gruyeresuisse

06/06/2015

Celia Houdart la belle captive

 

 

 oudard 1.jpg

 

Célia Houdart, « Eveil des oiseaux », 104 pages, Contributions de Graziella Antonini, André Baldinger, Olivier Bouillère, Clélia Nau, Camille Saint-Jacques, art&fiction publications, 2015, CHF 27 / € 24

 

 

 

Lors de ses résidences-invitations d’une semaine et pendant une année (2014)  à Ermenonville au sein du parc Jean-Jacques Rousseau et dans le pavillon mis à sa disposition,  la romancière Célia Houdard (on se souvient de son « Gil », P.O.L éditeur, Paris, 2015)a tenu pour la première fois un journal plus ou moins « intime ». Elle a profité du projet afin de recevoir des invités avec lesquels elle a entamé divers dialogues : l’écrivain Olivier Bouillère, le peintre Camille Saint-Jacques, l’historienne d'art Clélia Nau, le graphiste André Baldinger et la photographe Graziella Antonini. Ces rencontres ont pris la forme de conversations, lettres, poèmes, dessins, et photographies qui portent la trace des saisons et ont abouti à un livre. Les chants de divers champs s’y accordent grâce à la belle captive consentante. Elle oxygène les empreintes telle une abbesse égarée dans les jeux qu’elle organise.

 

oudard 2.jpgCe projet - comme toujours avec la créatrice - est innovant. Rien n’étouffe sous la bure d’un déjà vu. Le livre retrace une « scénographie » temporelle et causale de divers corps à corps esthétiques sobrement mis en scène par Baldinger pour « art&fiction ». Images et indications lapidaires recréent les moments sous forme de pages-séquences (comme il existe des plans-séquences). Les chemins s’écartent, se rejoignent. Chaque pièce crée une immersion d’un genre inédit. Passionnées par les expérimentations transversales la créatrice a donné là un environnement plastique plein de subtilités aux fibres clandestines et aux calligraphies de tentations. Des étamines s’égarent dans l’équinoxe de certains nacres qui président aux trilles des oiseaux. « L’écran » des pages structure une dramaturgie visuelle en décalage de rythmes et en démembrements. Le tout dans une superbe unité offerte par les textes minimalistes de Célia Houdart : elle magnifie l’accomplissement de  ses rets.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

05/06/2015

Arnaud Cohen et nos Lilith

 

 

 

Cohen bon.pngRéinvestissant à sa main  des vestiges du passé artistique, des salles historiques ( la salle synodale du Palais de Sens redessiné par Viollet-le-Duc par exemple), Arnaud Cohen convoque à travers ses mises en scènes et ses sculptures une critique de notre époque (dont un temps les bouteille de Coca-Cola découpées ou montées en colonnes furent le parangon). Dans « Rémission » l’artiste cultive deux ambitions ou espérances qu’il définit lui-même  :  « celle d’un sursaut vital et d’une rémission du cancer qui nous ronge, celle d’une rémission de nos pêchés à l’heure du jugement dernier ». Entre préoccupations physiques et métaphysiques le créateur montre en filigrane comment «  une Europe malade de ses doutes et de ses peurs roule à tombeau ouvert vers un suicide collectif ». L’œuvre est ambitieuse, profonde, habitée  mais non sans humour. Ses Lilith deviennent le théâtre de nos passions complices - voire de nos défaites individuelles et collectives à travers les éradications et les crimes de lèse-majesté qu’elles fomentent. C’est pourquoi il faut chérir (en regardeurs regardés) ces divines traîtresses et prêtresses dont la beauté impeccable semble perpétuelle puis se glisser dans coulisses de leur théâtre de majesté à la subtile cruauté.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Arnaud Cohen, « Rémission + Rétrospection » Palais Synodal, Sens,14 juin- 20 septembre 2015, « A l’ombre d’Eros - une histoire d’amour et de mort»,   Monastère Royal de Brou, Bourg-en-Bresse, 19 juin 2015 - 4 janvier 2016.

 

04/06/2015

Elisabeth Beurret : la santé de l’art par les plantes

 

 

 

 

 

Beurret.jpgElisabeth Beurret, « Livres de plantes », Grange du Boissieu, La Buissière (France), 30 mai – 28 juin 2015.

 

Elisabeth Beurret est créatrice d’un langage qui s'ajoute à la nature pour faire germer d’autres « plantes ». Il la donne à voir autrement. L'image est donc fondamentale mais encore faut-il comprendre ce qu'elle fomente. La genevoise s’exclut du simple herbier et fait du support même de ses gravures une matière. Il devient le terreau et le puits de ses créations,  il alimente le processus de l'imaginaire. D'où la nécessité d'aller au-delà de la  poétique de la représentation  afin d'aboutir à une poétique plus conséquente de  recréation. Le végétal y trouve la place centrale dans une perspective particulière. Il ne doit pas être analysé séparément du support ou isolé par fragments.  Il s'agit d'en appréhender les pouvoirs et les modes de fonctionnement.

 

Beurret 2.jpgRefusant le bouquet l’artiste assemble les plantes afin qu’elles gardent leur force germinative. Elles suivent donc certaines « lois » de programmation artistique. Loin de tout artifice ou classification la genevoise réinvente un « structuralisme » et considère  ses gravures comme une nouvelle réalité ouverte par  des organismes vivants, irremplaçables et singuliers. Ils se disposent à l'intérieur d'une dimension spatio-temporelle qui n’est pas sans rappeler l’art extrême oriental.

 

Jean-Paul Gavard-Perret