétique - à la manière d’un Fellini réaliste et rivé au noir et blanc -  le réel exfolié de ce que la société du spectacle se nourrit. Chaque cliché infiltre le réel de manière radicale. L’Américaine prouve dans ses grands reportages (pour Times à Rolling-Stones par exemple) que la photographie peut être un outil critique irremplaçable.

 

 

 

Mark.jpgSous les apparences d'un classicisme trompeur, le réel acquiert une dimension symbolique évidente. Transparaissent la beauté naturelle comme celle de l’anéantissement. Les miasmes qui étouffent l’être privé de réel avenir  sont mis à nu là où l’artiste pose une question : « Sommes-nous autre chose que le corps ? » La photographe ne cache rien de ses ombres ou de ses taches « de naissance ». Elle taille une croupière à l’idéologie qui - sans doute sûre d’elle - l’a laissée faire. En est-elle pour autant sa bonne conscience ? Le doute existe car demeurent dans l’œuvre les  soleils noirs de bien des chutes.  Marie-Ellen Mark montre le cauchemar récurrent de ceux qui sont forcés de prendre l’autoroute comme les chemins de traverse à contre sens. 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

15:48 Publié dans Images, Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

25/05/2015

Sylvain Croci-Torti : géographie du non localisable

 

 

Croci.jpgSylvain Croci-Tort, « Hand. Cannot. Erase »  29 mai au 12 juillet 2015, Flon Art, Lausanne

 

 

La Poétique de l'Imaginaire  ne crée pas forcément de doux secrets et des fêtes du cœur, ni un gibet à trois branches où de féroces oiseaux se disputeraient un pendu déjà mûr. Elle devient avec Sylvain Croci-Torti force et liberté : elle n’est en rien objet d’un pèlerinage en ses étranges tropismes. Dans l’œuvre il reste jouissif de s'abandonner à la perte de repères afin de redécouvrir une origo et de troquer l'histoire pour l'Utopie fût-elle de courte durée.

 

 

 

Croci 2.jpgSylvain Croci-Torti  n'est pas dupe de son illusion mais il s’y tient.  Formes et volumes s’y  promènent, s’y abandonnent  en couleurs limoneuses d’une mise en scène aux moires particuliers et ce loin de procédés rhétoriques et de l'obsession fétichiste. Le créateur refuse de  " pétrarquiser " en spiritualisant l' " objet " ou en  célébrant  de manière plus crue les voluptés.  Il  oublie les regards myopes que trop d’artistes portent sur l’image qu’ils limitent à une narration. L’œuvre permet par effet retour d'engager une vision fantasmatique dans une belle confusion des registres.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

11:19 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

24/05/2015

Nathalie Tacheau : femmes Opinel ou couteaux suisses

 

 

 

 Tacheau.jpg

 

 

Les femmes-enfants de Nathalie Tacheau chevauchent au besoin des ogres.  Elles avancent nues en fines lames. Nues mais armées. Sortant de leurs souliers de luxe elles  percent les hommes comme un Opinel ou un couteau suisse planté sur une table. Qu’importe si la fusion dans le réel n’est pas au rendez-vous. Ce sont des louves nées de l’espace, des filles du futur. Nathalie Tacheau leur fait grimper les mâles comme des escaliers. Elle montre aux assassines le chemin. Les corps voguent soudain. L’atmosphère est d’ambre clair. Il est imperceptiblement transgressif. Si les enlacements engendrent un recueillement, les corps s’enchaînent comme des répliques où les ogres et les pervers narcissiques et passifs perdent leur latin de cuisine.

 

 Tacheau 2.jpg

 

Chose faite ces fantômettes glissent muettes loin d’eux ; et si elles ouvrent la bouche elles ne laissent rien entendre. Ce rien monte jusqu’au sommet des escaliers. Qui les attend ? Qui attendre en haut ? Y a-t-il quelqu’un qui tire les rideaux, les ficelles ? Personne n’est là pour le dire. Les silhouettes enfiévrées de Nathalie Tacheau prennent toute la place. Inutile de leur adresser des prières : elles ne craignent pas que le ciel leur tombe sur la tête. Ou que Dieu s’en mêle.  Il y a belle lurette qu’il est tombé dans l’escalier.  Cela conforte dans une nouvelle étrangeté. Mais plus besoin de donner des explications, de déplier des raisons. Elles s’emboîtent d’elles-mêmes. Loin de l’ombre les corps agissent impeccablement. A sa vue tous les grognements du mâle s’apaisent. C’est un conte de fées. 

 

Ou presque.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Nathalie Tacheau, « Red Box », Derrière la Salle de Bains, Rouen, 2015, 20 €.