gruyeresuisse

11/06/2016

Franz Erhard Walther : les sensations avortées


Walther bon 2.jpgFranz Erhard Walther, Manifesta11, Zurich, Skopia, 11 juin – 18 septembre 2016.


Franz Erhard Walther prouve comment il faut aller chercher chaque fois un peu plus loin l’image. A savoir selon des paradigmes complexes et ludiques. Le masque et un ensemble de parties non montées en sont parties prenantes. Le plasticien se plait à considérer l’art comme une expérience métaphysique avortée. Le créateur se doit d’être blasé afin de prouver que l'être et le non être sont les deux faces d’un même Janus.


Walther bon.jpgIl prouve aussi que l'ignorance est le fondement de tout : elle permet de rendre réel ce qui ne l'est pas. Le savoir est une gigantesque méprise qui sert de socle à tous mensonges : l’art doit en guérir. Seul il évite à la réflexion de ne pas se limiter à une flexion et à l’artiste de ne pas finir par ressembler à ceux qu'il méprise.

Jean-Paul Gavard-Perret

11:55 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

10/06/2016

Thomas Adank : farces et attrapes

 

Adank.jpgThomas Adank, « Merimat », Collectif « Rats », Les Mouettes, Place de l’Ancien Port, Vevey, 11 juin – 10 juillet 2016.

 

Souvent l’univers de Thomas Adank semble hors réalité – ou presque. L’artiste se joue du paradoxe. Son univers semble froid et inhumain mais riche pourtant d’émotions et de bribes de réel. L’homme semble avoir disparu mais en des cadrages minutieux et une recherche subtile de la lumière, Adank invente des architectures flottantes et poétiques. Il prouve que l’art ignore le chaos même s’il le jouxte. Le monde devient une abstraction parce qu'il est inséparable de ce que Deleuze nomma "le crible" qui en fait sortir quelque chose.

Adank 2.jpg

 

 

Une construction (au besoin déconstruite) devient l’épreuve d’une singularité que l’artiste se plait, en d’autres approches, à « dévoyer » à travers un réalisme décalé et plein d’humour. L'art s’érige en une machine sinon contre la nature du moins contre les images « socialisantes » pour le plaisir là où la distorsion devient le discours plastique de la méthode.

Jean-Paul Gavard-Perret

13:41 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

09/06/2016

Anna Leibovitz : femmes d’aujourd’hui

AAALeibo good.jpgAnna Leibovitz, « Women », Cheung Hing Industrial Building, in Kennedy Town, Hong Kong. Juillet 2016, sous l’égide de l’UBS.

 

 

 

AAAAleibo good2.jpgAvec “Women”, Anna Leibovitz présente une série de femmes influentes : de la Reine d’Angleterre à Yoko Ono en passant par l’activiste pakistanaise Malala Yousafzai, la danseuse de l’American Ballet Theatre Misty Copeland, la comédienne Amy Schumer, la tenniswoman Serena Williams et jusqu’à la trans-genre Caitlyn Jenner. Cette exposition permet de présenter - sous l’égide de l’UBS qui a commissionné les nouveaux projets de l’artiste - les changements du rôle des femmes dans le monde d’aujourd’hui.


AAALeibogood 3.jpgDe telles oeuvres ne sont donc pas la récollection du souvenir. Et si l’artiste ramène au jour l’enfoui, c’est à l’aune du temps présent. Différents degrés de lumière glissent et jouent par effet de dynamiques et de tensions. Voir reste une activité en devenir parce que l'œuvre elle-même est une activité comparable. Anna Leibovitz saisit sous le frémissement du passage l’avènement d’une rencontre dans le lieu où la genèse de la forme devient indissociable de celle de son espace. Le tout en un hommage « féministe » multipartitas.


Jean-Paul Gavard-Perret

 

14:30 Publié dans Femmes, Images | Lien permanent | Commentaires (0)